LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

Quel sens accorder à l'expression commune« manquer de volonté » ?

Le nihilisme est en ce sens la volonté de ne pas vouloir, la volonté qui prend pour objet sa propre négation. Nietzsche, enfin, a sonné le glas de la raison, dont il faisait remonter l'acte de naissance à Socrate et l'apparition de la dialectique. Philosophe "à coups de marteaux", la valeur de la raison...

2 pages - 1,80 ¤

Le temps a-t-il une origine ?

Le temps est une idée de notre esprit, qui n'a pas d'autre réalité que cela. Aussi, en faisant du temps la forme du sens interne, la conception kantienne s'élevait, en quelque sorte, au-dessus de l'opposition des notions statique et dynamique du temps. Elle n'ignorait pas, en effet, que le temps concerne la sensibilité, qui reçoit des impressions successives,...

2 pages - 1,80 ¤

Y a-t-il des différences insurmontables ?

De plus, il ne sera fait aucune distinction fondée sur le statut politique, juridique ou international du pays ou du territoire dont une personne est ressortissante, que ce pays ou territoire soit indépendant, sous tutelle, non autonome ou soumis à une limitation quelconque de souveraineté." 
Déclaration universelle des droits de l'homme 3)      Cependant, il ne faut pas faire de cette...

4 pages - 1,80 ¤

Foi et preuve sont-elles ennemies ?

              2° L'idée de Dieu est une création des hommes faibles             Nietzsche s'interroge également sur la provenance de l'idée de Dieu, mais pour en affirmer l'origine non pas divine, mais humaine. Dieu est une invention des hommes qui veulent oublier leur propre volonté de puissance, c'est-à-dire leur force de vie, la force de leur corps et de...

2 pages - 1,80 ¤

Entre le vrai et le faux, y a-t-il une place pour le probable ?

Autrement dit, en multipliant les observations et les expériences, le savant en tirait, en vertu du fameux principe d'induction, des lois qu'il considérait comme nécessaires et universellement valides. Partant de là, les néopositivistes soutenaient que tout ce qui n'est pas vérifiable est « métaphysique » et doit être éliminé de la science. Or, comme le souligne Popper, l'induction, qui consiste...

4 pages - 1,80 ¤

Le mal est-il « un certain bien » ?

Une vision dualiste qui sépare le bien du mal est une croyance fondamentalement religieuse. c)                  Or, précisément, l'existence du mal pose problème pour la religion chrétienne selon laquelle Dieu est infiniment bon et puissant. Dieu n'a pas pu vouloir le mal puisqu'il est bon, et s'il n'a pu le vouloir, il n'a pu le créer puisqu'il est tout puissant. Ainsi,...

2 pages - 1,80 ¤

Faut-il exiger une preuve de tout ?

Mais si la preuve n'est pas considérée comme une exigence, une condition, alors la vérité d'un énoncé ou d'un fait sera fondée sur quoi ? Le risque étant que ce que nous avançons reste incertain.   PLAN DETAILLE   Première partie : La preuve fonde de deux manières la connaissance de la chose.   1.1  La preuve par la sensation.   « Deux principes fondamentaux de l'empirisme [...] L'un est...

2 pages - 1,80 ¤

En quoi l'infini peut-il être « mauvais » ?

FIN / FINALITE: 1. - Terme, limite, cessation, interruption d'un phénomène ; opposée à commencement. 2. - But vers lequel tend un acte (SYN. dessein) ; ce en vue de quoi quelque chose est fait ; opposée à moyen. Rem. : les sens 1 et 2 sont souvent confondus, comme dans l'adage : « La fin est...

2 pages - 1,80 ¤

Que veut-on dire en affirmant banalement «c'est mathématique» ?

||  À première vue, le philosophe doit suspecter les affirmations banales, les lieux communs. Là s'exprime l'opinion, c'est-à-dire l'idée reçue, sans fondement, sans valeur philosophique. C'est pourquoi, loin de mépriser les affirmations banales, on peut s'interroger sur leur sens, leur portée, leur valeur. Puisque « l'étonnement est au commencement de la philosophie «...

2 pages - 1,80 ¤

Est-il déraisonnable de croire en Dieu ?

Note : 7/10

Que faut-il entendre par "déraisonnable" ? On pense à l'idée de preuve rationnelle de l'existence de dieu, mais aussi à l'idée de forte probabilité comme le fait Pascal. Mais, ne faut-il distinguer "rationnel" et "raisonnable" : les maths sont rationnelles, et en ce sens qui n'y adhère pas est dans l'erreur, mais certains comportements sont raisonnables, et ne...

10 pages - 1,80 ¤

Sommes-nous libres ?

Note : 8/10

Nos actions sont soumises à notre volonté Le pouvoir de faire ce que nous voulons nous accorde une liberté virtuelle qui dépend des moyens dont nous disposons: l'absence de contraintes nous rend bien maîtres de nous-mêmes et étend, de façon presque illimitée, notre champ d'action. Pour Descartes, la grandeur de notre liberté réside dans...

4 pages - 1,80 ¤

Le soleil se lèvera-t-il demain ?

Note : 8/10

Ces deux circonstances forment le tout de la nécessité que nous attribuons à la matière. En dehors de la constante conjonction d'objets semblables et de l'inférence, qui en résulte, d'un objet à l'autre, nous n'avons aucune notion d'aucune nécessité ou connexion. »       Mais comment établir la vérité d'une proposition comme « le cours de la nature est uniforme », qui est,...

7 pages - 1,80 ¤

L'athéisme est-il pensable ?

Note : 8/10

Car l'athéisme n'est pas seulement une doctrine à discuter entre philosophes, il est aussi, me semble-t-il, une orientation dans l'existence, une décision sur ce qui importe dans la vie, une attitude qui, condamnée par les uns - l'accusation d'athéisme fut pendant des siècles une véritable excommunication --, revendiquée par les autres, est problématique.               Problématique               Comment penser l'athéisme, en tant...

4 pages - 1,80 ¤

Quel vous paraît être le fondement du concept de hiérarchie ?

Note : 8/10

FONDEMENT: a) Ce sur quoi repose "en droit " une certaine connaissance. Qui sert de base à un édifice conceptuel. Synonyme de principe. b) Ce qui donne à quelque chose sa justification, sa légitimité. CONCEPT: Idée abstraite et générale sous laquelle on peut unir divers éléments particuliers. Chez Hegel, contrairement à l'Idée, le concept désigne tout ce qui...

3 pages - 1,80 ¤

Comment distinguer pensée et réalité ?

Note : 8/10

Définition des termes du sujet: PENSÉE: Faculté de connaître, de comprendre, de juger, de raisonner, qui est censée caractériser l'homme, par opposition à l'animal. Synonyme d'entendement, de raison. PENSER: Exercer une activité proprement intellectuelle ou rationnelle; juger; exercer son esprit sur la matière de la connaissance; unir des représentations dans une conscience. Réalité / Réel :Réalité: * Caractère de ce...

1 page - 1,80 ¤

Pourquoi y a-t-il quelque chose, plutôt que rien ?

Note : 8/10

L'interrogation sur la nature du «quelque chose« ne permet donc pas de faire avancer la réflexion. Cette indétermination même nous incite à considérer l'ensemble de ce qui existe, autrement dit, le «quelque chose« pourrait renvoyer à tout et n'importe quoi. 2. Le hasard et la nécessité En demandant pourquoi quelque chose existe alors...

2 pages - 1,80 ¤

Le sentiment religieux implique-t-il la croyance en un être divin ?

Note : 5.1/10

Selon Heidegger, penser le monde  qui nous entoure en cherchant une explication nous oblige à nous référer en  dernier lieu à un être qui aurait tout contenu à l'origine. La morale, pour  Kant, requiert pour être crédible la punition des vicieux et la récompense  des vertueux, et donc l'existence d'un juge ayant tout pouvoir, dans ce monde comme...

2 pages - 1,80 ¤

Peut-on imaginer une preuve de l'existence de Dieu ?

Note : 5.1/10

→ La preuve est donc de l'ordre de la raison, elle est l'oeuvre de l'intelligence active. Ce qu'il faut donc interroger c'est précisément la notion de preuve, attachée à l'intelligence rationnelle humaine, en tant qu'on la rapporte à l'existence de Dieu, être suprême et absolu, et qui plus est surnaturel. → Il faut...

5 pages - 1,80 ¤

N'existe-t-il que ce qui peut être défini ?

Note : 5.1/10

Nous ne possédons qu'un vocabulaire restreint pour désigner la neige alors que les esquimaux possèdent de nombreux termes pour nommer la neige en fonction de sa consistance, de sa couleur etc. Dès lors, s'il n'existe pour nous qu'un nombre réduit de « neiges », il existe de multiples neiges pour les esquimaux. Par conséquent, les définitions permettent de donner du...

3 pages - 1,80 ¤

Faut-il identifier vérité et vérification ?

Note : 5.1/10

Or, si nous supprimons la définition de la vérité, comme indépendante de la vérification,  ne perd-t-on pas également la volonté de vérifier ? En effet, qui oserait s'aventurer dans une recherche qui n'aurait pas pour but d'établir quelque chose d'universel ? Ce critère d'universalité apparaît en effet comme important dans la mesure où il est ce qui donne à une...

3 pages - 1,80 ¤

Le présent existe-t-il ?

Note : 5.1/10

EXISTER / EXISTENCE: * Exister: qualifie le fait d'appartenir à un ordre quelconque de réalité même abstrait. Être réellement, constituer une partie du monde sensible. * Existence: Par opposition à néant: le fait d'être ou d'exister. Par opposition à essence: mode d'être de l'homme, en tant qu'il ne se laisse enfermer dans aucune essence ou nature déterminée.||...

3 pages - 1,80 ¤

La philosophie peut-elle connaître ce qui est ?

Note : 5.1/10

PHILOSOPHIE: La philosophie, selon Pythagore, auquel remonte le mot, ce n'est pas la sophia elle-même, science et sagesse à la fois, c'est seulement le désir, la recherche, l'amour (philo) de cette sophia. Seul le fanatique ou l'ignorance se veut propriétaire d'une certitude. Le philosophe est seulement le pèlerin de la vérité. Aujourd'hui, où la science constitue tout...

3 pages - 1,80 ¤

L'objet de la connaissance est-il l'objet réel ?

Note : 5.1/10

      Kant, dans la Critique de la raison pure écrit que l'on ne connait de la réalité que ce que l'on y met soi-même. L'esprit ne peut comprendre la réalité qu'à partir du moment où il l'ordonne et où il étudie ensuite cet ordre, en se retournant sur lui-même. C'est pourquoi l'on appelle la philosophie de Kant une philosophie...

3 pages - 1,80 ¤

Peut-on renoncer à toute métaphysique ?

Note : 5.1/10

.). - B. De plus, il est conforme à l'esprit scientifique de ne fermer les yeux à aucun problème et à aucune explication. - C. Enfin, déclarer l'homme incapable de faire de la métaphysique, c'est se prononcer sur sa nature et donc faire de la métaphysique.III. C'est surtout au point de vue pratique que les préoccupations d'ordre métaphysique...

1 page - 1,80 ¤

L'homme peut-il être défini par la conscience de soi ?

Note : 8/10

.. ? I La conscience de soi comme essentielle à l'homme : Descartes et Husserl - Descartes : le cogito permet à l'homme de découvrir un élément fondant la certitude de son existence, à savoir la conscience de soi (Discours de la méthode). Celle-ci apparaît dès lors non comme un élément marginal de l'existence, mais comme le principe même...

2 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 17416 17417 17418 17419 17420 17421 17422 17423 17424 17425 17426 17427 17428 17429 17430 17431 17432 17433 17434 17435 17436 17437 17438 17439 17440 17441 17442 17443 17444 17445 17446 17447 17448 17449 17450 17451 17452 17453 17454 17455 17456 17457 17458 17459 17460 17461 17462 17463 17464 17465 17466 17467 17468 17469 17470 17471 17472 17473 17474 17475 17476 17477 17478 17479 17480 17481 17482 17483 17484 17485 17486 17487 17488 17489 17490 17491 17492 17493 17494 17495 17496 17497 17498 17499 17500 17501 17502 17503 17504 17505 17506 17507 17508 17509 17510 17511 17512 17513 17514 17515

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit