LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

L'Histoire est-elle une science ?

SCIENCE : Ensemble des connaissances portant sur le donné, permettant la prévision et l'action efficace. Corps de connaissances constituées, articulées par déduction logique et susceptibles d'être vérifiées par l'expérience. HISTOIRE: Ce mot désigne soit le devenir, l'évolution des individus et des sociétés (allemand Geschichte), soit l'étude scientifique de ce devenir (allemand Historie). ...

5 pages - 1,80 ¤

Déterminisme, finalité et hasard

Conséquences:1) Le déterminisme permet la connaissance scientifique des phénomènes, qui peuvent être reliés par des lois, c'est-à-dire par des relations de causalité constantes et universelles (nécessaires).2) Dès lors, la connaissance des causes permet la prévision des effets, donc l'action. En permettant d'agir sur les causes, la connaissance du déterminisme permet de maîtriser la nature: c'est là le rôle...

3 pages - 1,80 ¤

La démarche expérimentale

L'hypothèse est une invention de l'intelligence pour résoudre la contradiction posée par le fait-problème. L'hypothèse est un effort pour comprendre, autrement dit pour prendre ensemble tous les faits, pour les systématiser (sun-istemi, en grec, signifie je pose ensemble). Par exemple, l'hypothèse de la pression atmosphérique permet de comprendre que l'eau monte dans les pompes vides jusqu'à une hauteur...

2 pages - 1,80 ¤

L'esprit scientifique

||Les étonnants progrès réalisés par la science moderne dès le milieu du XIXe siècle ont engendré de grands espoirs. En énonçant la loi des trois états, Auguste Comte voulait dire que les explications scientifiques devaient désormais se substituer dans tout domaine aux explications théologiques et métaphysiques. Et nombreux sont ceux qui ont pensé ...

3 pages - 1,80 ¤

Science et technique

■ La satisfaction des besoins possède une urgence que la recherche de la vérité n'a pas. Ainsi toutes les sociétés, toutes les cultures ont développé des techniques efficaces, dans tous les domaines, sans connaître par concepts les mécanismes qu'elles mettaient en jeu. Les Polynésiens ont construit des longues barques sans savoir ce qu'est un tirant d'eau ni connaître...

6 pages - 1,80 ¤

La croyance

b) Si l'homme a besoin de croire, c'est parce qu'il ne connaît pas le réel autour de lui ou que ce dernier le déçoit. En ce sens, la croyance produit un voile sur le réel et lui donne du sens alors qu'il n'en a pas nécessaire. Et c'est notamment le cas - cas que l'on pourrait paradigmatique -...

4 pages - 1,80 ¤

Le problème du langage

 || Définissons le langage : aptitude à inventer ou à utiliser intentionnellement des signes. Toute l'essence du langage est dans la correspondance délibérée entre une idée et un symbole. Si nous gardons dans notre esprit cette définition complète du langage, nous comprendrons aisément que le langage est le propre de l'homme. Certes des animaux peuvent...

2 pages - 1,80 ¤

L'imagination créatrice et le problème de l'invention

||Si « expliquer «, c'est ramener l'inconnu au connu, le nouveau à l'ancien, l'Acte créateur en tant que tel défie l'explication. Expliquer une création c'est la nier en tant que promotion de l'inédit, la nier en tant que création. Et il est bien vrai que l'Acte créateur Divin transcende toute explication psychologique. Toutefois l'imagination...

2 pages - 1,80 ¤

L'imaginaire et le réel

Dans la philosophie classique le terme « imagination » a une extension plus vaste qu'aujourd'hui. Il est presque synonyme de connaissance sensible ; pour Descartes, Malebranche ou Spinoza, tout état d'âme qui correspond à une modification de mon corps appartient à l'imagination ; par exemple, c'est mon « imagination » qui voit le soleil comme une boule de...

4 pages - 1,80 ¤

La ménoire est-elle fidèle ?

 ||  Comme le dit Gusdorf dans Mémoire et personne : « Le propre de la mémoire est d’apporter dans notre expérience le sens du passé. La notion de décalage temporel paraît ici essentielle. L’actualité de notre expérience temporelle se situe dans le présent. Mais dès que s’est amorti ce caractère d’actualité, le présent devient un passé […]...

3 pages - 1,80 ¤

Fixation, conservation et reconnaissance du souvenir

|| La mémoire, d'après le Vocabulaire de Lalande, est une « fonction psychique consistant dans la reproduction d'un état de conscience passé avec ce caractère qu'il est reconnu pour tel par le sujet «. Comment se fixe le souvenir? Comment se conserve-t-il? Comment le reconnaissons-nous? Nous ne fixons pas la totalité de notre présent. De...

2 pages - 1,80 ¤

Sensation et perception

Chaque chose perçue parle « à tous mes sens ». C'est pourquoi je peux parler, c'est-à-dire employer des mots, pour décrire des couleurs qui sont du registre visuel. Rimbaud avait donné des couleurs aux voyelles : « A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu [...] » (« voyelles »). QUESTION 3 (réponse rédigée) Ma perception est-elle une...

4 pages - 1,80 ¤

Etude d'une valeur: le beau

Il aura des concepts mais point de beauté: « quand on juge des objets simplement par concepts toute représentation de la beauté se perd ». C'est ce qui peut arriver quand un traque d'art explique un poème... Comme la beauté est toujours saisie sur un objet concret, matériel, singulier, il n'y a pas de règles universelles du beau. Le jugement...

6 pages - 1,80 ¤

L'idée de valeur

Au passage, Nietzsche indique combien le profond est « chargé de significations », nombreuses & complexes -et suggère que ce qui vient simplement à la surface, sous forme de l'intention unique, marque la multiplicité des significations. 3)   Aussi faut-il dépasser la « morale des intentions », qui est  celle qui a prévalu jusqu'alors. Ce qui apparaissait autrement comme vérité n'est en réalité que « préjugé »....

6 pages - 1,80 ¤

Le problème politique

Note : 10/10

D'une manière générale, un problème politique concernera l'organisation de toute activité individuelle, pour autant que celle-ci est en rapport avec la communauté. C'est une organisation à la fois théorique et pratique. Transition : Aristote définit la politique comme une science, c'est-à-dire, ce qui a trait à l'universel (selon sa propre définition). Pourtant, l'activité de l'individu, même lorsqu'elle en rapport à la communauté...

3 pages - 1,80 ¤

Le droit de punir

Note : 10/10

X. C'est pourquoi on s'oriente plutôt aujourd'hui vers une conception de la sanction rééducatrice. L'idée que le coupable est un malade, tout au moins un désadapté, paraît une idée féconde, riche en germes de progrès. La société s'oriente donc vers les pratiques de rééducation psychologique (inspirées de la psychanalyse) et surtout sociale (par exemple apprendre un métier au...

9 pages - 1,80 ¤

La responsabilité

Note : 10/10

IV. Un homme est pénalement responsable lorsqu'il a personnellement commis un délit ou un crime ; et il peut être à ce titre traduit devant le tribunal correctionnel ou la cour d'Assises. Bien entendu, la responsabilité pénale est directement liée à la responsabilité morale : l'intention de l'inculpé a plus d'importance que la gravité du dommage. Un meurtre...

3 pages - 1,80 ¤

La notion de justice

Note : 10/10

On ne saurait être « juste » ou « injuste » envers soi-même (Éthique à Nicomaque, V, 15, 1138 a 26). Comme l'a vu Platon, c'est la vertu toute entière. Mais en un sens plus spécial, c'est elle qui préside aux partages (justice « distributive ») ; c'est elle aussi qui redresse (justice « réparatrice ») ce qui...

2 pages - 1,80 ¤

La notion de vertu

Note : 10/10

C'est Aristote qui ici nous servira de guide : la vertu, pour lui, est avant tout une habitude. Pas plus, nous dit-il dans l'Éthique à Nicomaque, qu'« une seule hirondelle ne fait le printemps », un acte moral isolé, même de grande valeur, ne suffit à faire un homme vertueux. Les vertus morales sont des « puissances »...

2 pages - 1,80 ¤

L'expérience morale

Note : 10/10

Il en est autrement de l'expérience, qui est essentiellement personnelle : chacun éprouve à sa manière le chaud et le froid, etc. Sans doute, l'expérience scientifique est universellement valable ; mais elle ne se réduit pas à éprouver et comporte des méthodes critiques destinées à éliminer le facteur personnel, ainsi qu'une armature rationnelle, le raisonnement expérimental.Les opérations intellectuelles...

1 page - 1,80 ¤

Morale et métaphysique

Note : 10/10

La morale donc restera uniquement ce qu'elle doit être : une règle des moeurs, s'appuyant sur les données de la conscience et les coutumes morales. Elle s'expliquera par certains faits tels que l'expansion de la vie (GUYAU), la solidarité (BOURGEOIS), l'influence de la société sur les individus (DURKHEIM). II. - ARGUMENTS POUR LE MAINTIEN DES SOUBASSEMENTS MÉTAPHYSIQUES. 1° Examen des...

1 page - 1,80 ¤

Les morales du devoir

Note : 10/10

Il faut obéir à une loi, à une règle stricte. Seulement cette loi n'est plus, en son principe, extérieure à ma conscience. La morale kantienne exclut l'idée que nous puissions être régis par un autre que nous-même. Elle exclut HÉTÉRONOMIE : Il y a hétéronomie si la loi qui s'applique à la volonté est imposée par autre chose qu'elle-même:...

2 pages - 1,80 ¤

Conscience psychologique et conscience morale

Note : 10/10

La conscience psychologique est un simple témoin, la conscience morale est un juge. Tandis que la conscience psychologique est une lumière qui constate ce qui est la conscience morale est comme une « voix » intérieure qui prescrit ce que nous devons faire. La conscience psychologique révèle ce qui est, la conscience morale ordonne ce qui doit être...

2 pages - 1,80 ¤

L'énigme de la personne et le personnalisme

Note : 10/10

||Le personnalisme, écrit Jean Lacroix,« est moins un système — en un sens même il est la volonté de défendre la personne contre tous les systèmes — qu'une sorte d'orientation générale qui veut commander la théorie comme la pratique. « Ainsi la tendance personnaliste peut-elle se retrouver dans des contextes philosophiques divers : Gabriel...

2 pages - 1,80 ¤

La notion de personne et les conditions concrètes de l'unité personnelle

Note : 10/10

  Sur la société L'unité du moi semble se construire sur des valeurs qui motivent nos actes libres ; ces valeurs proviennent notamment de la communauté dans laquelle nous évoluons. On acquiert progressivement depuis l'enfance ce sentiment du moi unifié, en imitant, ou au contraire en s'opposant à autrui. La société m'inculque la notion de responsabilité : je reconnais les actes que...

3 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 17428 17429 17430 17431 17432 17433 17434 17435 17436 17437 17438 17439 17440 17441 17442 17443 17444 17445 17446 17447 17448 17449 17450 17451 17452 17453 17454 17455 17456 17457 17458 17459 17460 17461 17462 17463 17464 17465 17466 17467 17468 17469 17470 17471 17472 17473 17474 17475 17476 17477 17478 17479 17480 17481 17482 17483 17484 17485 17486 17487 17488 17489 17490 17491 17492 17493 17494 17495 17496 17497 17498 17499 17500 17501 17502 17503 17504 17505 17506 17507 17508 17509 17510 17511 17512 17513 17514 17515 17516 17517 17518 17519 17520 17521 17522 17523 17524 17525 17526 17527

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit