LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

Peut-on parler de la mort de l'homme ?

Plotin, Ennéades, Ille s. apr. J.-C. « Ne méprise pas la mort, mais fais-lui bon accueil, comme étant une des choses voulues par la nature. » Marc-Aurèle, Pensées pour moi-même, IIe s. apr. J.-C. « Dès qu'un humain vient à la vie, il est déjà assez vieux pour mourir....

3 pages - 1,80 ¤

Les trois blessures infligées à l'homme

A. L'illusion du géocentrisme * Pourtant, au cours de l'histoire, cette supériorité que l'homme s'attribue si volontiers a été mise en question par des découvertes décisives. Dans un texte de 1917 intitulé « Une difficulté de la psychanalyse «, Freud dit que l'humanité s'est vue infliger - dans l'image qu'elle avait d'elle-même - trois graves blessures. La première...

3 pages - 1,80 ¤

Qu'est-ce que l'homme ?

Notons d'abord qu'il n'est nullement classique comme on le croit souvent, mais relativement récent (absent du dictionnaire de Littré, il n'est introduit que dans le Supplément de 1882). Le mot désigne d'abord un mouvement de pensée de la Renaissance, qui, par l'étude directe des auteurs anciens, renoue expressément avec l'Antiquité. Les « humanités », étude des textes grecs...

2 pages - 1,80 ¤

Loi et liberté

Il lui suffit, par des techniques efficaces, de transformer les obstacles en moyens. Dans l'un de ses Propos, Alain nous invite à méditer sur l'exemple admirable du navire à voiles qui louvoie. Les vents sont contraires et pourtant, cheminant en zigzag, le voilier avance. Le marin n'a pas eu besoin pour cela de modifier miraculeusement le cours des...

4 pages - 1,80 ¤

Qu'est-ce que le libre arbitre ?

Cette puissance de la volonté, qu'on appelle le libre arbitre, constitue, selon Descartes, « la principale perfection de l'homme », car elle le rend maître de ses actions. Quand bien même un mensonge me tirerait d'affaire, je demeure libre de ne pas mentir, c'est-à-dire de donner la préférence au devoir de dire la vérité, plutôt qu'à mon intérêt.Ainsi...

4 pages - 1,80 ¤

Les différents sens du mot liberté

■ Une connaissance adéquate du monde nous apprend à distinguer deux sortes de choses : celles qui ne dépendent pas de nous, et celles qui dépendent de nous (cf. Manuel d'Épictète). Les premières sont le cours du monde, notre corps, les honneurs, les aléas de la fortune ; les secondes, nos jugements, nos désirs, nos opinions, bref, le...

3 pages - 1,80 ¤

Bonheur et souverain bien

La bonne volonté, la pureté de l'intention valent par elles-mêmes, quels qu'en soient les résultats ou l'utilité. Il n'est donc de bien absolu que la volonté bonne. Mais le souverain bien reste l'union (non nécessaire) de la vertu et du bonheur. Il m'appartient donc, non de poursuivre mon bonheur, mais de m'en rendre digne. « Le Maître : Ce qui tend...

3 pages - 1,80 ¤

Le bonheur: dans le plaisir ou la contemplation ?

C'est à une compréhension véritable du plaisir, et à une gestion rationnelle des désirs que la philosophie d'Épicure nous invite, philosophie des « sombres temps », de l'époque troublée, violente, des successeurs d'Alexandre le Grand. La « Lettre à Ménécée » est une description de la méthode apte à nous procurer le bonheur. Car si tous les hommes cherchent le bonheur, ils sont,...

5 pages - 1,80 ¤

Le fondement de la personne

LACROIX. 8. - Personnel : a) Qui se rapporte à la personne en un sens quelconque du mot ou à la personnalité au sens b. b) (Jur.) Qui concerne les personnes par opposition aux choses ; opposé à réel (impôt personnel, par opposition à impôt réel). c) Individuel, propre. d) Qui rapporte tout à soi, qui ne tient...

2 pages - 1,80 ¤

Personne et personnage

Nous sommes le docteur, le colonel. Non seulement sur nos cartes de visite, mais dans notre existence entière, nos titres nous accompagnent, font partie de nous-mêmes. Dans Tel quel (1941), Paul Valéry écrit : « Dans toute carrière publique, une fois que l'on a construit son personnage et que le bruit qu'il fait revient à son auteur et...

2 pages - 1,80 ¤

La notion de personne

- Personnalité : a) Caractère de la personne aux sens 2 ou 3. b) Forme que prend la vie psychique chez l'homme normal et qui suppose la conscience d'être un moi unique et permanent ; maladie de la personnalité : tout trouble psychique qui rend cette forme impossible. c) Originalité ; caractère propre à un individu humain. d)...

2 pages - 1,80 ¤

Désir et volonté

C'est l'enfant qui désire, qui supplie les puissances célestes (le père, la mère, l'oncle généreux) pour obtenir des jouets ou des bonbons. La volonté, c'est au contraire une attitude d'adulte. À la prière, elle substitue le travail. Il n'y a de volonté que là où un commencement d'exécution peut s'inscrire dans le réel. Condillac nous accorderait d'ailleurs ce...

2 pages - 1,80 ¤

La morale kantienne

C'est ce dernier seul qui agit moralement, c'est-à-dire dans une intention bonne.* C'est pourquoi le devoir se présente comme un impératif « catégorique », c'est-à-dire un impératif qui ordonne absolument et sans condition, et non comme un impératif « hypothétique » ou conditionnel. « Ne vole pas, si tu ne veux pas aller en prison » : voilà...

3 pages - 1,80 ¤

La justice et la loi

Kant énonce, en ce sens, un critère, valable avant toute expérience et universellement : n'est moralement légitime qu'un droit qui donne à chacun le maximum de liberté compatibles avec la liberté des autres. Ce qui signifie que toutes les actions qui concordent avec les conditions universelles de compatibilité sont juridiquement licites. Et puisque tout acte compatible avec la...

5 pages - 1,80 ¤

Justice et égalité

  La justice selon Aristote.S'il y a lieu de distinguer les vertus morales et les vertus intellectuelles (ou dianoétiques, de discernement), la justice s'apparente aux premières (la vertu éthique et la justice supposent même disposition) et aux secondes (un acte de l'intelligence intervient, qui évalue, rectifie, met en relation). Elle a trait à notre conduite envers les autres hommes....

2 pages - 1,80 ¤

Rapports de la force et du droit

Or, au contraire, il est évident, selon moi, que la justice consiste en ce que le meilleur ait plus que le moins bon et le plus fort plus que le moins fort. Partout il en est ainsi, c'est ce que la nature enseigne, chez toutes les espèces animales, chez toutes les races humaines et dans toutes les cités...

4 pages - 1,80 ¤

Droit positif et droit naturel

B) L'idéalisme juridique. On peut être tenté de considérer que le droit idéal ou naturel l'emporte sur le droit positif, et s'il se présente comme une supra-norme destinée à normer la norme juridique positive : c'est la mission du législateur que de rapprocher le droit positif du droit idéal ou naturel, en légiférant le regard fixé sur l'idée de...

6 pages - 1,80 ¤

Rapports du droit et du devoir

L'idée que la liberté est un bien inaliénable, et que nul ne peut consentir à y renoncer pour appartenir à l'Etat, est une thèse centrale de la pensée politique de Rousseau. Elle sous-tend tout le « Contrat social «, où il s'agit de déterminer comment les hommes peuvent véritablement s'associer, obéir à un pouvoir...

4 pages - 1,80 ¤

Qu'est-ce que la violence ?

« Quiconque veut fonder un État et lui donner des lois doit supposer d'avance les hommes méchants », écrit Machiavel dans son Discours sur la première décade de Tite-Live (1531). LE PROBLÈME ÉTHIQUEA. La violence : « une force faible » * Le prince de Machiavel veut agir bien. Les fins qu'il poursuit sont bonnes ; c'est au niveau des...

2 pages - 1,80 ¤

Les théories de l'Etat démocratique

* C'est ce qu'a bien vu Rousseau, dont le Contrat social (1762) peut être considéré comme la « charte de toute démocratie » (voir p. 188). L'État n'a d'autre but que de réaliser, de garantir la liberté et l'égalité auxquelles les individus ont naturellement droit. La loi sera donc ainsi, non pas le tombeau, mais la réalisation même...

2 pages - 1,80 ¤

L'anarchisme

2 L'État peut-il remplir sa fonction d'unificateur ?3 Les individus trouvent-ils l'égalité et la fraternité dans l'État ? Réponses: 1 - Qu'il se sacrifie, qu'il renonce à son individualité au profit du tout.2 - Non, il n'est rien d'autre que la pure négation de la liberté individuelle. De sorte que ce qu'on présente comme l'intérêt de tous...

2 pages - 1,80 ¤

L'absolutisme

A. Une conception théologique de l'ÉtatOn désigne sous le nom d'absolutisme, ou de totalitarisme, la doctrine qui accorde à l'État un pouvoir absolu. L'individu n'a pas de valeur en lui-même, il est réduit à l'obéissance. Dans cette perspective, l'autorité de l'État ne saurait émaner des individus eux-mêmes : elle a une origine transcendante. Ou bien le souverain est...

2 pages - 1,80 ¤

Qu'est-ce que l'Etat ?

Il peut dans ce but revêtir plusieurs formes, telles que la centralisation, où le pouvoir est à ce moment assujetti à un petit groupe sans possibilité d'agrandir et d'étaler la charge des responsabilités, ou bien le fédéralisme que tout le monde reconnaît comme la conciliation entre l'unité d'une nation et sadiversité. Diversité intérieure souvent amenée par des luttes...

7 pages - 1,80 ¤

La société et la répression des instincts

« Tout est bien sortant des mains de l'Auteur des choses », écrit Rousseau au début de l'Émile ; « tout dégénère entre les mains de l'homme ». B. La répression sociale des pulsionsPour Freud au contraire, l'agressivité est constitutive de la nature humaine, et la société, loin de corrompre les hommes, prend soin d'étouffer toutes les pulsions susceptibles...

3 pages - 1,80 ¤

Philosophie et religion

.. « Tout est bien sortant des mains de l'Auteur des choses », écrit Rousseau au début de l'Émile ; « tout dégénère entre les mains de l'homme ». B. La répression sociale des pulsions Pour Freud au contraire, l'agressivité est constitutive de la nature humaine, et la société, loin de corrompre les hommes, prend soin d'étouffer toutes les pulsions...

3 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 17435 17436 17437 17438 17439 17440 17441 17442 17443 17444 17445 17446 17447 17448 17449 17450 17451 17452 17453 17454 17455 17456 17457 17458 17459 17460 17461 17462 17463 17464 17465 17466 17467 17468 17469 17470 17471 17472 17473 17474 17475 17476 17477 17478 17479 17480 17481 17482 17483 17484 17485 17486 17487 17488 17489 17490 17491 17492 17493 17494 17495 17496 17497 17498 17499 17500 17501 17502 17503 17504 17505 17506 17507 17508 17509 17510 17511 17512 17513 17514 17515 17516 17517 17518 17519 17520 17521 17522 17523 17524 17525 17526 17527 17528 17529 17530 17531 17532 17533 17534

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit