LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

Y a-t-il une vertu de l'oubli ?

La pensée elle-même devra donc être expliciter dans sa définition contextuelle. Car si par pensée on appelle conscience, peut-être alors y a-t-il obstacle à définir l'oubli comme vertu.     Problématique   L'oubli, dans ce qu'il comporte d'ignorance et d'inconscience, peut-il être considéré comme un acte positif de la pensée, en tant qu'il sera curateur ou bénéfique pour la vie d'un sujet ? Il...

6 pages - 1,80 ¤

Le temps est-il en nous ou hors de nous ?

) « C'est l'homme tout entier qui est le temps incarné, un temps à deux pattes, qui va, qui vient et qui meurt : aussi l'homme n'a-t-il aucune prise sur le temps; nous ne pouvons que substituer au temps ce qui n'est pas lui, le confondre avec ces compteurs sociaux que sont les horloges et les calendriers. » Jankélévitch,...

3 pages - 1,80 ¤

Qu'est-ce qu'un souvenir ?

Tout ce qui n'est pas oublié n'est pas nécessairement l'objet d'un souvenir. Je peux avoir gardé en mémoire la définition du triangle sans que celle-ci ne constitue un souvenir, car la définition du triangle n'est pas une réalité temporelle, susceptible d'être passée, présente où future.B - Le redoublement du souvenir■ Le souvenir comprend en fait plusieurs moments. Il...

1 page - 1,80 ¤

La conscience et la mort

Le sujet paraît, de prime abord, philosophiquement redoutable. En effet, que dire sur la conscience elle-même puisque elle semble être, par définition, le fondement évident et silencieux de notre réflexion ainsi que de notre agir. Si le sens commun définit la conscience (du double latin cum qui signifie « avec » et scire, « savoir, connaître ») comme la connaissance de soi,...

2 pages - 1,80 ¤

Exister dans le temps

■ Citation «Le temps ne peut pas être intuitionné extérieurement, pas plus que l'espace ne peut l'être comme quelque chose en nous. Or que sont l'espace et le temps? Sont-ils des êtres réels? Sont-ils seulement des déterminations ou même des rapports des choses, mais des rapports de telle espèce qu'ils ne cesseraient pas de subsister entre les choses, même...

2 pages - 1,80 ¤

Toute connaissance vient-elle des sens ?

C'est toujours dans des expériences antérieures et répétées que se trouve la raison de ces associations. L'empirisme conduit au relativisme et au scepticisme car si les impressions sensibles varient d'un individu à l'autre, alors il n'y a pas plus d'erreur qu'il n'y a de vérité. On peut dire avec Protagoras que « l'homme...

6 pages - 1,80 ¤

Le corps propre: prison ou voie d'accès au monde extérieur ?

C'est alors qu'il distingue les phénomènes des choses en soi. Les choses en soi sont les choses telles qu'elles sont dan leur objectivité, ce sont ainsi des réalités intelligibles inconnaissables mais qui peuvent être pensées. "Si nous ne pouvons connaître ces objets comme choses en soi, nous pouvons du moins les penser comme tels." (CRPure, 2ème définition). Mon...

3 pages - 1,80 ¤

L'opposition réalité/apparence: l'hypothèse des idées

Les Idées sont plus que les définitions de Socrate, ce ne sont pas seulement des éléments de discours, ce sont des réalités en soi. Elles répondent à une question métaphysique : comment la connaissance est-elle possible? Elles sont donc des réalités en soi qui fondent la possibilité de la connaissance. Les Idées platoniciennes ne sont pas des idées...

4 pages - 1,80 ¤

Sensation et perception: qu'est-ce que le sensible ?

On croit naïvement que la perception est la réception passive d'une réalité extérieure, que percevoir c'est sentir. Mais en réalité, tout est jugement dans la perception. Par exemple, je ne sens jamais un dé cubique : « Je touche successivement des arêtes, dit Alain, des pointes, des plans durs et lisses, et réunissant toutes ces apparences en un...

4 pages - 1,80 ¤

Que nous apprennent les sens ?

B - La sensation est réceptacle neutre de la chose¦ La sensation correspond à la mise en contact de la chose avec l'un de nos organes. C'est ainsi que la sensation est bien souvent décrite dans les textes philosophiques en termes d'impression sensible. La chose agit sur notre organe et s'y imprime d'une certaine façon. Notre organe remplit...

4 pages - 1,80 ¤

Est-il légitime de parler d'une conscience de soi de l'humanité ?

2. LA RECONNAISSANCE DE L'HUMANITÉ COMME HUMANITÉA - Les Lumières et l'universalité¦ L'abolition de l'esclavage est réclamée par les penseurs des Lumières au XVIIIe siècle, au nom de la dignité universelle de l'être humain, conscient et libre.¦ La notion de droits de l'homme naît historiquement dans cette logique et la première Déclaration universelle des droits de l'homme, en...

2 pages - 1,80 ¤

Logiques du désir

Ils ne sont, que « les moyens, les instruments d'une chose plus élevée, plus vaste qu'ils ignorent et accomplissent inconsciemment ». Si « Rien de grand ne s'est accompli dans le monde sans passion », c'est bien parce que les passions sont énergie, incandescence du vouloir, tension vers un but, mais aussi et surtout parce qu'elles ne sont...

4 pages - 1,80 ¤

Je est-il un autre ?

c'est ce qui le rend digne de louange ou de blâme. « Descartes, Principes de la philosophie, 1644. Kant : « Toute action est juste qui peut faire coexister le libre arbitre de chacun avec la liberté de tout autre selon une loi universelle. « Kant, Doctrine du droit, 1797. Transition : il existe...

7 pages - 1,80 ¤

Penser à la première personne

Dans la mesure même où nous nous préoccupons du monde public, nous subissons son emprise : alors même que nous souhaitons faire preuve de distance, ce souci manifeste notre dépendance non pas à l'égard de tel ou tel, d'un être déterminé, mais à l'égard du public, du « On ». « Dans l'utilisation de transports publics, dans l'emploi de l'information, tout ressemble à...

5 pages - 1,80 ¤

Aie le courage de te servir de ton propre entendement

Note : 5.1/10

S'il y a donc des esclaves par nature, c'est parce qu'il y a eu des esclaves contre nature. La force a fait les premiers esclaves, leur lâcheté les a perpétués." Mais ne nous y trompons point, il ne s'agit , ni pour Rousseau, ni pour Kant, de légitimer le fait de l' "esclavage" ou de la "minorité", mais,...

2 pages - 1,80 ¤

Philosophie: ancienne et actuelle ?

Note : 5.1/10

Telle réflexion de Marc-Aurèle, telle page de Spinoza, tel raisonnement de Schopenhauer peuvent éclairer notre propre vie.Tout a déjà été pensé Même du point de vue de la connaissance, les philosophies du passé restent valables. Certains philosophes contemporains s'inspirent de Descartes, de Leibniz, de Kant. Certains hommes de science arrivent aux mêmes conclusions qu'Aristote ou que les sceptiques. La...

1 page - 1,80 ¤
1,80 ¤

Bonheur: plaisirs et moralité ?

Note : 5.1/10

Ainsi se définit un bonheur simplement possible, jamais certain, puisque tributaire d'une intervention providentielle de la chance. Cela peut-il satisfaire notre désir et notre exigence de bonheur ? Si le bonheur ne dépendait que du sort, il ne possèderait pas de valeur par lui-même. Or tous les hommes le désirent comme un bien. Peut-on faire de la chance...

3 pages - 1,80 ¤

Liberté et déterminisme ?

Note : 5.1/10

.../... embrasserait dans la même formule les mouvements des plus grands corps de l'univers et ceux du plus léger atome : rien ne serait incertain pour elle, et l'avenir, comme le passé, serait présent à ses yeux. « Laplace, Essai philosophique sur les probabilités, 1814.Laplace énonce là le principe même du déterminisme universel, selon lequel les lois causales gouvernent...

6 pages - 1,80 ¤

Volonté et liberté ?

Note : 5.1/10

Nous pouvons bien alors parler de l'influence naturelle ou sociale, par opposition à la détermination volontaire.La volonté se distingue, pour la même raison, du désir. Parce que le désir peut aussi être considéré comme une force capable de m'entraîner à l'action, il peut ressembler au pouvoir de la volonté. Désirer une chose, n'est-ce pas ce qui peut conduire...

9 pages - 1,80 ¤

Personne, personnage, personnalité ?

Note : 5.1/10

« Je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue », dit Phèdre (Racine, Phèdre, Acte I, scène 3). Son visage change et révèle son amour quand elle est face à l'être aimé.Cependant, au coeur de la personne, le cogito, le « je pense » se tient, indubitable. Et cette conscience qui accompagne la pensée est à...

3 pages - 1,80 ¤

Devoir: obligation et contrainte ?

Note : 5.1/10

En effet, la simple possibilité de désobéissance à une obligation conduit, par réalisme, à penser la nécessité d'une contrainte réglée en vue de l'ordre social.Devoir civique et contrainte.Le droit politique, posé par la raison, en est l'exemple. Il implique le respect de devoirs civiques, dont le premier est la connaissance et le respect des lois. Or, seul l'usage...

3 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 17436 17437 17438 17439 17440 17441 17442 17443 17444 17445 17446 17447 17448 17449 17450 17451 17452 17453 17454 17455 17456 17457 17458 17459 17460 17461 17462 17463 17464 17465 17466 17467 17468 17469 17470 17471 17472 17473 17474 17475 17476 17477 17478 17479 17480 17481 17482 17483 17484 17485 17486 17487 17488 17489 17490 17491 17492 17493 17494 17495 17496 17497 17498 17499 17500 17501 17502 17503 17504 17505 17506 17507 17508 17509 17510 17511 17512 17513 17514 17515 17516 17517 17518 17519 17520 17521 17522 17523 17524 17525 17526 17527 17528 17529 17530 17531 17532 17533 17534 17535

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit