LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

Justice: vertu et institution ?

Puisque, disions-nous, celui qui viole la loi est un homme injuste, et celui qui l'observe un homme juste, il est évident que toutes les actions prescrites par la loi sont, en un sens, justes : en effet, les actions définies par la loi positive sont légales, et chacune d'elles est juste, disons-nous. Or les lois prononcent sur toutes...

4 pages - 1,80 ¤

Droit: nature et norme ?

Antigone est là pour nous rappeler que les lois du coeur, qui sont des lois non écrites, sont parfois plus profondes et plus vraies que les lois positives, que les « lois écrites » de la Cité. Il y a aussi, comme le dit Kant, au-dessus des lois positives qui changent d'un pays à un autre, d'une époque...

3 pages - 1,80 ¤

Pouvoir et droit ?

 ||Le Citoyen contre Démagogue   les pouvoirs Se dit de celui qui flatte la foule pour   Il s’agit d\'un recueil de quatre-vingts en obtenir l’approbation qui lui donne   Propos choisis par Jean Prévost avec pouvoir sur elle, l\'accord d Alain et achevé d’imprimer le 19 mars 1926. «Le capitaine du navire est juge des moyens;   U n\'est pas juge de la fin. C\'est l\'armateur...

2 pages - 1,80 ¤

Violence: nature et société ?

La règle est l'autorité et la contrainte.             Pour Proudhon, la seule revendication ne peut être que la destruction de l'Etat et  l'instauration d'une société sans gouvernement, ce qui implique absolument pas que l'anarchie soit synonyme de désordre. Le véritable ordre social n'est pas imposé de l'extérieur. Il est le résultat de la libre activité de  la collectivité. En...

3 pages - 1,80 ¤

Etat et liberté ?

D'autre part, il se doit d'assurer l'exercice de libertés essentielles à l'individu. La liberté de penser, ou de disposer de ce dont nous sommes propriétaires. La liberté politique est donc attachée à la garantie de droits civiques pour le citoyen. Mais là encore, l'État peut s'opposer, au nom de sa raison propre à l'usage de telles libertés.Aussi, le...

2 pages - 1,80 ¤

Religion et raison ?

La religion, si elle peut lier les hommes, n'en est pas moins d'abord un rapport de l'homme à son dieu. Ce dieu, pour être moral parfois, est avant tout divin, c'est-à-dire d'une essence surnaturelle. Ce n'est pas le respect de la loi morale ou de la personne, ni le bonheur qui constituent la fin de la relation du...

3 pages - 1,80 ¤

Art et beauté ?

.. Pourtant, cette position n'est pas satisfaisante. En effet, le relativisme qu'elle semble justifier est superficiel. Il isole chacun, alors que l'art est un domaine où justement les hommes peuvent partager le plus. Le rapport entre les aspects objectif et subjectif du jugement de goût est plus complexe et plus riche.Un chef-d'oeuvre provoque en nous un sentiment esthétique....

4 pages - 1,80 ¤

Art et nature ?

Ou bien, au contraire, n'est-elle pour le peintre qu'une source d'inspiration ? Le plus important serait alors la représentation, l'expression singulière qu'il en donne. Comment comprendre cette ambiguïté ?La nature comme modèlePenser la nature comme modèle impliquerait la subordination de l'activité artistique à son modèle. Se « conformer à » peut s'entendre dans le sens d'une « mise...

2 pages - 1,80 ¤

Technique et civilisation ?

L'idée de valeur renvoie à valor, c'est-à-dire ce qui a de la force, de la puissance. Or, si la technique a une valeur réelle, c'est en tant que moyen, en vue de fins qui ne sont pas techniques. Ainsi, le problème de l'utilisation de la technique n'est pas, en son fondement, d'ordre technique, mais politique et moral. L'histoire...

3 pages - 1,80 ¤

Echange et humanité ?

Et cette réciprocité présuppose une communication possible.Si toute société humaine implique des échanges, les échanges sont donc nécessaires. Comment concevoir cette nécessité ? Est-elle le signe d'un intérêt, ou la manifestation d'une générosité tout humaine ? Échange et natureQu'est-ce qui motive l'homme à échanger ? On peut expliquer l'origine des échanges par la notion de besoin. Mais les...

3 pages - 1,80 ¤

Travail et nature ?

Encore faut-il que l'homme veuille travailler. Le travail est le moyen par lequel l'homme peut être reconnu dans son humanité. Il y gagne une place sociale et c'est pourquoi son absence peut avoir des conséquences si dramatiques. Le désir de reconnaissance serait ainsi le ressort ultime du travail, permettant à l'homme de se mesurer à d'autres hommes. Ce...

2 pages - 1,80 ¤

Sens et compréhension ?

Toutefois, si nous devons déchiffrer le réel, c'est qu'il n'est pas univoque. La conscience vient donc compléter le sens inachevé de la réalité, en le jugeant, en lui donnant une orientation qui lui est propre. Qu'en est-il alors de la vérité du sens ?Sens et intuitionQu'est-ce que posséder le « sens des réalités » ? C'est avoir l'intuition...

2 pages - 1,80 ¤

Vérité et humanité ?

De telles vérités sont seulement utiles à la conduite de la vie. Mais il ne s'agit là que de vérités contingentes qui ne peuvent conduire qu'à des opinions vraisemblables sur les choses et les êtres. Si donc la vérité peut être utile, elle ne se réduit pas à l'utilité.Vérité et spéculationLa vérité n'intéresse pas seulement l'homme en tant...

2 pages - 1,80 ¤

Le vivant: déterminisme et finalité ?

la liberté s'insérant dans la nécessité et la tournant à son profit. « Bergson, L'Énergie spirituelle, 1919. La vie, pour Bergson, tranche radicalement sur la matière. Le monde matériel obéit à des lois immuables et nécessaires. Dans ce monde régi par le déterminisme le plus strict, le vivant introduit l'indétermination et la spontanéité ; d'une façon toujours imprévisible,...

4 pages - 1,80 ¤

Logique: rationnel et raisonnable ?

Un argument est un raisonnement visant à prouver ou réfuter une proposition.Pour tout raisonnement, dans les situations les plus courantes, la pensée doit obéir à un ordre logique. Par exemple, si Paul aime la couleur blanche, alors on peut raisonnablement penser qu'il aimera la neige, parce qu'elle est blanche. Du moins est-ce plausible, car s'il n'aime pas le...

2 pages - 1,80 ¤

Mathématiques: théorie et expérience ?

  Au linteau de la porte d'entrée de l'Académie était cet avertissement : «Nul n'entre ici s'il n'est géomètre». C'est dire l'importance qu'attachait Platon aux mathématiques en tant que discipline préparatoire (propédeutique), nous apprenant à nous dégager des choses immédiatement sensibles pour considérer des rapports intelligibles, nous éloigner du «concret» pour appréhender «l'abstrait». C'est par cette discipline des mathématiques...

2 pages - 1,80 ¤

Expérience et connaissance ?

Cet aspect de l'expérience renvoie à l'existence en général.Ainsi, l'expérience est une source de connaissances : progrès empirique où se mêlent et s'organisent perception, mémoire, habitude. Il y a une mise en rapport des situations, par comparaison, ressemblance, association, séparation. Et, par INDUCTION : Raisonnement qui consiste à passer d'un fait particulier à un énoncé général, d'une conséquence à...

5 pages - 1,80 ¤

Imagination et réalité ?

Spinoza, Éthique, 1677 (posth.) « Il est vraisemblable que le principal crédit des miracles, des visions, des enchantements et de tels effets extraordinaires, vienne de la puissance de l'imagination agissant principalement contre les âmes du vulgaire, plus molles. » Montaigne, Essais, 1580-1588. « Qu'on loge un philosophe dans une cage de menus filets de fer clairsemés, qui...

3 pages - 1,80 ¤

Parole et communication ?

Il doit conquérir une parole qui va lui permettre de s'exprimer et de s'insérer dans le monde humain. La communication est donc toujours à élaborer. Il n'est pas surprenant, dès lors, de retrouver, au travers de son édification, les difficultés inhérentes à la rencontre d'autrui. La communication peut, en effet, être « coupée « ou encore « brouillée...

2 pages - 1,80 ¤

Langage, langue, parole ?

Les mots, « joie » ou « tristesse » par exemple, ne renvoient qu'à la généralité des concepts. Et j'aurai beau ajouter des adjectifs qualificatifs pour tenter de préciser, je ne pourrai qu'espérer que mon interlocuteur saura ressentir ce que je veux lui dire. Et paradoxalement, c'est au moment où je désire le plus m'exprimer, que « les...

5 pages - 1,80 ¤

Histoire et histoires ?

C'est cette Histoire que les premiers historiens grecs avaient pour projet de restituer et conserver : rapporter ce qui s'est passé pour en comprendre le sens vrai, et en faire bénéficier les hommes. Cette histoire, avec un petit h, est donc la science du devenir humain : enquête (étymologie : historie) et récit. La chronologie, par exemple, permet...

2 pages - 1,80 ¤

Mémoire et histoire ?

- Faculté gén. de conserver de l'information. 3. - Au sens concret, désigne tout ce qui est capable de conserver de l'information, et, en part., les organes des ordinateurs ayant cette fonction.L'histoire s'apparente à une mémoire : elle conserve et unifie notre représentation du passé collectif. Toutefois, à la différence de la mémoire personnelle, elle veut être une...

2 pages - 1,80 ¤

Mort et existence ?

Ne nous invite-t-elle pas pourtant à méditer sur son mystère même ?La mort et l'interrogation métaphysiqueIl s'agit bien alors d'un drame vivant et existentiel : ce brutal passage de l'être au non-être ne se laisse pas cerner en tant que tel. On ne peut en faire l'expérience. Elle fait que l'existence devient tout à coup une pure étrangeté...

9 pages - 1,80 ¤

Perception et jugement ?

L'image générale, le « schème » dit Lagneau, que j'ai de la clairière, permet une reconnaissance minimale du lieu. Si nous ne pouvions pas ainsi nous retrouver dans la réalité concrète, nous serions désorientés dans le temps et dans l'espace. Cependant, reconnaître une chose comme déjà vue ou semblable à du déjà vu, ce n'est pas la connaître...

2 pages - 1,80 ¤

Perception et espace ?

Par le fait même que nous avons un corps, nous nous sentons étendus.Puisque nous avons des sensations d'étendue, il y a donc quelque chose de primitif dans notre perception de l'espace. Nous concluons en faveur du nativisme.Mais il ne s'agit pas de soutenir un nativisme absolu ou immodéré. Nous savons que l'enfant apprécie mal la profondeur ou la...

3 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 17436 17437 17438 17439 17440 17441 17442 17443 17444 17445 17446 17447 17448 17449 17450 17451 17452 17453 17454 17455 17456 17457 17458 17459 17460 17461 17462 17463 17464 17465 17466 17467 17468 17469 17470 17471 17472 17473 17474 17475 17476 17477 17478 17479 17480 17481 17482 17483 17484 17485 17486 17487 17488 17489 17490 17491 17492 17493 17494 17495 17496 17497 17498 17499 17500 17501 17502 17503 17504 17505 17506 17507 17508 17509 17510 17511 17512 17513 17514 17515 17516 17517 17518 17519 17520 17521 17522 17523 17524 17525 17526 17527 17528 17529 17530 17531 17532 17533 17534 17535

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit