LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

L'inconscient n'est-il qu'une conscience obscurcie ?

Il considère la philosophie comme un instrument de libération où l'esprit maîtrise l'imagination et les désordres de la passion. Cette victoire de la raison, qui est toujours à recommencer, passe par la soumission du corps et le rejet des inerties « qui, si on n'y prend garde, prennent le masque de la pensée. »             Aussi Alain refuse-t-il, chaque fois qu'il...

4 pages - 1,80 ¤

Y a-t-il des progrès dans l'histoire ?

||L'idée de progrès suggère celle d'un état final. La fin de l'histoire, ce serait la fin des guerres, des violences. On constate qu'il y a des progrès scientifiques et techniques, des progrès du droit, de la liberté. Mais qu'il n'y a pas de progrès moraux de l'espèce humaine. En témoignent, au XXième siècle, les guerres, les violences et...

7 pages - 1,80 ¤

L'histoire peut-elle être contemporaine ?

• Il n'est pas rare que l'acteur ou même le spectateur d'un événement ait le sentiment de vivre un « moment historique « — soit une situation appelée à s'inscrire durablement dans la mémoire collective parce qu'elle aura eu un rôle déterminant dans l'évolution des choses. Mais peut-on décrire immédiatement un tel moment...

3 pages - 1,80 ¤

L'histoire est-elle une science ?

L'essentiel de son travail consiste à créer, pour ainsi dire, les objets de son observation, à l'aide de techniques souvent fort compliquées. Et puis, ces objets acquis, à " lire " ses coupes et ses préparations. Tâche singulièrement ardue; car décrire ce que l'on voit, passe encore; voir ce qu'il faut décrire, voilà le plus difficile.Etablir les faits...

10 pages - 1,80 ¤

La raison peut-elle assumer la tâche de fonder le droit ?

Ainsi, la loi positive ou conventionnelle, qui est fixée par le législateur, ne peut être juste que dans la mesure où elle est conforme aux principes naturels. Pour Aristote, la fin du droit est le juste. Or la nature a fixé de justes proportions, de justes rapports entre les  choses. Il revient donc au droit en tant que...

4 pages - 1,80 ¤

La loi est-elle la force des faibles ?

|| La loi désigne tout d'abord (c'est le sens du "droit positif") l'ensemble des règles qui organisent les rapports des membres d'une même communauté politique. Montrez ainsi que, contrairement à ce qui se produit dans la nature, tous sont alors égaux devant la loi et l'on abolit ainsi le règne du droit du plus fort....

10 pages - 1,80 ¤

L'homme est un être de désir: qu'en pensez-vous ?

CITATIONS: « L'appétit n'est rien d'autre que l'essence même de l'homme. » Spinoza, Éthique, 1677 (posth.)L'appétit est l'un des affects primitifs de l'homme ; conçu comme désir d'autoconservation (effort de l'homme pour « persévérer dans son être »), il est constitutif de son essence. « Il n'y a qu'un seul principe moteur : la faculté désirante. » Aristote, De l'âme,...

4 pages - 1,80 ¤

La mauvaise conscience est-elle chose bienfaisante ?

La mauvaise conscience ou la conscience mauvaiseComment peut-on considérer comme chose bienfaisante une conscience tourmentée par la honte et les remords? La mauvaise conscience n'est-elle pas le mal redoutable dont l'homme est frappé depuis qu'il vit dans une société que les contraintes de toutes sortes ont pacifiée? Toute l'agressivité de l'animal, dit Nietzsche, est devenue coupable chez l'homme....

3 pages - 1,80 ¤

Suis-je le mieux placé pour me connaître ?

|| Au premier abord, il me semble que je suis le mieux placé pour me connaître. En tant qu'être conscient, j'ai le sentiment de savoir qui je suis, ce que je suis. En revanche, il m'arrive souvent de penser que les autres ne me comprennent pas, qu'ils ne peuvent avoir accès à mon intimité, et donc qu'ils ne me...

9 pages - 1,80 ¤

Qui suis-je, moi qui dis "je" ?

||Je peux douter de tout, mais je ne peux douter que j'existe, moi qui doute. J'accède ainsi à la conscience de moi comme existant et à la connaissance de moi comme pur pouvoir de penser. Et il me semble que je suis maître de mes pensées et donc de mes discours. J'ai aussi le pouvoir de dire "je",...

12 pages - 1,80 ¤

Le bonheur est-il dans la durée ou dans le présent ?

Le bonheur comme rencontre. Si c'est dans l'instant que l'on trouve le bonheur, c'est aussi que souvent ce dernier est le fruit d'une rencontre avec autrui ; or la vie est ainsi faite que les rencontres sont souvent fortuites, épisodiques, éphémères. Le bonheur et l'ennui.Une rencontre se transforme-t-elle en relation durable, un flirt en mariage? Alors s'installe bien souvent...

2 pages - 1,80 ¤

Le bonheur nous manque parce que nous le désirons. Qu'en pensez-vous ?

« L'inquiétude [...] qu'un homme ressent en lui-même par l'absence d'une chose qui lui donnerait du plaisir si elle était présente, c'est ce qu'on nomme désir. » Leibniz, Nouveaux Essais sur l'entendement humain, 1765 (posth.)Le désir correspond à un état de tension, qui ne cesse qu'avec la possession de l'objet désiré. Or, qui dit tension dit agitation, trouble,...

2 pages - 1,80 ¤

Puis-je communiquer avec autrui ?

Note : 9/10

Chacun ne souffre jamais que pour soi en fonction de son vécu, de sa personnalité. On peut partager ce que l'on a mais non ce que l'on est. Mon existence est la seule chose que je ne puisse communiquer. Je peux la raconter mais je ne peux la partager.   II. Le solipsisme Le Larousse définit le solipsisme comme venant...

2 pages - 1,80 ¤

Puis-je connaître autrui ?

Note : 9/10

E. Mounier, Le personnalisme. PUF p.39 "La sévérité de nos jugements sur les autres tient d'ordinaire à ce que nous prenons notre idéal pour notre pratique et leur pratique pour leur idéal. " M. Blondel, L'action, p.169. "Entre autrui et moi-même il y a un néant de séparation. Ce néant ne tire pas son...

2 pages - 1,80 ¤

La beauté s'explique-t-elle ?

Note : 5.1/10

||La beauté est une catégorie qui, pourrait-on dire, permet à la philosophie de sortir d’elle-même, de se confronter à l’art et à la nature. Deux écueils semblent guetter la philosophie lorsque la beauté est l’enjeu d’une réflexion : d’une part une tentation dogmatique, qui consiste à cerner la beauté de manière trop rigide, et d’autre part une tentation...

2 pages - 1,80 ¤

Puis-je dire: "c'est beau" et "ça ne me plaît pas" ?

Note : 5.1/10

La reconnaissance de la beauté implique-t-elle un sentiment de plaisir, ou les deux peuvent-ils être indépendants, ou décalés dans le temps ? Le sujet questionne les relations entre jugement esthétique, goût et plaisir. Le "en même temps" permet de jouer sur la temporalité de l'expérience esthétique (le plaisir peut ne survenir que par après, l'expérience, pour Heidegger notamment, étant...

3 pages - 1,80 ¤

Le temps est-il essentiellement destructeur ?

Note : 5.1/10

Sens des termes - Temps : changement perpétuel transformant le présent en passé, milieu indéfini dans lequel les événements se déroulent. Essentiellement : ici, fondamentalement. Destructeur : ici, qui anéantit, supprime, qui annihile. Sens du sujet Le temps n'est-il rien d'autre, dans son principe même, qu'un processus mortifère de dégradation et d'anéantissement ? Problème Le temps est-il signe fondamental...

4 pages - 1,80 ¤

Les instruments de mesure nous font-ils connaître ce qu'est le temps ?

Note : 5.1/10

||  Sens des termes   — Instrument : objet permettant de réaliser une opération, appareil, outil. — Mesure : détermination d'une grandeur à partir d'un étalon ou d'une unité servant de référence. — Temps : milieu indéfini, où les événements se déroulent, durée humaine qualitative et vécue. — Connaître : saisir l'essence et l'être d'une chose.   Sens du sujet   Les appareils permettant de déterminer...

3 pages - 1,80 ¤

A quelles conditions et dans quelle mesure la connaissance du futur est-elle possible ?

Note : 5.1/10

||   Sens des termes   — Conditions : ici, ensemble de faits dont dépend quelque chose ; données, circonstances. — Dans quelle mesure : jusqu'à quel degré, jusqu'à quel point. — Connaissance : saisie de l'essence intime d'une chose, savoir où l'on possède une idée véritable d'une réalité. — Futur : partie du temps correspondant à l'avenir, à ce qui n'est pas encore. — Possible...

1 page - 1,80 ¤

Le passé a-t-il disparu ?

Note : 5.1/10

b. Temps. Irréversibilité. Mort. Creusons davantage cette première idée : si le temps est mon ennemi, s'il me prive de ma substance, de mon être et de ma joie, c'est en raison de l'irréversibilité qui est sienne. Alors que l'espace est réversible, puisque je vais de Paris à Nice, et de Nice à Paris, le temps, au contraire, est...

2 pages - 1,80 ¤

Le temps est-il notre ennemi ou notre allié ?

Note : 5.1/10

|| La question invite à examiner successivement les deux hypothèses suggérées: le temps est notre ennemi, le temps est notre allié. On étudiera, par conséquent, d'abord la temporalité concrète, notre ennemie en tant que source de dégradation et de mort, mais aussi notre alliée en tant que projet et durée concrète, servant à construire la personne. On pourra ainsi...

5 pages - 1,80 ¤

La vérité peut-elle engendrer la terreur ?

Note : 5.1/10

d. Cette conception du vrai peut engendrer le dogmatisme et même un modèle de politique autoritaire. Si la vérité dépasse infiniment la sphère de l'individuel, mais aussi de la Personne - laquelle peut seulement cheminer vers le vrai qui la transcende et appartient à un tout autre ordre - si donc le vrai est totalement objectif, nous remarquons...

4 pages - 1,80 ¤

Y a-t-il des vérités indiscutables ?

Note : 5.1/10

La sensation a toujours un objet réel et n'est pas susceptible d'erreur. En nous-mêmes, en notre sensibilité subjective, se trouvent donc les critères du vrai. Les Sophistes affirmaient un subjectivisme radical.- L'évidence comme caractère de ce qui entraîne immédiatement l'assentiment de l'espritDans cette perspective, lorsque le jugement façonne et détermine le vrai, lequel ne transcende plus ni l'individu...

5 pages - 1,80 ¤

Une fiction peut-elle être vraie ?

Note : 5.1/10

||  VOCABULAIRE:   - Fiction : mensonge ; fait imaginé, opposé à réalité ; création de l'imagination, en littérature.   - Pouvoir : être capable ; être légitime ; être en état.  - Vrai : ce qui est conforme à la réalité, ce qui est réellement.   Sens du sujet   Un fait imaginaire est-il susceptible d'être réel, d'avoir une authentique réalité ?...

5 pages - 1,80 ¤

Ce qui est vrai le restera-t-il toujours ?

Note : 5.1/10

|| Définition des termes du sujet:  — Vrai : caractère de ce qui est conforme à la réalité, ce qui est réellement. — Être : ici, présenter les caractères de, consister en,... — Rester : continuer d'être dans un état, subsister à travers le temps ; ne pas être détruit malgré l'écoulement du temps. — Toujours : à tout...

7 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 17422 17423 17424 17425 17426 17427 17428 17429 17430 17431 17432 17433 17434 17435 17436 17437 17438 17439 17440 17441 17442 17443 17444 17445 17446 17447 17448 17449 17450 17451 17452 17453 17454 17455 17456 17457 17458 17459 17460 17461 17462 17463 17464 17465 17466 17467 17468 17469 17470 17471 17472 17473 17474 17475 17476 17477 17478 17479 17480 17481 17482 17483 17484 17485 17486 17487 17488 17489 17490 17491 17492 17493 17494 17495 17496 17497 17498 17499 17500 17501 17502 17503 17504 17505 17506 17507 17508 17509 17510 17511 17512 17513 17514 17515 17516 17517 17518 17519 17520 17521

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit