LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

Pensez-vous que "c'est l'illusion et non le savoir qui rend heureux" ?

||Au moment où Rousseau écrit cette phrase, il se sent vraiment heureux. Il déclare : « Ici (aux Charmettes), commence le court bonheur de ma vie; ici viennent les paisibles mais rapides moments qui m'ont donné le droit de dire que j'ai vécu. « Il écrit alors la page devenue célèbre : « Si...

6 pages - 1,80 ¤

Le discours rationnel peut-il se passer d'un recours à la persuasion ?

Persuasion : désigne une adhésion ou une tentative de faire adhérer, fondée moins sur la raison que sur le sentiment et l'imagination.   ||La raison retourne en quelque sorte la vision naturelle des choses. Elle analyse l'envers du décor et elle rend compte de la structure des choses. La connaissance de ce discours rationnel forge ainsi les normes du vivre...

6 pages - 1,80 ¤

Si la sagesse est un idéal périmé, comment définir la philosophie ?

Vécue le plus souvent comme un idéal à atteindre, elle donne à la philosophie sa raison d'être, sa finalité distinctive. Platon oppose philosophes et philodoxes (doxa : opinion), soulignant ainsi que la recherche de la sagesse n'a rien à voir avec le culte des opinions toutes faites, avec les facilités des représentations non critiquées dont il faut s'affranchir (orateurs...

9 pages - 1,80 ¤

La politique est-elle une technique ?

Note : 6/10

Est-ce suggérer qu'il y a une sorte d'extériorité foncière entre l'activité politique (la « politique politicienne«) régie par des règles d'efficacité, et les fins qui lui sont assignées (ou qui devraient l'être en fonction d'une conception normative) ? Peut-on même définir la politique comme une simple technique, car celle-ci n'a de raison d'être, semble-t-il, qu'en vue d'une fin...

5 pages - 1,80 ¤

La philosophie peut-elle dépasser son temps ?

Note : 6/10

||Le terme de philosophie est en lui-même ambigu car il recouvre de multiples facettes. Au regard de son étymologie, « l’amour de la sagesse « évoque une attitude, un état d’esprit, que l’on a érigé en discipline. Pourtant l’objet d’étude de la philosophie est presque illimité en comparaison avec les autres disciplines, telles que les sciences ou les arts. Elle...

4 pages - 1,80 ¤

Faut-il se demander si l'homme est bon ou méchant par nature ?

Note : 6/10

N'existe-t-il pas quelques principes fondamentaux et universels (comme par exemple ceux qui sous-tendent les droits de l'homme), qui restent hors de portée d'une telle relativisation ? Prolongements* On connaît la fameuse diatribe de Rousseau contre Montaigne à ce sujet (l'Émile, livre IV). Critique du scepticisme qui se plaît à souligner le caractère variable des moeurs et de la...

8 pages - 1,80 ¤

Quel sens peut avoir l'égalité dans une société où règne la concurrence ?

Note : 6/10

L'extension du suffrage aux femmes a constitué de ce point de vue une étape décisive (cf. Raymond Aron). II. Concurrence et échanges      a. Le libéralisme économique est une doctrine qui prône et justifie la liberté des comportements économiques individuels. Dans un tel système, les inégalités sociales sont compatibles avec l'échange, pourvu que celui-ci ait été conclu en connaissance des...

6 pages - 1,80 ¤

Le terme "expérience" a-t-il le même sens dans les expressions "avoir de l'expérience" et "faire une expérience" ?

Note : 6/10

(Chapitre II, § 3.)«L'expérimentateur, comme nous le savons déjà, est celui qui, en vertu d'une interprétation plus ou moins probable, mais anticipée des phénomènes observés, institue l'expérience de manière que, dans l'ordre logique de ses prévisions, elle fournisse un résultat qui serve de contrôle à l'hypothèse ou à l'idée préconçue.» (Chapitre I, cinquième partie.)* L'expérience première comme...

2 pages - 1,80 ¤

Ne désire-t-on que ce qui a du prix pour autrui ?

Note : 6/10

Introduction (remarques succinctes) * Signification générale du désir : objet de multiples approches, car semble mettre en jeu la réalité même de l'être humain. * Ambivalence du terme : à la fois conscience d'un manque et tendance permanente de l'être en quête de sa propre affirmation. * Au-delà des jugements de valeur (éthique traditionnelle) : nécessité de cerner l'objet même du...

4 pages - 1,80 ¤

Philosophie et science

Note : 10/10

D'une part, en effet, si tous les savants tirent leurs notions des faits, il en est, les mathématiciens, qui ne restent pas à ce niveau du réel et qui construisent de toutes pièces le monde dans lequel ils évoluent. D'autre part, le philosophe part, lui aussi, des faits : les notions qu'il utilise, par exemple celles de cause...

4 pages - 1,80 ¤

Y a-t-il une langue philosophique ?

Note : 10/10

Le jargon des philosophes est manifestement un obstacle pour ceux qui n'appartiennent pas à la secte des « en tant que », des « a priori » et autres « transcendantaux ». Il ne viendrait pourtant à l'esprit de personne de reprocher à un biologiste ou à un informaticien d'utiliser un langage technique. Mais la philosophie n'a pas...

2 pages - 1,80 ¤

L'idée de souverain bien

Note : 10/10

Pour un stoïcien comme Epictète, se conformer à l'ordre parfait du monde en ne voulant que ce qui dépend de moi, c'est être heureux. L'homme malheureux est celui qui ne proportionne pas son vouloir à son pouvoir.   Or, c'est une erreur de considérer l'unité du concept de Souverain Bien comme...

3 pages - 1,80 ¤

Peut-on vouloir le mal ?

Note : 10/10

..../... il y a une sexualité infantile (que Freud décrit comme " une disposition perverse polymorphe ") et des stades de développement qui ont pour fin " normale " la sexualité génitale adulte. La sexualité infantile La sexualité ne surgit pas dans la vie du sujet lorsqu'il est en âge de procréer....

13 pages - 1,80 ¤

Le bonheur, un idéal de l'imagination ?

Note : 9/10

L'expérience amoureuse, l'amitié, l'amour parental et filial, sont ainsi susceptibles de se rapprocher d'un idéal de bonheur.  BÉATITUDE : Bonheur spirituel, total et définitif. ¦ Mais il n'est pas d'amour qui ne comporte aussi l'expérience de la souffrance, ne serait-ce que celle des séparations ou celle du deuil : l'amour rend vulnérable. Les réflexions sur le bonheur aboutissent à un certain...

4 pages - 1,80 ¤

La recherche du bonheur peut-elle être une éthique ?

Note : 9/10

L'enfant nouveau-né ne connaît que l'opposition entre plaisir et déplaisir (ou douleur). Le psychisme s'organise donc dans un premier temps selon le principe de plaisir, qui sera peu à peu corrigé par les épreuves de réalité, sources d'un principe de réalité, qui permet de différer et d'attendre la satisfaction, ou de tenir compte du caractère possible ou impossible...

7 pages - 1,80 ¤

Le travail rend-il les hommes solidaires ou rivaux ?

Note : 9/10

Comment expliquer que, malgré la compétition généralisée, une harmonie se dégage entre les hommes ? Pour Smith, tout se passe comme si une "main invisible" dirigeait l'ensemble des égoïsmes dans l'intérêt de tous: tout en ne cherchant que son intérêt personnel, l'individu oeuvre souvent d'une manière efficace pour l'intérêt de la communauté toute entière. En effet, n'est-ce pas...

3 pages - 1,80 ¤

Toute activité est-elle un travail ?

Note : 9/10

Mais un fou qui passerait ses journées à creuser un trou puis à le reboucher indéfiniment, celui-là s'activerait beaucoup sans doute, on ne dira pas pourtant qu'il travaille.* Le concept de production suppose une transformation du réel. Il n'y aura, par conséquent, travail que si le point d'arrivée est différent du point de départ : un cultivateur transforme...

2 pages - 1,80 ¤

Le loisir peut-il constituer un idéal de vie ?

Note : 9/10

Dans les pays économiquement développés, la durée moyenne du travail a baissé de moitié en un siècle. Le loisir, qui peut se définir comme une activité de non-travail (le sommeil n'est pas un loisir), a changé de sens et de fonction : de marginal qu'il était, il tend à devenir central. Cela suffit-il à en faire un idéal...

2 pages - 1,80 ¤

Le travail est-il une nécessité ou un droit ?

Note : 9/10

Ce que Locke comprend en sus, du fait de la société de son temps, c'est que l'argent permet la multiplication des possessions, de l'industrie, de ce qu'il considère comme une mise en valeur de la terre. En dehors de la monnaie, les possessions étaient pour ainsi dire naturellement bornées et limitées par la capacité de travail du propriétaire....

4 pages - 1,80 ¤

Les contradictions du travail

Note : 9/10

C - Concurrence et solidarité¦ Il existe deux manières contradictoires de juger la division (professionnelle, sociale et non technique) du travail : ou bien l'on y voit comme Durkheim le lien le plus solide qui fait la solidarité entre les hommes, ou bien l'on y dénonce comme Marx une logique de concurrence qui fait des hommes des êtres...

3 pages - 1,80 ¤

L'humain et l'inhumain

Note : 9/10

HOMME: Le plus évolué des êtres vivants, appartenant à la famille des homini­dés et à l'espèce Homo sapiens (« homme sage »). * Traditionnellement défini comme « animal doué de raison », l'homme est aussi, selon Aristote, un « animal politique ». Ce serait en effet pour qu'il puisse s'entendre avec ses semblables sur le bon, l'utile...

2 pages - 1,80 ¤
1,80 ¤

L'homme est-il le produit de son histoire ?

Note : 9/10

|| A quelles conditions peut-on contester l'idée d'une humanité produite par son devenir ? Si on voit en l'homme un être naturel, alors l'histoire n'est qu'une apparence : derrière les modifications de surface qu'apporte le temps, les hommes ne changent pas, ils sont toujours les mêmes. Nature et histoire s'excluent. Ou encore, si on admet que l'homme change mais...

5 pages - 1,80 ¤

Y a-t-il une nature humaine ?

Note : 9/10

LA NÉGATION DE L'IDÉE DE NATURE HUMAINE Elle peut se faire au nom du peuple, au nom de la race, au nom de l'individu, au nom de la culture ou au nom de l'histoire. Au nom du peuple : l'ethnocentrisme ■ La terre habitée la plus éloignée de toute autre terre habitée, l'île de Pâques, s'est appelée, en langue indigène «...

4 pages - 1,80 ¤

Les raisons de croire

Note : 6.5/10

. En ce sens, la naïveté, la foi, l'opinion sont des modes différents de croyance. Pourtant, il y a des différences entre la naïveté et la foi par exemple. La croyance peut être ignorance et ignorée. Dans ce cas, là on ne croit pas volontairement mais on adhère à une idée sans réfléchir. On peut préférer croire parce...

3 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 17498 17499 17500 17501 17502 17503 17504 17505 17506 17507 17508 17509 17510 17511 17512 17513 17514 17515 17516 17517 17518 17519 17520 17521 17522 17523 17524 17525 17526 17527 17528 17529 17530 17531 17532 17533 17534 17535 17536 17537 17538 17539 17540 17541 17542 17543 17544 17545 17546 17547 17548 17549 17550 17551 17552 17553 17554 17555 17556 17557 17558 17559 17560 17561 17562 17563 17564 17565 17566 17567 17568 17569 17570 17571 17572 17573 17574 17575 17576 17577 17578 17579 17580 17581 17582 17583 17584 17585 17586 17587 17588 17589 17590 17591 17592 17593 17594 17595 17596 17597

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit