LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

Le roman et ses personnages : visions de l'homme et du monde

3 CORPUS 1.   P, CARLET DE CHAMBLAIN DE MARIVAUX, La Vie de Marianne, 1742. 2.  A. ROSSE-GRILLET, Les Gommes, 1953. 3.  M. KUNDERA, L\'Immortalité, 1990.   4.  P. CLAUDEL, Les Âmes grises, 2003.||> QUESTION Dans leur manière d\'introduire les personnages, ces textes cherchent ils à donner l\'illusion du réel ? Justifiez votre réponse. > TRAVAIL D\'ÉCRITURE [16 pts ] — Commentaire Vous commenterez le texte de Marivaux...

11 pages - 1,80 ¤

« RÉFLEXIONS SUR LA RÉVOLUTION DE FRANCE » D'EDMUND BURKE

On s\'étonne moins, cela étant connu, de voir Burke suivre les premiers travaux de l\'Assemblée nationale constituante d\'un esprit méfiant et fermé, plein de doutes sur l\'avenir. Quand il croit reconnaître les principes abstraits, le goût de la table rase, la logique nue des sophistes français de 1773, ces doutes deviennent une certitude : cela finirait mal, et...

11 pages - 1,80 ¤

Personnages en souffrance

> CORPUS 1.       Madame DE LA FAYETTE, La Princesse de Clèves, 1662. 2.    A. DE MUSSET, La Confession d\'un enfant du siède, 1836.   3.    M. PRousr, Un Amour de Swann, 1913.||> TRAVAIL D\'ÉCRITURE [16 pts] 1 - Commentaire Vous commenterez l\'extrait de Un Amour de Swann de Proust (texte 3). Il - Dissertation Un personnage de roman peut-il se concevOir sans souffrance ( désillusion ? Vous...

7 pages - 1,80 ¤

Relations amoureuses (corpus corrigé)

Albertine est la compagne du narrateur qui, par jalousie, la surveille constamment. D\'Albertine, en revanche, je n\'avais plus rien à apprendre. Chaque jour, elle me semblait moins jolie. Seul le désir qu\'elle excitait chez les autres, quand l\'apprenant, je recommençais à souffrir et voulais la leur disputer, la hissait à mes yeux sur un haut pavois1• Elle était capable...

7 pages - 1,80 ¤

Le roman et ses personnages : visions de l'homme et du monde

L\'action de ce roman se déroule en 1612. Fraîchement débarqué à Paris, un jeune peintre ambitieux, Nicolas Poussin, se rend rat domicile de Maitre Porbus, un célèbre peintre de cour, dans l\'espoir de devenir son élève. Arrivé sur le palier, il fait une étrange rencontre.||> QUESTION                                                        [4 pts] Dans quelle mesure ces portraits prennent-ils appui sur le réel, dans...

11 pages - 1,80 ¤

« RÉFLEXIONS SUR LA RÉVOLUTION DE FRANCE » D'EDMUND BURKE

Il porte la marque de son origine et de sa confection à la fois fiévreuse et travaillée. Le manque de composition préméditée saute aux yeux. Burke avoue que son sujet aurait pu être mieux divisé et distribué. Il n\'y a pas un seul titre tout au long de l\'ouvrage, pas de chapitres, aucune indication extérieure qui permette de...

18 pages - 1,80 ¤

« MEIN KAMPF » (MON COMBAT) D1 ADOLF HITLER

C\'est en 1889 que naît, dans cette symbolique petite ville frontière de Braunau­sur-l\'lnn, l\'homme qui se dit « choisi par le Ciel.» pour proclamer la volonté raciste du Créateur. Il fait, confesse-t-il, de médiocres études techniques à la Realschule de Linz, chef-lieu de la Haute-Autriche. Le dessin seul l\'attire, et, se refusant à devenir fonctionnaire autrichien comme son...

12 pages - 1,80 ¤

LES « RÉFLEXIONS SUR LA VIOLENCE » DE GEORGES SOREL

Comment situer la pensée d\'un Sorel ? Brassez ensemble du Marx - une forte ration de matérialisme historique - du Proudhon à haute dose, du Bergson fluide et du Nietzsche explosif, vous obtiendrez à peu près cette pensée riche et confuse, à la fois attirante et irritante. C\'est en ces termes qu\'un amateur de pittoresque dans l\'histoire des...

11 pages - 1,80 ¤

L'« ENQUÊTE SUR LA MONARCHIE » DE CHARLES MAURRAS

de l\'Ancien Régime, n\'était pas une poussière d\'individus comme la prétendue société « moderne ». Elle se composait de « corps » qui depuis la famille jusqu\'au métier encadraient l\'individu. Dans cette société constituée, tout tendait \' faire corps. On y connaissait le nous, non le moi. L\'État était une « grande famille ». Le sens profond de...

14 pages - 1,80 ¤

LE « MANIFESTE DU PARTI COMMUNISTE » DE KARL MARX ET FRIEDRICH ENGELS

Le socialisme, sans doute, a une lointaine racine dans la lutte éternelle entre les riches et les pauvres, ceux qui ont et ceux qui n\'ont pas, dans l\'éternelle revendication égalitaire, dans l\'esprit « partageux s· Mais dans l\'Antiquité, au Moyen Age, au xvne siècle, sous la Révolution française même, aucune doctrine cohérente et efficace ne soutenait cette lutte,...

19 pages - 1,80 ¤

Socialisme et nationalisme

C\'est une grande date que 1848. La Révolution a une tout autre ampleur que celle de 1830. Elle continue la Révolution de 1789, mais elle la dépasse. Née en France, elle gagne l\'Europe: Prusse, Autriche, Piémont-Sardaigne. Sans infirmer, au contraire, les prévisions de Tocqueville, elle vient compliquer encore la tâche des «nations de nos jours ». Voici que...

1 page - 1,80 ¤

« LA DÉMOCRATIE EN AMÉRIQUE » D'ALEXIS DE TOCQUEVILLE

De quelque cOté que nous jetions nos regards, nous· apercevons la même Révolution qui se continue dans tout l\'univers chrétien. - Partout on a vu les divers incidents de la vie des peuples tourner au profit de la démocratie ; tous les bommes l\'ont aidée de leurs efforts : ceux qui avaient en vue de concourir à ses...

16 pages - 1,80 ¤

LES « DISCOURS A LA NATION ALLEMANDE » DE FICHTE

Ces idées, ce caractère lui avaient valu, jusque-là, maints déboires. Il avait perdu, en 1799, sa chaire à Iéna, et avait dû se Hxer à Berlin. Sans argent et sans poste, il restait plein d\'énergie et d\'espoir, ne voyant dans ce qui lui arrivait qu\'une première résistance à l\'action vigoureuse de son esprit, et acceptant la lutte. «...

8 pages - 1,80 ¤

Suites de la Révolution 1790-1848 (philosophie politique)

Rousseau, l\'inattendu Rousseau, dans l\'un de ses écrits politiques de circonstance, Jugement sur la Polysynodie de l\'abbé de Saint-Pierre, avait donné cet averlissement prophétique : Qu\'on juge du danger d\'émouvoir une fois les masses énormes qui composent la monarchie française. Qui pourra retenir l\'ébranlement donné et prévoir tous les eflels qu\'il peul produire? Quand tous les avantages du nouveau...

1 page - 1,80 ¤

L'ESPRIT CONTRE LÉVIATHAN

Rompre avec Marx, pour lui, n\'est pas le renier. C\'est « dépasser » une doctrine qui, en son temps, n\'était pas une • erreur », mais qui l\'est devenue. Rationalisme, déter­minisme de Marx, l\'auteur les rejette également comme périmés, comme correspondant à une mentalité scientiste propre au XIxe siècle et dépassée au xxe, c siècle de la psychologie...

6 pages - 1,80 ¤

« L'ESPRIT DES LOIS » DE MONTESQUIEU

à des tendances directrices dont la raison rend compte ; que l\'intelligence en un mot est capable de débrouiller le chaos apparent des législations qui, dans le temps et l\'espace, ont régi ou régissent les sociétés. Un Gascon de génie, Michel de Montaigne, avait pris un maiin plaisir à faire défiler devant le lecteur, dans le chapitre des Essais...

24 pages - 1,80 ¤

L' ESSAI SUR LE GOUVERNEMENT CIVIL DE JOHN LOCKE

||Le parti whig, qui avait lutté victorieusement contre la prérogative des rois Stuarts, avait besoin de ce contre-poison. La Révolution de 168 était une révolution whig. En chassant Jacques II, Stuart incurable, mais souverain légitime, n\'avait-on pas porté atteinte à un principe sacré ? C\'est ce que se demandaient avec inquiétude maintes consciences anglaises. Locke - mettant au...

8 pages - 1,80 ¤

« DU CONTRAT SOCIAL » DE J.J. ROUSSEAU

Des divers ouvrages que j\'avais sur le chantier, celui que je méditais depuis longtemps, dont je m\'occupais avec le plus de goût, auquel je voulais travailler toute ma vie, et qui devait, selon moi, mettre le sceau à ma répu­tation, étaient mes Institutions politiques. Il y avait treize ou quatorze ans que j\'en avais conçu la première idée,...

18 pages - 1,80 ¤

LA POLITIQUE TIRÉE DE L'ÉCRITURE SAINTE DE BOSSUET

Bossuet fut précepteur du Dauphin de 1670 à 1679. Il se voua à sa tâche comme à un sacerdoce national. Il renouvela complètement, à l\'âge de quarante-trois ans, sa propre culture en matière profane, afin de se mettre en état de composer lui-même pour son élève les ouvrages pédagogiques nécessaires. La Politique, ainsi que le Discours sur l\'Histoire...

7 pages - 1,80 ¤

LE LÉVIATHAN DE THOMAS HOBBES

Alors paraît à Londres un livre au titre étrange : Léviathan ou la matière, la forme el la puissance d\'un Étal ecclésiastique el civil. « Léviathan », c\'est un monstre biblique, une sorte de gros hippopotame dont parle le livre de Job, en précisant « qu\'il n\'est pas de puissance sur la terre qui puisse lui être comparée...

10 pages - 1,80 ¤

LES « SIX LIVRES DE LA RÉPUBLIQUE » DE JEHAN BODIN

1576. Le massacre de la Saint-Barthélemy est antérieur de quatre ans. L\'atrocité - machiavélique - du moyen n\'a pu réaliser l\'élimination des protestants, dissidents de la vraie foi. D\'ailleurs les protestants, pour qui il n\'y a de vraie foi que la foi réformée, n\'admettent pas plus que leurs persécuteurs catholiques une dualité de religions dans le royaume de...

8 pages - 1,80 ¤

« LE PRINCE » DE MACHIAVEL

En Italie même, l\'une des missions de Machiavel le mit en contact en 1502 avec César Borgia, duc de Valentinois, fils du pape Alexandre VI. César, cardinal à seize ans, avait, manquant décidément de vocation, déposé ses dignités ecclésiastiques pour tenter de constituer en Italie centrale un vaste domaine princier. Type achevé du grand fauve de la Renaissance, monstre...

18 pages - 1,80 ¤

« QU'EST-CE Q!IE LE TIERS ÉTAT- ? » DE SIEYÈS

Rien Jusqu\'à présent le tiers n\'a rien été. Car en France on n\'est rien quand on n\'a pour soi que la protection de la loi commune. Et le tiers est par définition l\'ensemble de ceux qui appartiennent à l\'ordre commun, qui sont soumis à la loi commune : la masse des non-privilégiés. Pour n\'être pas tout à fait écrasé,...

6 pages - 1,80 ¤

Analyse de l'Acte IV Scène V De Tartuffe de Molière

Tout d\'abord Elmire, qui lui oppose sa situation et sa dévotion : \"Mais comment consentir à ce que vous voulez, - Sans offenser le Ciel, dont toujours vous parlez?\" vers 1479, 1480. Tartuffe répond en tournant en dérision ces craintes : \"Si ce n\'est que le Ciel qu\'à mes vœux on oppose,- Lever un tel obstacle est à...

2 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 5850 5851 5852 5853 5854 5855 5856 5857 5858 5859 5860 5861 5862 5863 5864 5865 5866 5867 5868 5869 5870 5871 5872 5873 5874 5875 5876 5877 5878 5879 5880 5881 5882 5883 5884 5885 5886 5887 5888 5889 5890 5891 5892 5893 5894 5895 5896 5897 5898 5899 5900 5901 5902 5903 5904 5905 5906 5907 5908 5909 5910 5911 5912 5913 5914 5915 5916 5917 5918 5919 5920 5921 5922 5923 5924 5925 5926 5927 5928 5929 5930 5931 5932 5933 5934 5935 5936 5937 5938 5939 5940 5941 5942 5943 5944 5945 5946 5947 5948 5949 5950 5951 5952 5953 5954 5955 5956 5957 5958 5959 5960 5961 5962 5963 5964 5965 5966 5967 5968 5969 5970 5971 5972 5973 5974 5975 5976 5977 5978 5979 5980 5981 5982 5983 5984 5985 5986 5987 5988 5989 5990 5991 5992 5993 5994 5995 5996 5997 5998 5999 ... 17258 17259 17260 17261 17262 17263

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit