LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

Les sciences de la matière. — La méthode expérimentale.

La simple observation des faits se complète, quand c’est possible, par l’expérimentation, souvent précédée elle-même d’une conjecture ou hypothèse. Supposant, prévoyant telle solution, l’homme de science saura mieux choisir les faits privilégiés qui confirmeront ou détruiront cette conjecture. Et puis, comme il s’attendra (cf. notre chap. sur l’attention) à la production d’un phénomène, il risquera moins de le...

8 pages - 1,80 ¤

L’idée de loi et les transformations qu’elle a subies. — Valeur des lois scientifiques.

De quoi s’agit-il ? — Les succès obtenus par la Science dans l’ordre de la prévision (et de l’action) ne sauraient être, nous l’avons dit précédemment, l’effet d’un pur hasard. Notre action sur les choses, si elle n’est pas la preuve d’une valeur absolue dam l\'ordre de la connaissance, indique, à tout le moins, que les lois de...

3 pages - 1,80 ¤

L’apparition de l’intelligence et ses manifestations essentielles. - Le discernement des rapports. - L’invention.

Pour en revenir à l\'instinct, que signifie, étymologiquement, ce terme ? Il signifie : piquer, stimuler, éperonner pour aller dans une certaine direction, nous précise le grand linguiste Émile Egger (in Vocab. philos. A. Lalande) ... Simple métaphore, attachée comme une étiquette à un ensemble disparate de comportements animaux. Une tendance que l’on pourrait appeler «paresseuse », si...

12 pages - 1,80 ¤

« L'ESPRIT HUMAIN COULE AVEC LES ÉVÉNEMENTS COMME UN FLEUVE. .. » d'Hippolyte Taine, 1828 1893, Essais de critique et d'histoire.

« Ce style et ces sentiments  sont si éloignés des nôtres, que nous avons peine à les comprendre. Ils sont comme des parfums trop fins : nous ne les sentons plus; tant de délicatesse nous semble de la froi deur ou de la fadeur. La société transformée a transformé l\'âme. L’homme, comme toute chose vivante, change avec l\'air...

4 pages - 1,80 ¤

Léon Poliakov, Le racisme. Commentaire.

ANALYSE En magnifiant la science, l’homme commet un péché d’orgueil. Et pourtant, cette science ne lui offre que le reflet de sa propre dimension : n’est-il pas, en effet, prétentieux de crier victoire pour un misérable saut de puce dans les étoiles alors même que 1 ’univers ne nous est concevable que par une succession astronomique de zéros ?...   Mais...

6 pages - 1,80 ¤

Jean Fourastié, Le grand espoir du XXe siècle. Commentaire

Pensez un moment à ce qu\'était la vie d’un homme antérieurement à notre ère de progrès technique. Le milieu dans lequel vivait l\'homme mûr, le milieu dans l equel il mourait, était identique à celui dans lequel il avait évolué dans sa jeunesse. Un père pouvait donner à son fils des règles générales de vie. On savait qu\'il y...

5 pages - 1,80 ¤

Henri Laborit, Éloge de la fuite.

... « Si vous rencontrez quelqu\'un vous affirmant qu\'il sait comment on doit élever des enfants, je vous conseille de ne pas lui confier les vôtres. Les parents, en paroles du moins, consciemment, désirent avant tout le bonheur de leurs enfants. Nous aurons à revenir plus loin sur cette notion du bonheur, et il est ici difficile d\'envisager...

4 pages - 1,80 ¤

RÊVERIE AU LIDO. Commentaire

Chateaubriand (1768-1848) était déjà passé par Venise, en 1806, lors de son voyage en Orient. En septembre 1833 il revint sur les lieux et voulut « saluer l\'Adriatique » en allant au Lido, île longue et étroite qui sépare la lagune vénitienne de la mer. Il n\'est sorti de la mer qu’une aurore ébauchée et sans sourire. La transformation...

3 pages - 1,80 ¤

LA PRISON de Stendhal, La Chartreuse de Parme. Commentaire

LA PRISON L\'image sublime de Clélia Conti, en s’emparant de toute son âme, allait jusqu\'à lui donner de la terreur. Il sentait trop bien que l\'éternel bonheur de sa vie allait le forcer de compter avec la fille du gouver neur, et qu’il était en son pouvoir de faire de lui le plus malheureux des hommes. Chaque jour il...

3 pages - 1,80 ¤

Gérard de Nerval, Aurélia. Commentaire

Interné pour troubles mentaux à plusieurs reprises, Ner val a composé, dans les derniers instants de lucidité que lui laissait ce qu’il appelait pudiquement sa maladie, un récit de ses expériences oniriques, Aurélia, qui fut publié en deux temps (1er janvier 1855 et 15 février 1855). Dans 1 ’intervalle, Nerval était retrouvé pendu (suicide ou acte criminel ?)...

4 pages - 1,80 ¤

Victor Hugo, L’homme qui rit (1869). Commentaire

« Je représente l\'humanité telle que ses maîtres l\'ont faite. L\'homme est un mutilé. Ce qu\'on m\'a fait, on l\'a fait au genre humarh. On lui a déformé le droit, la justice, la vérité, la raison, l\'intelligence, comme à moi les yeux, les narines et les oreilles; comme à moi, on lui a mis au cœur un cloaque...

3 pages - 1,80 ¤

Colette, Les vrilles de la vigne, (Jour gris). Commentaire

( ...) J\'appartiens à un pays que j’ai quitté. Tu ne peux empêcher qu\'à cette heure s\'y épanouisse au soleil toute une chevelure embau mée de forêts. Rien ne peut empêcher qu\'à cette heure l\'herbe pro fonde y noie le pied des arbres, d\'un vert délicieux et apaisant dont mon âme a soif... Viens, toi qui l\'ignores, viens...

5 pages - 1,80 ¤

ÉCRIT SUR LA VITRE D'UNE FENÊTRE FLAMANDE. Commentaire

ÉCRIT SUR LA VITRE D\'UNE FENÊTRE FLAMANDE. J\'aime le carillon dans tes cités antiques, 0 vieux pays gardien de tes mœurs domestiques, Noble Flandre o ù le nord se réchauffe engourdi Au soleil d e Castille e t s\'accouple au midi! L e carillon, c\'est l\'heure inattendue et folle Que l\'œil croit voir, vêtue en danseuse espagnole, Ap paraître soudain par le trou vif et...

2 pages - 1,80 ¤

Commentaire: LA MAISON SERAIT PLEINE DE ROSES ET DE GUÊPES de Francis Jammes, Choix de poésies, N.C.L., p. 43.

LA MAISON SERAIT PLEINE DE ROSES ET DE GUÊPES La maison serait pleine de roses et de guêpes. On y entendait, l\'après midi, sonner les vêpres; et les raisins couleurs de pierre transparente sembleraient dormir au soleil sous l\'ombre lente. Comme je t\'y aimerais. Je te donne tout mon cœur qui a vingt quatre ans et mon esprit moqueur, mon orgueil et ma poésie de...

2 pages - 1,80 ¤

Claude Levi Strauss, Race et histoire : commentaire

« Il est possible, dira-t-on, sur le plan d\'une logique abstraite, que chaque culture soit incapable de porter un jugement vrai sur une autre puisqu\'une culture ne peut s\'évader d\'elle même et que son appréciation reste, par conséquent, prisonnière d\'un relativisme sans appel. Mais regardez autour de vous; soyez attentif à ce qui se passe dans le monde...

5 pages - 1,80 ¤

PLEIN CIEL de Supervielle, Poèmes, 1939 1945. Commentaire

PLEIN CIEL J\'avais un cheval Dans u n champ de ciel Et je m\'enfonçais Dans le jour ardent. Rien ne m\'arrêtait J\'allais sans savoir, C\'était un navire Plutôt qu\'un cheval, C\'était un désir Plutôt qu\'un navire, C\'était un cheval Comme on n\'en voit pas, Tête de coursier, Robe de délire, Un vent qui hennit En se répandant. Je montais toujours Et faisais des signes « Suivez mon chemin, Vous pouvez venir, Mes meilleurs amis, La route...

2 pages - 1,80 ¤

PROSE DU BONHEUR ET D'ELSA d'Aragon, Le roman inachevé. Commentaire

PROSE DU BONHEUR ET D\'ELSA J\'étais celui qui sait seulement être contre Celui qui sur le noir parie à tout moment Que serais je sans toi qui vins à ma rencontre Que cette heure arrêtée au cadran de la montre Que serais je sans toi qu\'un cœu r au bois dormant Que serais-je sans toi que ce balbutiement U n...

2 pages - 1,80 ¤

Francis Ponge. Le pain. Commentaire

LE PAIN La surface d u pain est merveilleuse d\'abord à cause de cette impres sion quasi panoramique qu\'elle donne : comme si l\'on avait à sa disposition sous la main les Alpes, le Tau rus 1 ou la Cordillère des Andes. Ainsi donc une masse amorphe en train d\'éructer 2 fut glissée pour nous dans le four stellaire 3,...

2 pages - 1,80 ¤

Jacques Prévert, Grand Bal du Printemps. Commentaire

Exilé des vacances dans sa zone perdue Il découvre la mer que jamais il n\'a vue La caravane vers l\'ouest la caravane vers l\'est et vers la Croix du Sud et vers l\'Étoile d u Nord ont laissé là pour lui de vieux wagons couverts de rêves et de poussière Voyageur clandestin enfantin ébloui il a poussé la porte du Palais des Mirages et dans les décombres familiers...

2 pages - 1,80 ¤

Jean Marie Domenach. Commentaire.

Selon votre préférence, résumez le texte suivant en respectant son mouvement, ou bien analysez le en distinguant et ordonnant les thèmes et en vous attachant à rendre compte de leurs rapports. Vous indiquerez, en tête de votre copie, par le mot Résumé ou Analyse, la nature de votre choix. Après ce résumé ou cette analyse, vous dégagerez du texte...

6 pages - 1,80 ¤

Eugène Ionesco, Notes et contre notes, N.R.F., Gallimard. Commentaire

Je n\'affirmerai point que de nos jours l\'on ne pense pas. Mais on pense sur ce que quelques maîtres vous donnent à penser, on pense sur ce qu\'ils pensent, si on ne pense pas exactement ce qu\'ils pensent, en répétant ou en paraphrasant. En tout cas, on peut observer que trois ou quatre penseurs ont l\'initiative de la...

4 pages - 1,80 ¤

LA POÉSIE ET LES NOUVEAUX MOYENS D'EXPRESSION

LA POÉSIE ET LES NOUVEAUX MOYENS D\'EXPRESSION L\'invention de l\'imprimerie avait rompu avec la tradition d\'une poé sie orale, écoutée en public, elle conduisait à une consommation solitaire du poème et en même temps à l\'accentuation d\'une subtilité poétique que rendent possible les lectures successives du texte. Ce mouvement d\'isolement du poème et du poète trouvait son apogée dans...

5 pages - 1,80 ¤

Jean Onimus, « L'École », n° 17 9 06-1973. La société moderne : « une manipulation de l'individu ?

Si l\'on définit la violence comme l\'emploi de moyens d\'action qui portent atteinte à l\'intégrité physique, psychique ou morale, o n peut dire que la société moderne, sous ses allures les plus démocratiques ou les plus libérales, est une société violente. Certes, aucune société ne peut laisser libre cours à l\'irruption sauvage des pulsions et des instincts; la...

6 pages - 1,80 ¤

APPRENDRE A APPRENDRE de Philippe Lamour et Jacques Chalendar, Prendre le temps de vivre.

APPRENDRE A APPRENDRE Il est peu de pays dans lesquels on impose aux enfants un nombre aussi élevé d\'heures de présence en classe. Il est peu de pays dans lesquels il en résulte si peu de profit, où tout doit être aussi rapide­ment oublié pour permettre d e réapprendre autre chose qui soit utili sable. Notre pays a le...

3 pages - 1,80 ¤

LA CULTURE ET LE SAVOIR de Fernand Robert, L'humanisme. Commentaire

LA CULTURE ET LE SAVOIR O n a bien souvent cherché à discerner ce qu\'il fallait entendre par : culture; et l\'on a proposé quelques bjen jolies définitions : « Ce qui reste lorsqu\'on a tout oublié. » C\'est l\'une des meilleures. Elle a le mérite de bien faire sentir qu\'il ne faut pas ranger dans la culture elle-même...

4 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 5911 5912 5913 5914 5915 5916 5917 5918 5919 5920 5921 5922 5923 5924 5925 5926 5927 5928 5929 5930 5931 5932 5933 5934 5935 5936 5937 5938 5939 5940 5941 5942 5943 5944 5945 5946 5947 5948 5949 5950 5951 5952 5953 5954 5955 5956 5957 5958 5959 5960 5961 5962 5963 5964 5965 5966 5967 5968 5969 5970 5971 5972 5973 5974 5975 5976 5977 5978 5979 5980 5981 5982 5983 5984 5985 5986 5987 5988 5989 5990 5991 5992 5993 5994 5995 5996 5997 5998 5999 6000 6001 6002 6003 6004 6005 6006 6007 6008 6009 6010 6011 6012 6013 6014 6015 6016 6017 6018 6019 6020 6021 6022 6023 6024 6025 6026 6027 6028 6029 6030 6031 6032 6033 6034 6035 6036 6037 6038 6039 6040 6041 6042 6043 6044 6045 6046 6047 6048 6049 6050 6051 6052 6053 6054 6055 6056 6057 6058 6059 6060 ... 17258 17259 17260 17261 17262 17263

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit