LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

LA PERSONNE (cours de philo complet)

Disons pour simplifier excessivement que la personnalité est d’une part l’ensemble des façonnements produits par l’histoire personnelle et par le milieu culturel (donc qu’elle se construit et s’organise dans le Temps en liaison avec « le caractère » constitutionnel et ses réactions aux situations, et aussi avec les stades de la maturation bio-psychologique et les âges de la...

5 pages - 1,80 ¤

LA VOLONTÉ (cours de philo complet)

L\'événement « involontaire » est celui dont les causes sont étrangères aux intentions conscientes du « moi ».   3 — Les sujets qui « manquent de volonté >i. Leur étude nous fait énumérer toutes les formes des maladies de la volonté. Nous en trouvons trois genres :   A — Les sujets qui manquent de buts personnels. Tels sont : les...

15 pages - 1,80 ¤

LE DEVOIR (cours de philo complet)

On peut considérer indistinctement le cas de conscience comme un conflit de devoirs, un conflit de droits, un conflit entre droits et devoirs. L’exemple le plus simple est celui de l’inspecteur Javert dans « Les Misérables » de Hugo: « il voyait devant lui deux routes également droites toutes deux, mais il en voyait deux... Et angoisse poignante,...

14 pages - 1,80 ¤

LA JUSTICE (cours de philo)

1 — La justice peut être d\'abord individuelle, légale ou sociale.   A — Individuelle, elle fait « le juste » qui est l\'homme ou la femme à la vie personnelle unifiée et mettant en pratique un idéal moral sans équivoque ni faiblesse. Dès la plus haute Antiquité, le Juste se confond avec le Sage, c’est-à-dire avec l\'homme qui a...

4 pages - 1,80 ¤

LE DROIT (cours de philo complet)

liberté individuelle, à la libre circulation, à la liberté d’opinion et de conscience, etc.   C’est au nom de ces « droits » que l’individu revendique contre le droit positif et c’est au nom de ces » droits » que se font les réformes et les révolutions...   La réflexion montre que ces droits ne sont individuels que par illusion, ils sont...

7 pages - 1,80 ¤

LES ÉCHANGES (cours de philo complet)

4 — L\'accroissement d’étre par l’échange. La biologie est là pour nous prouver que cet « équilibre bio-écologique « n\'est pas statique. C’est seulement dans le monde physique que l’équilibre peut produire, dans certains cas, l’immobilité (et encore, à notre échelle, pour notre perception humaine), tel l’équilibre d’une goutte en suspension dans un liquide de densité plus faible.   Le...

5 pages - 1,80 ¤

Georges Duhamel écrivait à propos du cinéma, dans les « Scènes de la Vie Future », ces lignes sévères : « C’est un divertissement d’ilotes, un passe-temps d'illettrés, de créatures misérables, ahuries par leurs besognes et leurs soucis. » Partagez-vous cette opinion ?

INTRODUCTION : Le cinéma n\'a pas été d\'emblée considéré comme un art. Les milieux cultivés sont restés longtemps méfiants en face de ce divertissement nouveau et le sont encore ; Duhamel se fait, dans les Scènes de la Vie Future, l\'écho de cette hostilité.   I. UN DIVERTISSEMENT D’ILOTES   Entre les deux guerres on parle beaucoup du « ciné » dans...

2 pages - 1,80 ¤

Voltaire a écrit : « Les livres les plus utiles sont ceux dont les lecteurs font eux-mêmes la moitié. » Comment comprenez-vous cette formule ?

||INTRODUCTION   Que représente la lecture pour ceux qui l’aiment ? Si l’on excepte les cas très particuliers qui font de l’œuvre littéraire un objet d’étude, il semble que, le plus souvent, on ouvre un livre pour y trouver un « divertissement ». Cette plongée à l’intérieur de la pensée d’un écrivain ne suppose-t-elle pas que l’on se dérobera pendant...

2 pages - 1,80 ¤

Commentez et discutez, cette affirmation de Montesquieu : « J'aime les paysans ; ils ne sont pas assez savants pour raisonner de travers ».

||INTRODUCTION   « J\'aime les paysans, ils ne sont pas assez savants pour raisonner de travers ». Voilà une affirmation surprenante sous la plume de Montesquieu qui fut à la fois un érudit et un lettré à l\'aube d’un siècle avide de connaissances ! Il est intéressant de préciser la signification de cette formule paradoxale qui met sans doute beaucoup...

3 pages - 1,80 ¤

Commentez cette définition de l’intellectuel que donne André Malraux dans « Les Noyers de l’Altenburg » : « Un intellectuel n’est pas seulement celui à qui les livres sont nécessaires, mais tout homme dont une idée, si élémentaire soit-elle, engage et ordonne la vie ».

||INTRODUCTION   Parmi les « caractères » que notre xxe siècle pourrait offrir à l’observation d’un moderne La Bruyère, le type de l’intellectuel est sans doute l\'un des plus représentatifs de la civilisation contemporaine. Il est tentant de chercher à préciser la valeur de ce terme fréquemment employé, avec déférence par certains, avec une nuance d’ironie, voire de mépris par...

2 pages - 1,80 ¤

Commentez cette affirmation de M. Bloch-Michel rapportée par J.-P. Sartre dans « Qu'est-ce que la littérature? » : « Il faut moins de vertu dans les grandes circonstances que dans les petites ».

||INTRODUCTION   L’histoire et la littérature nous présentent un certain nombre de personnages exemplaires qui se sont illustrés par des actions héroïques dans des situations exceptionnelles. Ces êtres nous offrent de l’espèce humaine une image pleine de noblesse. Mais l’humanité ne doit-elle susciter notre admiration que dans des cas aussi particuliers? C’est ce que contestait M. Bloch-Michel lorsqu’il écrivait :...

2 pages - 1,80 ¤

« Nous voulons être délivrés. Celui qui donne un coup de pioche veut connaître un sens à son coup de pioche. Et le coup de pioche du bagnard, qui humilie le bagnard, n’est point le même que le coup de pioche du prospecteur, qui grandit le prospecteur ».

Saint-Exupéry écrit dans « Terre des Hommes » :   « Nous voulons être délivrés. Celui qui donne un coup de pioche veut connaître un sens à son coup de pioche. Et le coup de pioche du bagnard, qui humilie le bagnard, n’est point le même que le coup de pioche du prospecteur, qui grandit le prospecteur ».   En vous inspirant...

1 page - 1,80 ¤

Que pensez-vous de cette opinion sur l’oisiveté : « Hors de la société, l'homme isolé, ne devant rien à personne, a le droit de vivre comme il lui plaît ; mais dans la société, où il vit nécessairement aux dépens des autres, il leur doit en travail le prix de son entretien ; cela est sans exception. Travailler est donc un devoir indispensable à l’homme social. Riche ou pauvre, puissant ou faible, tout citoyen oisif est un fripon » (J.-J. Rousseau) ?

1. L\'homme «hors de la société» :   a) C’est là un mythe cher à Rousseau.   b) Il s\'agit d’une reconstruction toute théorique de l’histoire.   c) L\'isolement total est impossible.   2. L\'homme doit son travail à la société :   a) Cette conception s\'oppose à celle des privilégiés du XVIIIe siècle.   b) Chaque individu est spécialisé dans une fonction déterminée par une sorte de contrat avec...

1 page - 1,80 ¤

« Pourquoi écrit-on un roman ? Comment naît, se développe et s’organise dans le cerveau de son auteur une ½uvre romanesque ? Les personnages que le romancier a créés se conforment-ils dans leur conduite à ce qu’il a prévu ou échappent-ils à son contrôle ? »

||Se posant le problème de la création littéraire dans le domaine du roman, un auteur contemporain s’exprime en ces termes :   « Pourquoi écrit-on un roman ? Comment naît, se développe et s’organise dans le cerveau de son auteur une œuvre romanesque ? Les personnages que le romancier a créés se conforment-ils dans leur conduite à ce qu’il a...

3 pages - 1,80 ¤

« Le romancier authentique crée ses personnages avec les directions infinies de sa vie possible ; le romancier factice les crée avec la ligne unique de sa vie réelle. Le génie du roman fait vivre le possible : il ne fait pas revivre le réel. » En vous appuyant sur des exemples précis, vous commenterez ce jugement d’Albert Thibaudet.

||INTRODUCTION   La personnalité d’un romancier est toujours présente dans son œuvre, et ses personnages sont nourris de sa propre substance. Tantôt il choisit de revivre, à travers le cheminement de son livre, un épisode essentiel ou accessoire de sa propre existence. Tantôt il incarne dans un de ses héros tel aspect profond de lui-même dont il porte le regret...

4 pages - 1,80 ¤

Que pensez-vous de cette réflexion de d’Alembert (Réflexions sur la poésie) : « Quand on prend la peine de lire des vers, on cherche et on espère un plaisir de plus que si on lisait de la prose » ?

||INTRODUCTION   Les recueils de poèmes ne rencontrent pas de nos jours, en librairie, le même succès que les romans ou même les ouvrages historiques. Toute une partie du public demeure fermée au charme des vers, et cette méconnaissance n’est pas le propre de notre temps : au xvnie siècle, les milieux cultivés n\'étaient favorables qu’à la prose ; pourtant...

3 pages - 1,80 ¤

En vous appuyant sur des exemples, vous apprécierez cette formule par laquelle Lanson définit « en son essence » le lvrisme : « l’expression individuelle d’une inquiétude métaphysique ».

a) Dans l\'Antiquité où les Psaumes bibliques, les Chœurs de ta Tragédie grecque chantent la fragilité de l\'homme, la crainte ou l\'espoir qu\'il place dans la divinité.   b) A l\'époque romantique, notamment sous l\'influence germanique. A ce titre une phrase de Mme de Staël est significative : « l\'énigme de la destinée humaine n\'est de rien pour la plupart...

2 pages - 1,80 ¤

Commentez cette formule de Victor Hugo : « Le poète, ce philosophe du concret et ce peintre de l'abstrait ».

||INTRODUCTION   « Le poète » n’est évidemment pas enfermé tout entier dans ces quelques mots : « philosophe du concret, peintre de l’abstrait ». Mais il y est défini, avec une vigueur exemplaire, dans une de ses fonctions essentielles : celle de déchiffreur ou de créateur de symboles. Cette fonction est représentée selon un double mouvement : le poète...

2 pages - 1,80 ¤

Un critique écrit : « Ne confondons pas versification et poésie. Le versificateur n’est qu’un technicien ; la qualité d’un poète au contraire réside dans la puissance de suggestion qu’il emprunte aux sonorités, aux rythmes, aux images en accord étroit avec le sentiment. » En illustrant votre exposé d’exemples précis, vous commenterez ce jugement.

||INTRODUCTION   En tête de son Traité de versification française, Quicherat donne cette définition : « La poésie est l’art d’écrire en vers. » C’est là sans doute envisager le problème sous son aspect le plus extérieur. Le talent d’un poète ne se réduit pas à l\'application stricte de certaines règles relatives à l’assemblage des syllabes et à la répartition...

2 pages - 1,80 ¤

André Malraux écrit, à propos du mythe d’¼dipe, que l’essentiel de l’émotion tragique «c’est la conscience simultanée de la servitude humaine et de l’indomptable aptitude des hommes à fonder leur grandeur sur elle ». Vous apprécierez ce jugement sur quelques exemples pris notamment dans le théâtre français.

||INTRODUCTION   Servitude et grandeur. Cette antithèse, banale depuis Vigny, reçoit sous la plume d’André Malraux une application nouvelle : elle constitue à ses yeux la clé de la tragédie. L’émotion tragique essentielle, telle qu’on la ressent par exemple devant le destin d’Œdipe, c’est selon lui « la conscience simultanée de la servitude humaine et de l’indomptable aptitude des hommes...

2 pages - 1,80 ¤

M. Pierre-Aimé Touchard écrivait dans une étude récente sur Molière : « L’auteur dramatique n’est auteur que parce qu’il est lui-même le théâtre d’un incessant conflit qu’il ne peut ni résoudre ni dépasser, et dont il essaye de se délivrer en l’objectivant, en le dépliant sous nos yeux. » Vous examinerez quelques exemples pour expliquer et au besoin discuter cette assertion.

||INTRODUCTION   Il n’est pas rare que la critique d’aujourd’hui s’inspire de la psychanalyse pour éclaircir le mystère de la création artistique et littéraire. Aussi peut-on lire sans surprise, dans une étude sur Molière, cette affirmation de M. P.-A. Touchard : « L’auteur dramatique n\'est auteur dramatique que parce qu’il est lui-même le théâtre d’un incessant conflit qu’il ne peut...

2 pages - 1,80 ¤

« Je crois que la principale erreur de notre temps, c’est de chercher en toute chose la vitesse. Non seulement la vitesse use les machines et consomme du charbon bien plus vite qu’elle ne multiplie les produits, ce qui fait qu’elle nous appauvrit, mais aussi elle abrutit les gens qui seront bientôt conduits, par ce train des affaires, à la stupidité diligente des abeilles. » Partagez-vous cette opinion d’Alain ? La vitesse n’a-t-elle apporté que des inconvénients à notre civilisation ?

||INTRODUCTION   Il est devenu banal d’imaginer l’étonnement qui saisirait un homme des siècles passés devant le spectacle de notre monde actuel. L’un des aspects les plus frappants de cette métamorphose qui semble avoir touché notre vie depuis la fin du xixe siècle est sans doute l’accélération du rythme même de l’existence. Qu’il s’agisse des déplacements sur terre, sur mer,...

2 pages - 1,80 ¤

Que pensez-vous de ce jugement porté par Duhamel sur la publicité : « La publicité moderne marque, pour le public, un injurieux mépris. Elle traite l’homme comme le plus obtus des animaux inférieurs » ?

||INTRODUCTION   La publicité a pris, au cours du xxe siècle, une place de plus en plus grande dans la vie quotidienne : les entractes de cinéma, les murs des cités, les bas-côtés des routes, les chaînes de radiodiffusion vantent sans cesse tel produit ou telle marque. Les procédés utilisés sont extrêmement variés, et mettent en œuvre toutes les ressources...

3 pages - 1,80 ¤

« Là était la certitude, dans le travail de tous les jours... L'essentiel était de bien faire son métier. » Vous expliquerez et vous commenterez cette affirmation que Camus prête, dans « La Peste », à l’un de ses personnages.

||INTRODUCTION   Dans la Peste, Albert Camus nous peint une ville sur laquelle s’appesantit un fléau abominable ; lorsque le personnage principal, le docteur Ricux, apprend le nom exact du mal contre lequel il va devoir lutter, l’épouvante s’empare de lui pendant quelques instants, et les images hallucinantes des épidémies passées lui viennent à l’esprit. Mais les bruits de la...

3 pages - 1,80 ¤

Le règne de la technique coïncide-t-il avec un déclin des arts ?

||INTRODUCTION   Le mythe de l\'âge d’or hante l\'humanité, et il n’est pas d’époque où l’on n’ait regretté le prestige du passé. Voltaire considérait le siècle de Louis XIV comme l’apogée des arts, et cent ans plus tard Vigny déplorait l’invasion des chemins de fer avec lesquels s’évanouissait, pensait-il, la poésie du voyage. Beaucoup de nos contemporains, eux aussi, se...

3 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 5981 5982 5983 5984 5985 5986 5987 5988 5989 5990 5991 5992 5993 5994 5995 5996 5997 5998 5999 6000 6001 6002 6003 6004 6005 6006 6007 6008 6009 6010 6011 6012 6013 6014 6015 6016 6017 6018 6019 6020 6021 6022 6023 6024 6025 6026 6027 6028 6029 6030 6031 6032 6033 6034 6035 6036 6037 6038 6039 6040 6041 6042 6043 6044 6045 6046 6047 6048 6049 6050 6051 6052 6053 6054 6055 6056 6057 6058 6059 6060 6061 6062 6063 6064 6065 6066 6067 6068 6069 6070 6071 6072 6073 6074 6075 6076 6077 6078 6079 6080 6081 6082 6083 6084 6085 6086 6087 6088 6089 6090 6091 6092 6093 6094 6095 6096 6097 6098 6099 6100 6101 6102 6103 6104 6105 6106 6107 6108 6109 6110 6111 6112 6113 6114 6115 6116 6117 6118 6119 6120 6121 6122 6123 6124 6125 6126 6127 6128 6129 6130 ... 17260 17261 17262 17263 17264 17265

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit