Devoir de Philosophie

La Cour de Louis XIV [Note 1: Le lit de Mme de Maintenon etait dans la partie actuellement occupee par l'escalier de stuc construit sous le regne de Louis-Philippe, et qui continue l'escalier de marbre.

Extrait du document

maintenon
La Cour de Louis XIV [Note 1: Le lit de Mme de Maintenon etait dans la partie actuellement occupee par l'escalier de stuc construit sous le regne de Louis-Philippe, et qui continue l'escalier de marbre.] [Note 2: Ces cinq marches, qui servaient a monter dans la quatrieme et derniere piece de l'appartement (grand cabinet de Mme de Maintenon, salle N deg. 143 de la Notice), ont ete supprimees, le sol de cette derniere ayant ete baisse.] Chez elle avec le roi, dit encore Saint-Simon, "ils etaient chacun dans leur fauteuil, une table devant chacun d'eux, aux deux coins de la cheminee, elle du cote du lit, le roi le dos a la muraille, du cote de la porte de l'antichambre, et deux tabourets devant sa table, un pour le ministre qui venait travailler, l'autre pour son sac." En somme, cet appartement n'avait rien de splendide. "Je ne sais, a dit M. Lavallee [3], si la femme de chambre de quelque parvenu de nos jours se contenterait de cette chambre unique ou Louis XIV venait travailler, ou Mme de Maintenon mangeait, couchait, s'habillait, recevait toute la cour, ou tout le monde passait, disait-elle, comme dans une eglise. [Note 3: Introduction aux Curiosites historiques sur Louis XIII, Louis XIV et Louis XV, par M. Le Roi.] Au reste, les princesses, les princes, le roi lui-meme, n'etaient pas plus commodement loges. Tout avait ete sacrifie au faste, a l'eclat, a la representation dans ce magnifique chateau. Louis XIV etait perpetuellement en scene et y tenait sans interruption son role de roi; mais au milieu de toutes ces peintures, ces dorures, ces marbres, ces splendeurs, on n'avait pas une seule des aisances de nos jours; on gelait dans ces immenses pieces, dans ces grandes galeries, dans ces chambres ouvertes de toutes parts." Maintenant que nous connaissons l'appartement de la compagne de Louis XIV, jetons un coup d'oeil sur l'existence qu'elle y menait. Elle se levait ordinairement entre 6 et 7 heures, et allait aussitot a la messe, ou elle communiait trois ou quatre fois par semaine. La journee se passait en bonnes oeuvres, en ecritures, en visites a Saint-Cyr. Le roi venait regulierement chez elle tous les soirs, vers 5 ou 6 heures, et y restait jusqu'a 10, heure ou il allait souper. Le train de maison de Mme de Maintenon etait modeste. Le roi lui donnait quarante-huit mille livres par an, plus douze mille livres pour ses etrennes, et cette somme passait presque tout entiere en aumones. Aupres d'elle etaient sa vieille servante Manon, l'ancienne compagne des jours d'adversite, et un petit nombre de domestiques respectueux et silencieux. Son rang, qui la placait entre les simples particuliers et les reines, n'etant pas bien determine, il eut ete difficile qu'elle vecut habituellement au milieu de l'etiquette de la cour. Aussi ne sortait-elle guere de son appartement. "Son elevation, dit Voltaire, ne fut pour elle qu'une retraite." Pendant que Mme de Maintenon se recueille ainsi, tout pres d'elle la cour s'agite. L'escalier de marbre, au bas duquel est la demeure du dauphin, et qui conduit a la fois aux appartements de la dauphine[1], a ceux de Mme de Maintenon et a ceux de Louis XIV, est sans cesse encombre par ces hommes "qui sont maitres de leurs gestes, de leurs yeux, de leur visage, qui dissimulent les mauvais offices, sourient a leurs ennemis, deguisent leurs passions[2]". C'est cet escalier qu'ils montent pour assister au lever et au coucher du roi. Ils passent dans la salle des gardes[3], puis dans l'antichambre du roi[4], puis dans la chambre des Bassans, ou ils attendent le lever du monarque. [Note 1: Depuis la mort de Marie-Therese, les appartements de la reine etaient occupes par la dauphine.] [Note 2: La Bruyere, De la Cour.] [Note 3: Salle N deg. 120 de la Notice du Musee.] [Note 4: Salle N deg. 121, id.] Avec vos brillantes hardes Et votre ajustement, VII. L'APPARTEMENT DE MME DE MAINTENON 33 La Cour de Louis XIV Faites tout le trajet de la salle des gardes; Et vous peignant galamment, Portez de tous cotes vos regards brusquement; Ne manquez pas, d'un haut ton, De les saluer par leur nom, De quelque rang qu'ils puissent etre. Cette familiarite Donne a quiconque en use un air de qualite. Grattez du peigne a la porte De la Chambre du roi, Ou si, comme je prevoi, La presse s'y trouve trop forte, Montrez de loin votre chapeau, Ou montez sur quelque chose Pour faire voir votre museau; Et criez sans aucune pause, D'un ton rien moins que naturel: Monsieur l'huissier, pour le marquis un tel[1]. [Note 1: Moliere, Remerciement au Roi.] La chambre des Bassans[2], ainsi nommee parce qu'on y voit des tableaux de ce maitre, est le salon d'attente qui precede la chambre a coucher de Louis XIV. Il y a plusieurs entrees differentes: l'entree familiere pour les princes, la grande entree pour les grands officiers de la couronne; la premiere entree pour ceux qui, par leur charge, ont un brevet d'entree; l'entree de la chambre pour les officiers de la chambre du roi. Le ceremonial est regle de la maniere la plus precise. Le garcon de la chambre ouvre les deux battants de la porte seulement pour le dauphin et les princes du sang. La porte s'ouvre pour chaque autre personne admise et se referme immediatement. [Note 2: Etat de France en 1694.] "On doit gratter doucement aux portes de la chambre; de l'antichambre et des cabinets, et non pas heurter rudement. De plus, si l'on veut sortir les portes etant fermees, il n'est pas permis d'ouvrir soi-meme la porte; mais on doit se la laisser ouvrir par l'huissier[1]." [Note 1: Salle no 123 de la Notice du Musee. Sous Louis XIV, cette salle, qui forme actuellement le salon de l'Oeil-de-Boeuf, etait divisee en deux pieces: la premiere etait la chambre des Bassans; la seconde servit de chambre a coucher au roi jusqu'en 1691, annee ou il s'installa dans la salle suivante (no 124), pour y demeurer jusqu'a sa mort.] A 8 heures, Louis XIV se leve et fait sa priere. Puis il sort de la balustrade de son lit, et il dit: "Au conseil!" Jusqu'a midi et demi, il travaille avec ses ministres. Ensuite, escorte par les princes, les princesses, les officiers, les grands seigneurs, il se rend a la messe, traversant la galerie des Glaces, ou tout individu peut le voir, lui presenter un placet, et meme lui parler. Il passe par les salons de la Guerre, d'Apollon, de Mercure, de Mars, de Diane, de Venus et de l'Abondance[2], et arrive a la chapelle, qui s'eleve dans toute la hauteur du rez-de-chaussee et du premier etage[3]. En bas se trouvent l'autel et la chaire, ou prechent tour a tour Bossuet, Bourdaloue et Massillon. Le haut est occupe par les tribunes. [Note 2: Ces salons, qui forment ce qu'on appelait les grands appartements du roi, portent les nos 112, 111, 110, 109, 108, 107, 106, de la Notice du Musee.] [Note 3: Il ne faut pas confondre cette chapelle avec la chapelle actuelle, qui ne fut inauguree qu'en 1710. Le salon d'Hercule (no 106 de la Notice), qui sert VII. L'APPARTEMENT DE MME DE MAINTENON 34

« Faites tout le trajet de la salle des gardes; Et vous peignant galamment, Portez de tous cotes vos regards brusquement; Ne manquez pas, d'un haut ton, De les saluer par leur nom, De quelque rang qu'ils puissent etre. Cette familiarite Donne a quiconque en use un air de qualite. Grattez du peigne a la porte De la Chambre du roi, Ou si, comme je prevoi, La presse s'y trouve trop forte, Montrez de loin votre chapeau, Ou montez sur quelque chose Pour faire voir votre museau; Et criez sans aucune pause, D'un ton rien moins que naturel: Monsieur l'huissier, pour le marquis un tel[1]. [Note 1: Moliere, Remerciement au Roi.] La chambre des Bassans[2], ainsi nommee parce qu'on y voit des tableaux de ce maitre, est le salon d'attente qui precede la chambre a coucher de Louis XIV. Il y a plusieurs entrees differentes: l'entree familiere pour les princes, la grande entree pour les grands officiers de la couronne; la premiere entree pour ceux qui, par leur charge, ont un brevet d'entree; l'entree de la chambre pour les officiers de la chambre du roi. Le ceremonial est regle de la maniere la plus precise. Le garcon de la chambre ouvre les deux battants de la porte seulement pour le dauphin et les princes du sang. La porte s'ouvre pour chaque autre personne admise et se referme immediatement. [Note 2: Etat de France en 1694.] “On doit gratter doucement aux portes de la chambre; de l'antichambre et des cabinets, et non pas heurter rudement. De plus, si l'on veut sortir les portes etant fermees, il n'est pas permis d'ouvrir soi-meme la porte; mais on doit se la laisser ouvrir par l'huissier[1].” [Note 1: Salle no 123 de la Notice du Musee. Sous Louis XIV, cette salle, qui forme actuellement le salon de l'Oeil-de-Boeuf, etait divisee en deux pieces: la premiere etait la chambre des Bassans; la seconde servit de chambre a coucher au roi jusqu'en 1691, annee ou il s'installa dans la salle suivante (no 124), pour y demeurer jusqu'a sa mort.] A 8 heures, Louis XIV se leve et fait sa priere. Puis il sort de la balustrade de son lit, et il dit: “Au conseil!” Jusqu'a midi et demi, il travaille avec ses ministres. Ensuite, escorte par les princes, les princesses, les officiers, les grands seigneurs, il se rend a la messe, traversant la galerie des Glaces, ou tout individu peut le voir, lui presenter un placet, et meme lui parler. Il passe par les salons de la Guerre, d'Apollon, de Mercure, de Mars, de Diane, de Venus et de l'Abondance[2], et arrive a la chapelle, qui s'eleve dans toute la hauteur du rez-de-chaussee et du premier etage[3]. En bas se trouvent l'autel et la chaire, ou prechent tour a tour Bossuet, Bourdaloue et Massillon. Le haut est occupe par les tribunes. [Note 2: Ces salons, qui forment ce qu'on appelait les grands appartements du roi, portent les nos 112, 111, 110, 109, 108, 107, 106, de la Notice du Musee.] [Note 3: Il ne faut pas confondre cette chapelle avec la chapelle actuelle, qui ne fut inauguree qu'en 1710. Le salon d'Hercule (no 106 de la Notice), qui sert La Cour de Louis XIV VII. L'APPARTEMENT DE MME DE MAINTENON 34 »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles