Devoir de Philosophie

Mille et un jours en prison a Berlin Docteur Henri Beland This page formatted 2004 Blackmask Online.

Publié le 11/04/2014

Extrait du document

prison
Mille et un jours en prison a Berlin Docteur Henri Beland This page formatted 2004 Blackmask Online. http://www.blackmask.com o AVANT-PROPOS. o Chapitre I. "C'EST LA GUERRE!" o Chapitre II. LE BUVETIER BOCHE ET LA "BRABANÇONNE" o Chapitre III. "THANK YOU" o Chapitre IV. A l'HÔPITAL o Chapitre V. LA PRISE D'ANVERS o Chapitre VI. L'EXODE o Chapitre VII. DANS LES TRANSES o Chapitre VII. "L'ALLEMAND EST LA!" o Chapitre IX. UN HÔTE ALLEMAND o Chapitre X. PAROLE D'ALLEMAND o Chapitre XI. CITOYEN BRITANNIQUE o Chapitre XII. ÇA SE CORSE o Chapitre XIII. UN MAJOR DÉSOLÉ o Chapitre XIV. EN ALLEMAGNE o Chapitre XV. LA STADVOGTEI o Chapitre XVI. LA VIE EN PRISON o Chapitre XVII. OU IL EST PARLÉ DE MENU o Chapitre XVIII. EN MA QUALITÉ DE MÉDECIN o Chapitre XIX. QUELQUES PRISONNIERS INTÉRESSANTS o Chapitre XX. MACLINKS ET KIRKPATRICK o Chapitre XXI. UN SUISSE ET UN BELGE o Chapitre XXII. ÉVASIONS o Chapitre XXIII. ESPOIR DÉÇU o Chapitre XXIV. UN COLLOQUE o Chapitre XXV. INCIDENTS ET REMARQUES o Chapitre XXVI. QUESTION D'ÉCHANGE o Chapitre XXVII. VERS LA LIBERTÉ o Chapitre XXVIII. EN PENSANT A L'ALLEMAGNE o Chapitre XXIX. D'AUTRES RÉMINISCENCES o Chapitre XXX. UN SOUS-OFFICIER ALSACIEN o Chapitre XXXI. EN HOLLANDE ET EN ANGLETERRE o Chapitre XXXII. LE MILITARISTE ET LE MILITARISÉ o APPENDICE. Produced by La bibliothèque Nationale du Québec et Renald Levesque [Illustration ill_1.png PHOTOGRAPHIE DE L'AUTEUR PRISE DANS LA COUR DE LA PRISON A BERLIN, JUIN 1917] Docteur HENRI BÉLAND Mille et un jours en prison a Berlin 1 Mille et un jours en prison a Berlin MILLE ET UN JOURS EN PRISON A BERLIN 1919 A ma vieille mère, en témoignage de filiale et respectueuse affection. AVANT-PROPOS. Depuis son retour d'Allemagne, l'auteur a reçu de tous les coins du Canada et de plusieurs endroits des États-Unis d'innombrables invitations pour conférences, discours, etc. A peu d'exceptions près, il lui a été impossible naturellement d'accéder au désir si chaleureusement exprimé de part et d'autre. D'un autre côté un grand nombre de personnes dont il s'honore de l'amitié lui ont fortement conseillé de publier, sous une forme quelconque, quelques mémoires et de son séjour en Belgique--c'est-à-dire depuis son mariage à Capellen, près d'Anvers, en 1914, jusqu'à son arrestation en 1915--et de sa captivité en Allemagne les années subséquentes. C'est pour satisfaire au désir des uns et au conseil des autres qu'il offre au public la narration, écrite à la diable, qui suit. Si l'on y cherchait de la philosophie, un effort littéraire, des considérations d'ordre politique ou social ou même des jérémiades... on serait déçu. L'auteur n'a eu d'autre intention que celle de relater, sans efforts et sans prétention, des incidents et des événements, cocasses, indifférents ou tristes auxquels il a été mêlé; de faire voir superficiellement ce qu'est la vie d'un prisonnier de guerre derrière des murailles élevées sous la garde médiate ou immédiate de Prussiens authentiques. Là s'est borné son effort. H. B. MILLE ET UN JOURS EN PRISON A BERLIN Chapitre I. "C'EST LA GUERRE!" Ce jour-là, une atmosphère de religiosité enveloppait l'imposante chaîne de montagnes qui séparent l'Espagne de la France. Le Congrès Eucharistique, qui prenait fin, avait réuni, à Lourdes, un nombreux clergé et un peuple immense venus de tous les coins du monde. Tous--fidèles par centaines de mille: laïques, prêtres, prélats, évêques, princes de l'Eglise--avaient, la veille au soir, mêlé leurs voix dans les chants pieux de AVANT-PROPOS. 2
prison

« MILLE ET UN JOURS EN PRISON A BERLIN 1919 A ma vieille mère, en témoignage de filiale et respectueuse affection. AVANT-PROPOS. Depuis son retour d'Allemagne, l'auteur a reçu de tous les coins du Canada et de plusieurs endroits des États-Unis d'innombrables invitations pour conférences, discours, etc. A peu d'exceptions près, il lui a été impossible naturellement d'accéder au désir si chaleureusement exprimé de part et d'autre. D'un autre côté un grand nombre de personnes dont il s'honore de l'amitié lui ont fortement conseillé de publier, sous une forme quelconque, quelques mémoires et de son séjour en Belgique—c'est-à-dire depuis son mariage à Capellen, près d'Anvers, en 1914, jusqu'à son arrestation en 1915—et de sa captivité en Allemagne les années subséquentes. C'est pour satisfaire au désir des uns et au conseil des autres qu'il offre au public la narration, écrite à la diable, qui suit. Si l'on y cherchait de la philosophie, un effort littéraire, des considérations d'ordre politique ou social ou même des jérémiades... on serait déçu. L'auteur n'a eu d'autre intention que celle de relater, sans efforts et sans prétention, des incidents et des événements, cocasses, indifférents ou tristes auxquels il a été mêlé; de faire voir superficiellement ce qu'est la vie d'un prisonnier de guerre derrière des murailles élevées sous la garde médiate ou immédiate de Prussiens authentiques. Là s'est borné son effort. H. B. MILLE ET UN JOURS EN PRISON A BERLIN Chapitre I. “C'EST LA GUERRE!” Ce jour-là, une atmosphère de religiosité enveloppait l'imposante chaîne de montagnes qui séparent l'Espagne de la France. Le Congrès Eucharistique, qui prenait fin, avait réuni, à Lourdes, un nombreux clergé et un peuple immense venus de tous les coins du monde. Tous—fidèles par centaines de mille: laïques, prêtres, prélats, évêques, princes de l'Eglise—avaient, la veille au soir, mêlé leurs voix dans les chants pieux de Mille et un jours en prison a Berlin AVANT-PROPOS. 2 »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles