Devoir de Philosophie

PERLE l’incorruptibilité, la perfection

PERLE l’incorruptibilité, la perfection
Fruit de la coquille, image d’une goutte de sperme ou de rosée venue du ciel, symbole lunaire en raison de son éclat atténué, la perle représentait autrefois une réalité transcendantale, la force génératrice et l’énergie cosmique, ce qui justifie son emploi dans les rites de renaissance et de funérailles (on plaçait des perles dans la bouche des morts). • L’huître dont elle provient est associée à l’Eauet à la Lune en Amérique précolombienne (le Codex Dresdensis représente l’eau coulant de coquilles d’huîtres) et en Chine (à la pleine lune, les huîtres sont pleines). Les Chinois considèrent d’ailleurs la perle comme un symbole du .soleil, de la. fertilité et de la puissance magique (75-350). • Symbole de longévité, la perle projette celui qui la porte aux sources mêmes de l’énergie, de la fécondité et de la fertilité universelle (92-192). • Elle devient talisman : en Inde, on suspend une perle au cou du jeune brahmane pour le préserver de tous les maux : angoisse, traits des dieux et des démons et lui donner vigueur et force pour la longue vie, la vie de cent automnes (19-192). • La perle est un dés noms de l’or, exaltée dans les Véda: Née du vent, de l’air, de là foudre, de la lumière, puisse la coquille née de l’or, la perle, nous défendre de la peur !... Elle est le joyau qui prolonge la vie...
• Symbole du Sauveur en Perse, la perle est l'image de l'indicible Lumière qui est le Seigneur, le symbole du Christ-Roi et de son descendant, le chrétien.
• Pour les gnostiques, la quête de la perle défendue par des serpents monstrueux, symbolise le drame spirituel de la chute de l’homme et de son salut... le mystère du transcendant rendu sensible, la manifestation du Dieu dans lé cosmos (92-196). • Emblème du mariage et de l’amour en Grèce, en Inde et dans de nombreux pays, en Chine, la perle (zhu) a le pouvoir d’exaucer les vœux. Elle faisait partie des huit joyaux du confucianisme avec le phonolite, la pièce de monnaie, le rhombe, les livres, les tableaux, la corne de rhinocéros et la feuille d’achillée. Elle est yin et symbolise la femme dans sa fonction créatrice, mais aussi le soleil, la fertilité et la puissance magique (75-350). • Née des larmes du dieu de la Lune hindou, emblème de la force aquatique et génératrice, donc liée à l’érotisme, la perle se voit dotée de propriétés toniques, fertilisantes, gynécologiques et aphrodisiaques encore vantées de nos jours par les médecins indiens. • En raison de son association avec le serpent (on la croyait tombée de la tête d’un serpent ou contenue dans le gosier d’un dragon), elle a été utilisée pour guérir les maladies des yeux-et comme antidote. La poudre de perle additionnée de jus de citron fut un antidote de la pharmacopée anglaise jusqu’en 1600. • Les médecins chinois n’employaient que la « perle vierge » non perforée contre les maux des yeux, l’épilepsie, la mélancolie.



Liens utiles