Devoir de Philosophie

Analyse : Nature morte à l’échiquier, Lubin Baugin

Publié le 29/05/2022

Extrait du document

« Analyse : Nature morte à l’échiquier, Lubin Baugin Lubin Baugin : peintre français du XVIIème siècle Né vers 1612 à Pithiviers (Loiret) et mort en 1663 à Paris Premières période de son œuvre : essentiellement composée de natures mortes Nature morte à l’échiquier : peinture à l’huile sur bois datant d’environ 1630 et conservée aujourd’hui au musée du Louvre Une de ses œuvres de jeunesse, au même titre que Le Dessert de gaufrettes ou La Coupe de fruits ou encore Nature morte à la bougie (seulement 4 œuvres de cette époque lui sont attribuées de manière certaine, beaucoup sont perdues = une des raisons de son oubli) De prime abord, impression d’abandon, de désordre, comme d’un coin de table négligé que le peintre aurait choisi comme sujet. Les objets se masquent en partie mutuellement Plusieurs objets apparaissent sur cette toile : → un luth (ou une mandore, instrument très proche mais avec un son plus aigu, ancêtre de la mandoline) et une partition → un jeu de cartes → une bourse → une perle ovale → un pain entaillé → une coupe de vin → trois œillets dans un vase → un échiquier → un miroir Composition : Image structurée par des : → Verticales (les pans du mur) → Horizontales (bord de la table) → Obliques → Entraînent notre regard à l’intérieur du tableau où il s’attarde quelques instants sur le premier plan avant de se déplacer très vite vers le pain, la coupe de vin transparente et le bouquet d’œillets (objets les plus lumineux) → Paradoxalement, ce sont les objets les plus modestes qui retiennent notre attention Couleurs et lumière : Opposition gauche/droite Couleurs chaudes (ocre, jaune, rouge) vs froides (blanc, noir) Lumière vs sombre »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles