Devoir de Philosophie

Caravage: La diseuse de bonne aventure de Caravage. Louvre, Paris

Extrait du document

La diseuse de bonne aventure de Caravage. Louvre, Paris

 

 

I)                    Fiche technique (observation)

 

 

1)      Dénomination et emplacement

-Présentation de l’œuvre : La diseuse de bonne aventure fait partie des œuvres ayant forgé le style de Caravage. Elle est une de ses premières œuvres mettant en scène plusieurs personnages. Il existe deux versions de cette œuvre, très similaires. Cependant, l’œuvre exposée actuellement au Louvre est  un peu plus petite, et les personnages sont également plus proches du spectateur. De plus, l’œuvre est arrivée en mauvais Etat à Paris. Elle a donc subi des restaurations, l’allongeant de quelques centimètres vers le haut, et ajoutant la plume blanche sur le chapeau du jeune homme. Dans cet exposé, nous allons nous concentrer sur  cette version de l’œuvre de Caravage.

-Auteur : Caravage, de son nom complet Michelangelo Merisi  da Carravagio

Né le 29 septembre 1571 à Milan (Lombardie)

Mort le 18 juillet 1610 à Porto Ercole (Toscane), à l’âge de 39 ans

-Sujet, date : La diseuse de bonne aventure, entre 1594-1595

-Lieu de conservation : Musée du Louvre, Paris

 

2)      Description technique

-Technique utilisée : Peinture à l’huile

-Support : Toile

-Dimensions :

94 cm (H), 131 cm (L) à l’origine 

99 cm (H), 130 cm (L) pour la version actuelle

-Provenance : Le roi de France, Louis XIV, reçoit l’œuvre en cadeau par le prince Camillo Pamphili en 1655. Lors de la révolution française, en 1789, les tableaux de la collection personnelle de Louis XIV sont confisqués, et redistribués a des musés (afin de « rendre l’art au peuple »). C’est à ce moment là que la diseuse de bonne aventure rejoint le musé du Louvre.

 

3)      Description iconographique

- Iconographie, signification de l’œuvre :

La diseuse de bonne aventure est une œuvre mettant en scène un événement banal de la vie quotidienne romaine du XVIème siècle. En effet, il n’est pas rare que l’on lise son avenir à cette époque.

Cette œuvre s’inspire de la Commedia dell’arte (littéralement le théâtre fait par des professionnels de l’art), genre mettant en avant la ruse, l’ingéniosité et la naïveté. On peut retrouver ces nombreux points dans la diseuse de bonne aventure. En effet, la bohémienne met en place une ruse afin de subtiliser la bague du noble. Tombé sous le charme, ce dernier ne se rend même pas compte de ce qu’il lui arrive. C’est à partir de ce moment là que le tableau prend un tout autre tournant, puisqu’il dénonce le fait de vouloir connaitre  son avenir et ce, à n’importe quel prix.

« La diseuse de bonne aventure est une œuvre mettant en scène un événement banal de la vie quotidienne romaine du XVIème siècle. En effet, il n’est pas rare que l’on lise son avenir à cette époque. Cette œuvre s’inspire de la Commedia dell’arte (littéralement le théâtre fait par des professionnels de l’art), genre mettant en avant la ruse, l’ingéniosité et la naïveté. On peut retrouver ces nombreux points dans la diseuse de bonne aventure. En effet, la bohémienne met en place une ruse afin de subtiliser la bague du noble. Tombé sous le charme, ce dernier ne se rend même pas compte de ce qu’il lui arrive. C’est à partir de ce moment là que le tableau prend un tout autre tournant, puisqu’il dénonce le fait de vouloir connaitre son avenir et ce, à n’importe quel prix. -Description rapide, sans détails: Dans cette œuvre, Caravage focalise la scène sur 2 personnages. Le décor est gris, on y observe la présence de deux rayons lumineux. A gauche, au second plan, se tient une jeune femme vêtue d’un manteau vert et blanc : une bohémienne. A sa droite, se tient un jeune homme bien habillé, sans doute de famille aisée. Il porte de nombreuses parures, tel que des gants, une épée et un chapeau à plumes. Les deux personnages sont coupés à mi-corps et inclinés sur le côté, vers le spectateur. Le jeune homme tiens et porte un gant de sa main droite, qu’il a posée sur sa hanche. A contrario, sa main gauche est dévêtue. On peut observer une intensité dans la façon dont se regardent les deux individus, comme un jeu de séduction intense. Ce dernier est accentué par le contact physique entre les deux personnages. Le petit doigt de la bohémienne est relevé et montre la délicatesse du geste. Cependant, si l’on observe bien, on peut s’apercevoir qu’en réalité la bohémienne fait glisser délicatement la bague du jeune homme, afin de la lui voler. II) Etude stylistique (analyse des qualités propres de l’œuvre) 1) Composition Format : Le peintre à tout simplement découpé la scène en 4 zones de même taille, que l’on peut observer sur le croquis ci contre. En haut, se situe le regard des deux personnages, un regard intense, doublé d’un jeu de séduction. En bas du tableau se situent les mains des deux personnages. Des mains qui ont un double sens : symbole à la fois de la sensualité de la scène, mais aussi clé pour comprendre le message derrière le tableau. On peut observer une première ligne de fuite qui part du regard de la demoiselle et va jusqu'à l’épaule du jeune homme. Une deuxième ligne de fuite est également présente, elle part du regard du jeune noble et va jusqu’à l’épaule de la bohémienne. Grâce à cela, on peut déduire que le point de fuite se situe au centre du tableau. Caravage fait le choix ici de ne pas mettre d’objets au premier plan ; ainsi que de peindre un arrière plan sobre, d’une teinte grise. Cela permet de mettre en avant les personnages aux yeux du spectateur, ainsi que de saisir plus facilement le message de ce tableau. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles