Devoir de Philosophie

Les Etats Unis des années 1960

Publié le 26/05/2022

Extrait du document

etats unis

« En aout 2019, sort dans les salles de cinéma le nouveau film de Quentin Tarantino intitulé Once Upon A Time In Hollywood. Le film se situe dans le Los Angeles de la fin des années 1960 et finit alors son intrigue le 9 aout 1969, le jour du massacre perpétré par la Manson Family au domicile de Roman Polanski. Si le récit se déroule dans une uchronie, ou dans une Histoire Contrefactuelle (l’assassinat n’a pas lieu), c’est pour mieux mettre en avant un message mélancolique fort à propos des années 60 et de la fin de toute une illusion : une rêverie déclamant « si au moins cela s’était passé comme ça ». Le film délivre donc un message puissant sur toute une culture américaine de cette décennie. Les Etats-Unis d’Amérique est un pays constitué de 55 états, situé en Amérique du Nord, au Sud et à la frontière du Canada, et au Nord et à la frontière du Mexique. Sa frontière Est est l’Océan Atlantique, et l’Océan Pacifique correspond à sa frontière Ouest. Les années 1960 correspondent à la décennie s’étendant du 1er janvier 1960 au 31 décembre 1969 précisément, et est souvent qualifiée de « période révolutionnaire » du fait de certains évènements ou processus inédits ayant secoués la planète sur ces 10 années (révolutions agricoles, modernisation de l'Eglise Catholique, révolte étudiante, etc.). Ainsi, les Etats-Unis des années 1960 n’échappent pas à ces quelques changements conséquents, amenant le pays à se transformer drastiquement ; des changements qui se manifestent par des mouvements socio-culturels importants en grande partie. Ainsi, les années 60 sont dans la continuité du « siècle américain », terme désignant la période post-SGM (d’où le pays ressortit gagnant sur tous les fronts, surtout économique) où les Etats-Unis s’imposaient comme l’une des deux superpuissances mondiales, à l’influence notable, surtout en Europe. Or, qu’en est-il à l’intérieur même du pays ? Les années 60 aux Etats-Unis, placées sous la présidence du démocrate Lyndon Johnson, sont en fait à la fois synonyme de prospérité et marquent l’apothéose de l’aisance d’un pays riche ; mais elles sont aussi traversées par différentes crises de différentes échelles bousculant le confort offert par la victoire du pays sur le monde. Les années 60 aux Etats-Unis ont cela de singulières en ce qu’elles semblent marquer un véritable tournant pour le pays, entre des années 50 très conservatrices et des années 70 en plein renouveau. Les années 60 presque comme une période de transition drastique pour le pays de par les agitations socio-culturelles notamment. De quelles manières les années 60 aux Etats-Unis témoignent-elles, à travers les divers mouvements socioculturels qui les agitent, et dans un contexte tout à fait influent, d’une bipolarité mouvante et conséquente au sein même du pays ? Tout d’abord -> Un contexte certain qui ne laisse pas la société américaine indifférente : soit alors une culture actuelle basée sur les inégalités, le confort et la guerre. Ensuite -> les réactions face à ce contexte singulier soit l’émergence mouvements socio-culturels allant à l’inverse de ces mœurs et valeurs préinstallées. Enfin -> les conséquences même de cette bipolarité, soit une confrontation socio-culturelle allant jusqu’à la violence. I – Un contexte certain qui ne laisse pas la société américaine indifférente : Abordons alors tout d’abord tout un contexte à l’intérieur même du pays durant cette décennie ; contexte ayant développé une culture, sociale notamment, faite de différentes caractéristiques typiques des Etats-Unis de cette époque. Les années 1960 aux Etats-Unis sont marquées par une population ancrée en premier lieu dans un confort et des mœurs conventionnelles. En effet le confort et l’aisance d’une population sont bien représentés par le modèle américain des sixties. En 1960, le PIB du pays est 3000 Md de $. En 69, = 4500 Md de $. C’est ici tout un héritage de la complaisance des années 50 qui est observé. Cette économie américaine est assurée dans la décennie par un investissement à l’étranger et par le recours à une force de travail locale et faiblement rémunéré. Cette grande économie nationale permet donc d’offrir confort et aisance à ses habitants : le PIB/hab en 1960 se situait aux alentours de 18 000 $ et en 1969, aux alentours de 21 000 $. John Fidgerald Kennedy (61-63) et Lyndon Johnson (63-69) ont favorisé ce confort florissant à l’aide de dépenses fédérales pour étendre une aisance américaine au plus de gens possibles. C’est par ce genre de procédés et de programmes que seul ce pays pouvait se permettre à cette période-ci, qu’un processus de moyennisation forte se créé : en 1965, le revenu moyen de 25% des familles du pays (soit 12 M de familles) était de 10 000$ ou plus. Les pavillons de banlieues se multiplient, de plus en plus de métiers sont tournés vers les milieux urbains et les hauts buildings, le foyer se remplit de mobilier et d’électro-ménagers toujours plus performants pour l’époque : démocratisation du réfrigérateur, du four et des plaques chauffantes, du lave-vaisselle, ou de la machine à laver. Toute une culture américaine de cette décennie va être la représentation de ce mode de vie aisé ; notamment à la télévision alors avec ses sitcoms au succès national : Bewitched, The Lucy Show, ou même Les »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles