Devoir de Philosophie

Septime Sévère 146-211 Commode mourut assassiné dans la nuit du 31 décembre 192.

Extrait du document

Septime Sévère 146-211 Commode mourut assassiné dans la nuit du 31 décembre 192. Comme au lendemain de la mort de Néron, sa succession fut âprement disputée par plusieurs compétiteurs, Pescennius Niger, gouverneur de Syrie, Clodius Albinus, légat de Bretagne et Septime Sévère, qui s'appuya sur les légions danubiennes. C'est ce dernier qui, finalement, sortit vainqueur de cette rude compétition. Il mourut à York, en Angleterre, en 211, à l'âge de soixante-six ans. Pendant un règne relativement court il parvint, grâce à une discipline de fer et des mesures draconiennes, à redresser vigoureusement la situation dans un empire qui avait terriblement souffert des malheurs de Marc Aurèle et des errements politiques de Commode. Septime Sévère, né le 11 avril 146, à Leptis Magna, d'une famille équestre, fut le premier Africain sur le trône des Césars. Son latin, paraît-il, était teinté d'un accent punique. Avec lui la " provincialisation " de l'Empire fit des progrès rapides. Né en Afrique, marié à une Syrienne, Julia Domna, la fille du grand prêtre d'Emèse, il était étranger aux préjugés et aux traditions des Romains de pure race. Cela se voit par exemple dans le recrutement des membres du Sénat : c'est une véritable invasion de la haute assemblée par des Orientaux et des Africains qui se produisit sous son règne. D'une façon générale l'on assiste d'ailleurs, tant au point de vue intellectuel qu'au point de vue économique et politique, à un déplacement du centre d'intérêt de l'Empire de l'Italie vers les provinces africaines et orientales. Aussi bien son règne marque-t-il un véritable tournant dans l'histoire du monde romain. C'est avant d'accéder définitivement à l'Empire que Septime Sév&egrav...

« satisfaisante. En même temps il entreprit d'importants travaux de réfection et de consolidation, ce qui permit à cette région extrême de l'Empire de prendre un nouvel essor. C'est surtout dans le domaine intérieur que le règne de Septime Sévère présente une grande importance. Le fait le plus saillant de cette politique c'est le renforcement du pouvoir de l'empereur. Rompant délibérément avec la politique prudente d'Auguste il a manifesté, dès le début de son règne, son intention de fonder une dynastie et de régler l'accès au trône par le principe de l'hérédité. Pour ce faire il compte sur l'armée, sur l'ordre équestre et sur les provinces. Le Sénat, gardien des traditions anciennes, est pour lui l'ennemi naturel. Il fit mettre à mort un nombre considérable de ses membres, étendit son recrutement par l'edlectio d'un grand nombre de provinciaux et réduisit considérablement sa participation au gouvernement en confiant à des membres de l'ordre équestre la plupart des fonctions réservées jusque-là aux sénateurs. Septime Sévère prit de nombreuses mesures pour s'assurer la faveur des soldats. A son chevet de mort il aurait donné comme ultime recommandation à ses fils de bien s'entendre, de bien soigner les soldats et de se désintéresser du reste. Les conditions matérielles des soldats furent très améliorées. Désormais les légionnaires peuvent vivre en famille dans les quartiers qui se développent aux abords des camps. On peut dire que, par ses réformes, il a “ provincialisé ” et “ démocratisé ” l'armée. C'est ainsi qu'il a remplacé les Italiens dans les cohortes prétoriennes par des Illyriens. A l'époque des Sévères tombent les dernières cloisons qui séparaient les provinces de l'Italie. La Constitutio Antoniniana, qui date de 212, étend le droit de cité romain à tous les habitants libres des provinces. L'Empire romain perd ainsi le caractère d'empire colonial qu'il avait conservé jusqu'alors. On admet généralement que la plupart des provinces — et surtout l'Afrique, la Syrie, les provinces danubiennes, la Bretagne — atteignent à ce moment le point culminant de leur prospérité matérielle, grâce aux bienfaits d'une paix durable, à la répression du brigandage, au renforcement des frontières, à une politique poussée de grands travaux publics et à une protection efficace des provinciaux contre les exactions d'agents de police ou de finances. Le règne de Septime Sévère a été particulièrement dur pour les classes possédantes et la bourgeoisie des villes. Les biens des sénateurs furent recensés par un service spécial. La taxation des riches fut renforcée. On procède à de nombreuses confiscations, forme à peine voilée d'un système de nationalisation. Toutes les réformes financières et économiques concourent à une étatisation fortement prononcée. La législation des Sévères, d'autre part, est toute inspirée par un sentiment de sympathie pour les faibles, les gens de basse condition. L'État se fait un devoir de protéger les pauvres, les humiliores, contre les sévices des puissants ; elle se caractérise par une politique de justice sociale. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles