Devoir de Philosophie

Dictionnaire en ligne: ÉPREUVE, substantif féminin.

Extrait du document

Dictionnaire en ligne: ÉPREUVE, substantif féminin. I.— [Correspond à éprouver A; l'idée est celle de faire subir quelque chose à quelqu'un ou à quelque chose] A.— 1. Expérience à laquelle on soumet une (ou la) qualité d'une personne ou d'une chose et qui est susceptible d'établir la valeur positive de cette qualité. — [La qualité est celle d'une chose concrète ou abstraite] Faire l'épreuve de résistance d'un pont, l'épreuve au choc d'un métal, l'épreuve d'une arme à feu. Pour s'assurer de la qualité des tôles et des barres d'acier, [dans la marine militaire] , on fait trois sortes d'épreuves (A. CRONEAU, Construction pratique des navires de guerre, tome 1, 1892, page 52) : Ø 1.... quand Leibnitz soumet à l'épreuve critique, tirée de son principe de la raison suffisante, les deux idées de l'espace et du temps, le résultat de l'épreuve est le même pour l'une et pour l'autre. AUGUSTIN COURNOT, Essai sur les fondements de nos connaissances et sur les caractères de la critique philosophique, 1851, page 216. — [La qualité est celle d'une personne] À quoi reconnaît-on qu'une femme qui vit seule n'est pas une « grue »? On ne peut pourtant pas, à titre d'épreuve, lui proposer de l'argent (LOUIS FARIGOULE, DIT JULES ROMAINS, Les Hommes de bonne volonté, 1932, page 271 ). Les souffrances physiques (et les privations) sont souvent pour les hommes courageux une épreuve d'endurance et de force d'âme (SIMONE WEIL, La Pesanteur et la Grâce, 1943, page 44 ). · En particulier. [Dans un contexte de combat] Épreuve de force. Confrontation réunissant deux adversaires entre lesquels s'engagera un combat. Deux jours après l'échange des messages, l'épreuve de force s'engagera (CHARLES DE GAULLE, Mémoires de guerre, 1959, page 189) : Ø 2. En septembre 1938, raconte Marat, la CGT donna l'ordre d'une grève générale de 24 heures que les patrons et le gouvernement décidèrent de briser : ce fut une épreuve de force. ROGER VAILLAND, Drôle de jeu, 1945, page 173. 2. Locution. [Le substantif est le plus couramment employé sous cette forme] a) Locutions verbales. — Mettre à l'épreuve. [Le complément d'objet direct désigne une chose concrète ou abstraite, une personne] Soumettre à l'expérience. Il pesait sur le bout de sa botte, tel un bretteur met à l'épreuve la solidité de sa lame (GEORGES MOINAUX, DIT GEORGES COURTELINE, Le Train de 8 h 47, 1888, 3e. partie, 3, page 240 ). Il connaissait Davis de réputation, et il n'éprouvait aucune appréhension à être mis à l'épreuve par lui (ÉDOUARD PEISSON, Parti de Liverpool, 1932, page 51 ). Je soupçonne une invention du chevalier étranger, pour mettre à l'épreuve mes sentiments (ALBERT CAMUS, Le Chevalier d'Olmedo, 1957, 1re. journée, 9, page 735) : Ø 3.... des thèses générales que nous voudrions mettre à l'épreuve dans cet ouvrage ainsi que dans quelques autres que nous nous leurrons de l'espoir d'écrire encore. GASTON BACHELARD, La Poétique de l'espace, 1957, page 17. Remarque : On rencontre aussi la locution nominale mise à l'épreuve de. La mise à l'épreuve de mon affection pour eux (ANDRÉ GIDE, Journal, 1940, page 40). — Faire l'épreuve d'une chose. L'expérimenter et/ou en vérifier les qualités, l'efficacité. Celle [l'activité] des machines tient du prodige. Je viens d'en faire l'épreuve sur le railway qui mène à Liverpool (JULES MICHELET, Sur les chemins de l'Europe, 1874, page 145) : Ø 4. Cette prière (...) il suffit, dans les douleurs, de se l'appliquer comme un emplâtre (...) et elle opère de la sorte aussi bien (...) que si on la récitait. J'en ai fait l'épreuve (...) lors de la naissance de mon fils... ANATOLE-FRANÇOIS THIBAULT, DIT ANATOLE FRANCE, La Rôtisserie de la Reine Pédauque. 1893, page 12. · Rare et littéraire. [Le complément d'objet indirect désigne un homme] Faire une épreuve de. Éprouver les qualités physiques et morales : Ø 5.... avant que l'escadre de M. de Ternay mît à la voile, M. de La Marche pensa qu'il aurait le temps de faire une épreuve suffisante de son nouvel écuyer. AURORE DUPIN, BARONNE DUDEVANT, DITE GEORGE SAND, Mauprat, 1837, page 218. b) Locution prépositive. À l'épreuve de. [En parlant d'une personne, d'une chose] . Qui peut être soumis à l'expérience, qui est capable d'y résister, de la supporter. Nous autres militaires, nous sommes à l'épreuve d'un bain froid (PROSPER MÉRIMÉE, Le Théâtre de Clara Gazul, 1825, page 63 ). Tu montres ainsi une âme à l'épreuve de la crainte (FRANCIS DE MIOMANDRE, Écrit sur de l'eau. 1908, page 201 ). Une large porte, cloutée, solide, à l'épreuve de la hache et de la balle (GEORGES BERNANOS, La Joie, 1929, page 649 ). — Vieilli et absolument. · Qui est capable de résister à tout : Ø 6. Mr Buloz m'a porté votre nouvelle qui avait un peu effarouché sa pudeur. La mienne est plus à l'épreuve et je ne crois pas que la moyenne des lecteurs fût plus scrupuleuse. PROSPER MÉRIMÉE, Lettres à la famille Delessert, 1870, page 44. · Soumis à quelque chose de pénible, dangereux... et en sortir vainqueur. [Camille :] — ... En voyage, dans une circonstance, je l'ai vu [Conti] à l'épreuve : il a su risquer une vie qu'il aime (HONORÉ DE BALZAC, Béatrix, 1839-45, page 104 ). · Acheter un cheval à l'épreuve. Après l'avoir essayé. (confer Dictionnaire général de la langue française (ADOLPHE HATZFELD, ARSÈNE DARMESTETER), Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française (Paul Robert)). c) Locution à tournure adjectivale. À toute épreuve (confer Marcel Dupré. 1972). [En parlant d'une personne ou d'une chose] Capable de résister à tout, de surmonter toutes les expériences. Il [Tartarin] se dit qu'avec de bons guides, un compagnon à toute épreuve comme Bompard (ALPHONSE DAUDET, Tartarin sur les Alpes, 1885, page 241 ). Le tsar Nicolas II était un souverain d'une droiture à toute épreuve (MARÉCHAL FERDINAND FOCH, Mémoires pour servir à l'histoire de la guerre de 1914-1918, tome 1, 1929, page XXVI) : Ø 7.... ces frondaisons s'offrirent d'elles-mêmes pour former par leur assemblage des nattes souples et résistantes, des récipients à toute épreuve,... PAUL VIDAL DE LA BLACHE, Principes de géographie humaine, 1921, page 122. 3. En particulier. [L'expérience porte sur la valeur religieuse d'une personne] Les plaies, morales ou physiques, sont autant d'épreuves bénies qui doivent nous rapprocher de Dieu (ALPHONSE DAUDET, L'Évangéliste, 1883, page 83 ). Et après tout, quand je considère l'état des âmes à Vaux-le-Devers, je ne suis pas autrement surpris que Dieu leur ait envoyé cette épreuve (MARCEL AYMÉ, La Vouivre, 1943, page 81 ). 4. Par métonymie et spécialement. [En parlant de choses] Résultat d'un essai, d'une expérience, pouvant être soumis à des corrections ou des retouches. a) IMPRIMERIE. " Feuille de papier très ordinaire sur laquelle on a imprimé une composition, avant le tirage définitif, et qui sert à la vérification et à l'inscription des corrections " (Lexique des industries graphiques (RENÉ COMTE, ANDRÉ PERNIN)1963). Corriger les épreuves; épreuve au taquoir, à la brosse, au rouleau : Ø 8. M. Didot fils nous renvoie la première épreuve de la seconde édition de Marie-Antoinette, en appelant notre attention sur les corrections de son correcteur. EDMOND DE GONCOURT, JULES DE GONCOURT, Journal, 1858, page 561. b) GRAVURE. " Feuille d'essai imprimée sur une planche gravée, sur une pierre lithographique, qui permet à l'artiste de juger du degré d'achèvement de son travail et des retouches qui pourraient être nécessaires; (...) toute estampe imprimée d'une planche gravée ou d'une lithographie " (Jules Adeline, Lexique des termes d'art, 1884). J'attendais les épreuves des gravures retouchées. Vous me répondez que les aciers sont dans les mains des graveurs de lettres (VICTOR HUGO, Correspondance, 1862, page 421) : Ø 9. La gravure sur pierre (...) offre (...) l'avantage de fournir des épreuves plus pures et plus nettes que par exemple celles d'eau-forte. R. CHELET, Lithographie, 1933, page 73. — Épreuve avant la lettre. " Celle d'une gravure terminée, mais n'ayant pas encore reçu les inscriptions qui doivent l'accompagner (titre, date, dédicace, noms de l'auteur, de l'imprimeur, etc.) " (La Gravure française (ÉMILE DACIER) 1944) : Ø 10. On a trouvé (...) dans de vieux meubles et même jusque dans l'épaisseur de ses planchers des épreuves de ses gravures avant la lettre et en grand nombre,... ÉTIENNE-JEAN DELÉCLUZE, Journal, 1825, page 134. · Par métaphore : Ø 11.... beaucoup de nos contemporains à nous, qui reconnaissent dans l'auteur des Mémoires d'un Touriste et de la Chartreuse de Parme comme une épreuve avant la lettre de plusieurs traits de la sensibilité la plus moderne. PAUL BOURGET, Essais de psychologie contemporaine, 1883, page 212. c) SCULPTURE. Moulage. Le masque de Napoléon rapporté de Sainte-Hélène par le docteur Antomarchi, et dont une épreuve en plâtre (...) a terrifié mon enfance (ANATOLE-FRANÇOIS THIBAULT, DIT ANATOLE FRANCE, Pierre Nozière, 1899, page 28 ). d) PHOTOGRAPHIE. " Image photographique positive généralement tirée sur papier, obtenue d'après un négatif transparent " (Photo 1973). Épreuve positive, négative. Il ouvrit le registre. Je rougis violemment en y apercevant l'épreuve à peine virée d'une photographie que je connaissais bien (PIERRE BENOÎT, L'Atlantide, 1919, page 45) : Ø 12. Pour retoucher des épreuves de photographie, mouiller le papier et l'appliquer sur un verre; il adhérera au moins pendant deux heures; retoucher dans l'humide avec aquarelle et rehaut de gouache. EUGÈNE DELACROIX, Journal, 1850, page 422. — Par métaphore : Ø 13.... je sais une fenêtre où on voit après un premier, un second et même un troisième plan fait des toits amoncelés de plusieurs rues, une cloche violette, parfois rougeâtre, parfois aussi, dans les plus nobles « épreuves » qu'en tire l'atmosphère, d'un noir décanté de cendres, laquelle n'est autre que le dôme de Saint-Augustin... MARCEL PROUST, Du côté de chez Swann, 1913, page 66. B.— [L'expérience subie a un caractère pénible] L'épreuve débilitante d'une longue maladie (AUGUSTE NÉLATON, Élémens de pathologie chirurgicale, tome 1, 1844, page 5 ). Cette petite épreuve météorologique m'a fait songer aux horreurs des climats brûlants, à l'enfer de la poussière et de la soif (HENRI-FRÉDÉRIC AMIEL, Journal, 1866, page 371 ). On a souvent recours à ce délassement après un voyage ou une épreuve fatigante (EDMOND FARAL, La Vie quotidienne au temps de Saint Louis, 1942, page 192 ). 1. En particulier. [L'expérience est physiquement et moralement très pénible, très douloureuse] Enfin vint la terrible épreuve de l'ensevelissement (JULES MICHELET, Journal, 1839, page 309 ). La France, tandis qu'elle subissait les épreuves de l'invasion, n'avait jamais oublié les braves Français et Indochinois (CHARLES DE GAULLE, Mémoires de guerre, 1959, page 488) : Ø 14. Personne n'éprouve un désarroi pareil à celui des sujets de cette famille devant l'épreuve du deuil; ils n'arrivent pas à s'arracher aux liens qu'ils avaient contractés avec l'objet aimé... EMMANUEL MOUNIER, Traité du caractère, 1946, page 447. — Absolument. Les douces amitiés de l'enfance disparurent derrière moi. J'entrai dans une vie d'épreuve et d'isolement (JULES MICHELET, L'Oiseau, 1856, page XXXI. ). « Stuart Mill dans l'épreuve et dans l'accablement trouva le repos et le calme, à l'ombre de la poésie de Wordsworth » (ARSÈNE DARMESTETER DANS MAURICE BARRÈS, Cahiers, tome 7, 1908-09, page 313 ). 2. Spécialement. Expérience, examen, test, imposé à une personne afin d'apprécier ses qualités physiques, morales, intellectuelles, dans le but de la juger ou de lui conférer un grade, un titre, une dignité... À peine un petit frisson à fleur de peau du franc-maçon novice auquel on fait subir les premières épreuves (ALPHONSE DAUDET, Tartarin sur les Alpes, 1885, page 189 ). Il avait dû, à l'âge de la croissance, subir cette épreuve de la préparation à l'École polytechnique, meurtrière aux meilleures santés (PAUL BOURGET, Le Disciple, 1889, page 67) : Ø 15.... elles [les jeunes femmes] entrent dans la mer, d'un petit pas rapide qu'arrête parfois un frisson de froid délicieux, une courte suffocation. Bien peu résistent à cette épreuve du bain. C'est là qu'on les juge, depuis le mollet jusqu'à la gorge. GUY DE MAUPASSANT, Contes et nouvelles, tome 1, Adieu, 1884, page 945. a) HISTOIRE ANTIQUE, et FÉODALITÉ. Épreuves judiciaires. Expériences physiques auxquelles on soumettait un accusé en faisant appel au jugement de Dieu pour désigner le coupable (confer ordalie). Épreuve de l'eau bouillante, du feu, du fer chaud. Les contemporains (...) voyaient dans le martyre une épreuve judiciaire constituant un témoignage en l'honneur du Christ (GEORGES SOREL, Reflexions sur la violence, 1908, page 277 ). b) SCOLARITÉ. Exercice pratique écrit ou oral que subit un élève en classe ou lors d'un examen afin d'être jugé selon ses capacités. Subir les épreuves du baccalauréat, une épreuve de chimie. « Épreuve d'orthographe, mesdemoiselles, veuillez écrire : je ne répète qu'une seule fois la phrase que je dicte » (GABRIELLE COLLETTE, DITE COLETTE, Claudine à l'école, 1900, page 195 ). Piano, violon, violoncelle. Première épreuve éliminatoire : un morceau au choix et le morceau imposé. Deuxième épreuve : morceau imposé, gammes ou exercices à la demande du jury, lecture à vue (L'Enseignement de la musique et l'éducation musicale (LA DOCUMENTATION FRANÇAISE, 1950) tome 1, 1950, page 14 ). Remarque : Certains dictionnaires enregistrent un emploi métonymique La copie écrite de l'élève. Corriger les épreuves d'un examen (Grand Larousse de la Langue française en six volumes). c) SPORTS. — [Dans les courses de chevaux] Distance à parcourir dans une partie liée. Gagner la première épreuve (Dictionnaire général de la langue française (ADOLPHE HATZFELD, ARSÈNE DARMESTETER)) : Ø 16.... il ramenait sa jument au sec en la faisant tourner lentement en cercle autour de l'escadron rassemblé comme s'il se fût agi des suites d'une épreuve de haies. LOUIS-FERDINAND DESTOUCHES, DIT CÉLINE, Voyage au bout de la nuit, 1932, page 41. — Moderne. Exercice physique, compétition sportive. Les épreuves d'automobiles sur piste se courent à Brooklands (PAUL MORAND, Londres, 1933, page 140) : Ø 17. Ajoutons que toutes ces épreuves devaient être passées au cours d'une même demi-journée et, en principe, dans l'ordre suivant : lancer (3 essais), saut en hauteur ou longueur... ROGER VUILLEMIN, Mémento d'éducation physique et d'initiation sportive, 1941, page 114. d) En particulier. Épreuve par assis et levé. Moyen rapide de recueillir les votes dans une assemblée, consistant à faire se lever successivement ceux qui votent pour et ceux qui votent contre. II.— Plus rarement, vieilli. [Correspond à éprouver B] A.— [Dans un domaine concret] Locution verbale. Faire l'épreuve de. Faire l'expérience de. Nous avions nous-mêmes fait l'épreuve de cette inconstance des vents, et ceux de l'ouest ne nous avaient quittés que par les 12 degrés (Voyage de la Pérouse autour du monde (MILET DE MUREAU) tome 3, 1797, page 185) : Ø 18. Là [à Lindaw] Montaigne regretta (...) de n'avoir point emmené avec lui un cuisinier pour s'instruire des recettes allemandes et en pouvoir faire un jour l'épreuve chez lui... CHARLES-AUGUSTIN SAINTE-BEUVE, Nouveaux lundis, tome 2, 1863-69, page 164. B.— [Sur le plan moral] Expérience d'un sentiment, d'un état moral. Il n'avait pas non plus cette pénétration qu'une longue méfiance et l'épreuve du mal finissent par donner aux plus simples (CHARLES-AUGUSTIN SAINTE-BEUVE, Port-Royal, tome 5, 1859, page 42) : Ø 19.... il s'agit ici en effet non pas même des choses (...) impossibles, mais du chantier infini des possibilités, du domaine des difficultés usuelles qui se résolvent par le travail et à longueur de temps, dans l'épreuve de la douleur et de la médiation;... VLADIMIR JANKÉLÉVITCH, Le Je-ne-sais-quoi et le presque-rien, 1957, page 231. STATISTIQUES : Fréquence absolue littéraire : 4 426. Fréquence relative littéraire : XIXe. siècle : a) 5 671, b) 6 882; XXe. siècle : a) 5 202, b) 7 168.

« nous nous leurrons de l'espoir d'écrire encore. GASTON BACHELARD, La Poétique de l'espace, 1957, page 17. Remarque : On rencontre aussi la locution nominale mise à l'épreuve de. La mise à l'épreuve de mon affection pour eux (ANDRÉ GIDE, Journal, 1940, page 40). — Faire l'épreuve d'une chose. L'expérimenter et/ou en vérifier les qualités, l'efficacité. Celle [l'activité] des machines tient du prodige. Je viens d'en faire l'épreuve sur le railway qui mène à Liverpool (JULES MICHELET, Sur les chemins de l'Europe, 1874, page 145) : Ø 4. Cette prière (...) il suffit, dans les douleurs, de se l'appliquer comme un emplâtre (...) et elle opère de la sorte aussi bien (...) que si on la récitait. J'en ai fait l'épreuve (...) lors de la naissance de mon fils... ANATOLE-FRANÇOIS THIBAULT, DIT ANATOLE FRANCE, La Rôtisserie de la Reine Pédauque. 1893, page 12. · Rare et littéraire. [Le complément d'objet indirect désigne un homme] Faire une épreuve de. Éprouver les qualités physiques et morales : Ø 5.... avant que l'escadre de M. de Ternay mît à la voile, M. de La Marche pensa qu'il aurait le temps de faire une épreuve suffisante de son nouvel écuyer. AURORE DUPIN, BARONNE DUDEVANT, DITE GEORGE SAND, Mauprat, 1837, page 218. b) Locution prépositive. À l'épreuve de. [En parlant d'une personne, d'une chose] . Qui peut être soumis à l'expérience, qui est capable d'y résister, de la supporter. Nous autres militaires, nous sommes à l'épreuve d'un bain froid (PROSPER MÉRIMÉE, Le Théâtre de Clara Gazul, 1825, page 63 ). Tu montres ainsi une âme à l'épreuve de la crainte (FRANCIS DE MIOMANDRE, Écrit sur de l'eau. 1908, page 201 ). Une large porte, cloutée, solide, à l'épreuve de la hache et de la balle (GEORGES BERNANOS, La Joie, 1929, page 649 ). — Vieilli et absolument. · Qui est capable de résister à tout : Ø 6. Mr Buloz m'a porté votre nouvelle qui avait un peu effarouché sa pudeur. La mienne est plus à l'épreuve et je ne crois pas que la moyenne des lecteurs fût plus scrupuleuse. PROSPER MÉRIMÉE, Lettres à la famille Delessert, 1870, page 44. · Soumis à quelque chose de pénible, dangereux... et en sortir vainqueur. [Camille :] — ... En voyage, dans une circonstance, je l'ai vu [Conti] à l'épreuve : il a su risquer une vie qu'il aime (HONORÉ DE BALZAC, Béatrix, 1839-45, page 104 ). · Acheter un cheval à l'épreuve. Après l'avoir essayé. (confer Dictionnaire général de la langue française (ADOLPHE HATZFELD, ARSÈNE DARMESTETER), Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française (Paul Robert)). c) Locution à tournure adjectivale. À toute épreuve (confer Marcel Dupré. 1972). [En parlant d'une personne ou d'une chose] Capable de résister à tout, de surmonter toutes les expériences. Il [Tartarin] se dit qu'avec de bons guides, un compagnon à toute épreuve comme Bompard (ALPHONSE DAUDET, Tartarin sur les Alpes, 1885, page 241 ). Le tsar Nicolas II était un souverain d'une droiture à toute épreuve (MARÉCHAL 2 »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles