Devoir de Philosophie

Vocabulaire: CHER, CHÈRE2, adjectif et adverbe.

Publié le 11/11/2015

Extrait du document

Vocabulaire: CHER, CHÈRE2, adjectif et adverbe. I.— Adjectif. A.— [L'adjectif épithète est le plus généralement antéposé. Il exprime un sentiment] 1. [Qualifie des êtres vivants] a) À qui on voue une affectueuse tendresse : Ø 1. Vous trouvez en vous-même, ma chère maman, des consolations sans nombre, mais je ne trouve en moi que vous. GERMAINE NECKER, BARONNE DE STAËL, Lettres de jeunesse, 1778, page 6. Ø 2. Aujourd'hui, je pense bien plus à moi, puisque je le regrette... Ô cher homme, notre amitié difficile est encore trébuchante, quel bonheur!... GABRIELLE COLLETTE, DITE COLETTE, La Naissance du jour, 1929, page 69. Ø 3. Une pareille infamie, un pareil ravalement des êtres chers, sacrés, vénérés, au niveau de la bête, le laissaient épouvanté et révolté, comme le spectacle d'une odieuse dégradation infligée à ses idoles. MAXENCE VAN DER MEERSCH, Invasion 14, 1935, page 264. — Substantif. Mon cher, ma chère. Mais alors, mon excellent cher, qu'est-ce que vous fichez, depuis un mois que vous êtes ici! (CLAUDE FARRÈRE, L'Homme qui assassina, 1907, page 49 ). b) [Dans des formules de politesse, ou dans l'expression de la familiarité] Cher Monsieur, chère Madame; le Cher homme. Ah! bonjour, cher monsieur! vous étiez parti, vous voici revenu? (THÉODORE BARRIÈRE, ERNEST CAPENDU, Les Faux bonshommes, 1856, page 107 ). 2. [Qualifie des choses] À quoi on attache un grand prix, envers quoi on manifeste un attachement particulier. Ils oublieraient cette journée d'angoisse, ils retrouveraient leur chère paix, leurs chères amours (ÉMILE ZOLA, Madeleine Férat, 1868, page 76) : Ø 4. Surtout, il continuait ses chères études. Il barbouillait du papier avec frénésie, en prose, en vers, dans tous les genres. JEAN GUÉHENNO, Jean-Jacques, En marge des "Confessions", 1948, page 122. 3. Expression. [Le sujet est une personne ou une chose] Être cher (chère) à quelqu'un : Ø 5. La chimie, qui avait triomphé de l'antique alchimie chère à la renaissance, et qui avait semblé confirmer d'abord les interprétations d'un atomisme mécanique, fournit les premières armes aux partisans d'une unité fondamentale. ALBERT BÉGUIN, L'Âme romantique et le rêve, 1939, page 61. Ø 6. Parmi tous les héros de la liberté et de la paix, celui-là (Luis-Carlos Prestes) est un des plus chers au peuple de France. L'Humanité. 19 janvier 1952, page 1, colonne 7-8. B.— [L'adjectif est postposé ou en construction d'attribut. Il indique une valeur marchande] — [Appliqué à un inanimé] Qui est d'un prix élevé. Le pain cher, la vie chère : Ø 7.... les jours sont courts, il faut allumer une lampe; l'huile est chère, le bois est cher, le pain est cher. Ô jeunesse! printemps! aube! en proie à l'hiver! VICTOR HUGO, Les Contemplations, tome 2, 1856, page 119. — Par métonymie. [Appliqué à une personne] Un commerçant trop cher : Ø 8. — Le menuisier est cher, observa le roi. — Est-ce tout? — Non, sire. — « (...) à un vitrier, pour les vitres de ladite chambre, quarante-six sols huit deniers parisis. » VICTOR HUGO, Notre-Dame de Paris, 1832, page 495. II.— Adverbe. A.— [Modifie un verbe d'estimation; ne peut-être remplacé par chèrement*] Coûter cher, valoir cher : Ø 9.... à partir du moment où la force motrice est d'origine mécanique, il faut évidemment que le travail qu'elle commande soit exécuté par des machines. Ce machinisme coûte cher. JEAN ROBERT, L'Artisan et le secteur des métiers dans la France contemporaine, 1966, page 60. — Au figuré. Coûter cher. Imposer de lourds sacrifices; provoquer de graves inconvénients. Il est certain que l'impertinence de ton mari nous aura coûté cher (FRANÇOIS MAURIAC, Le Noeud de vipères, 1932, page 177 ). · Donner cher. Accorder beaucoup : Ø 10.... de fait, il [l'adjudant Flick] eût cher donné pour les prendre [Fricot et Laplote] en flagrant délit... GEORGES MOINAUX, DIT GEORGES COURTELINE, Le Train de 8 h 47, Au chose, II, 1884, page 235. · Locution. Ne pas valoir cher. Être peu estimable ou de peu de valeur. B.— [Modifie un verbe désignant une transaction commerciale; peut-être remplacé par chèrement*] Acheter cher, vendre cher, payer cher. — Au figuré. Payer cher. Obtenir au prix de lourds sacrifices, de graves inconvénients. Vendre cher. Faire subir de graves dommages, de lourds sacrifices en échange de quelque chose. Vendre cher sa peau, sa destruction : Ø 11.... la crise a fait retrouver à l'art sa noblesse éternelle. Elle a fait payer cher cette trouvaille aux créateurs;... Arts et littérature dans la société contemporaine (direction Pierre Abraham) 1936, page 7605. · Locution familière. Il me le payera cher. Je saurai me venger. DÉRIVÉS : Chérot, adjectif masculin et adverbe, populaire. Sa fuite en travesti lui avait coûté chérot, car Arthur avait quitté New-York les poches pleines (BLAISE CENDRARS, Le Lotissement du ciel, 1949, page 235 ). Forme dérivée du verbe "chérer" Ce mot n'est pas défini dans le Trésor de la Langue Française.

« Madeleine F?rat, 1868, page 76) : ? 4. Surtout, il continuait ses ch?res ?tudes. Il barbouillait du papier avec fr?n?sie, en prose, en vers, dans tous les genres. JEAN GU?HENNO, Jean-Jacques, En marge des "Confessions", 1948, page 122. 3. Expression. [Le sujet est une personne ou une chose] ?tre cher (ch?re) ? quelqu'un?: ? 5. La chimie, qui avait triomph? de l'antique alchimie ch?re ? la renaissance, et qui avait sembl? confirmer d'abord les interpr?tations d'un atomisme m?canique, fournit les premi?res armes aux partisans d'une unit? fondamentale. ALBERT B?GUIN, L'?me romantique et le r?ve, 1939, page 61. ? 6. Parmi tous les h?ros de la libert? et de la paix, celui-l? (Luis-Carlos Prestes) est un des plus chers au peuple de France. L'Humanit?. 19 janvier 1952, page 1, colonne 7-8. B.? [L'adjectif est postpos? ou en construction d'attribut. Il indique une valeur marchande] ? [Appliqu? ? un inanim?] Qui est d'un prix ?lev?. Le pain cher, la vie ch?re?: ? 7.... les jours sont courts, il faut allumer une lampe; l'huile est ch?re, le bois est cher, le pain est cher. ? jeunesse! printemps! aube! en proie ? l'hiver! VICTOR HUGO, Les Contemplations, tome 2, 1856, page 119. ? Par m?tonymie. [Appliqu? ? une personne] Un commer?ant trop cher?: ? 8. ? Le menuisier est cher, observa le roi. ? Est-ce tout? ? Non, sire. ? ? (...) ? un vitrier, pour les vitres de ladite chambre, quarante-six sols huit deniers parisis. ? VICTOR HUGO, Notre-Dame de Paris, 1832, page 495. II.? Adverbe. A.? [Modifie un verbe d'estimation; ne peut-?tre remplac? par ch?rement*] Co?ter cher, valoir cher?: ? 9.... ? partir du moment o? la force motrice est d'origine m?canique, il faut ?videmment que le travail qu'elle commande soit ex?cut? par des machines. Ce machinisme co?te cher. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles