Devoir de Philosophie

Couvreurs zingueurs

Extrait du document

Couvreurs zingueurs Définition et champ de la fiche Code NAF : 43.91B – Réalisation de couverture par éléments Le couvreur réalise la pose des éléments du toit en tous matériaux, afin d’assurer la mise hors d'eau du bâtiment. A partir d'un plan, il prépare le support, fixe les liteaux (lattes de bois) sur la charpente où reposera la couverture. Il fixe ensuite les matériaux (tuiles de terre cuite, ardoises, etc.) et effectue des scellements avec différents enduits comme le ciment ou le plâtre. Le toit doit s'intégrer dans l'environnement, dans de bonnes conditions de durabilité. Le couvreur assure l’entretien et la rénovation des toitures. Dans les constructions neuves, il intervient immédiatement après le charpentier et permet aux autres corps d'état d'achever leur travail à l'abri des intempéries. Certains couvreurs réalisent aussi des travaux de plomberie ou se spécialisent dans les énergies renouvelables (pose de panneaux photovoltaïques). L’activité comprend également : • la pose des supports des éléments d'isolation thermique et acoustique, de bardages et d'étanchéité, • la pose de lucarnes et de fenêtres de toit, • la mise en place des éléments d'évacuation des eaux de pluie (gouttières, chéneaux). Le marché • Un marché de 5.945 millions d’euros en 2013 • Une conjoncture plutôt défavorable • Un marché déterminé par le secteur de la construction et le développement durable • Des innovations centrées sur la communication et l'outillage Les professionnels • 16.293 entreprises en 2014 • 94% d’entreprises de moins de 10 salariés en 2014 • Une majorité d’hommes de plus de 50 ans au sein des entrepreneurs • Concurrence importante entre TPE, et concurrence des électriciens et étanchéistes pour la pose de panneaux photovoltaïques Le métier Synthèse 1 Le métier • L’exercice de la profession nécessite un diplôme dans le domaine de la couverture (CAP, BEP, BAC Pro, BTS…) ou à défaut 3 ans d’expérience dans le secteur (6 ans pour un artisan) • Les clients des TPE sont essentiellement des particuliers ; les prix des travaux de couverture stagnent (+0,4%) en 2014 • Le chiffre d’affaires d’une entreprise de couverture d’environ 3 personnes est de 231 K€ en 2013 ; les principales charges sont les achats de matières premières et les charges externes • L’investissement annuel moyen représente 2,8% du chiffre d’affaires en 2013 ; le coût de l’outillage fixe peut atteindre 10 K€ contact et saisonnalité • Contact : l’entrepreneur en dehors des heures de chantier • Saisonnalité : Les chantiers ont plutôt lieu au printemps et à l’automne les préoccupations des professionnels • La conjoncture économique et les problèmes de trésorerie • L'évolution du métier • Les difficultés de recrutement Informations pratiques • 3 principaux syndicats professionnels : Le GCCP (Syndicat des Entreprises de Génie Climatique et de Couverture Plomberie) ; la CAPEB avec son Union Nationale Artisanale Couverture Plomberie Chauffage et l’UNCP (Union Nationale des Chambres Syndicales de Couverture et Plomberie de France) • 1 revue professionnelle de référence : Le Moniteur du BTP • 1 salon de référence : BATIMAT au sein du MONDIAL DU BATIMENT (biennal, novembre, Paris Nord Villepinte) 

« Le m étie r • L’e xe rc ic e d e la p ro fe ssio n n éce ssit e u n d ip lô m e d an s le d om ain e d e la co uvertu re (C AP, B EP, B AC P ro , BTS… ) o u à d éfa u t 3 a n s d ’e xpérie nce d an s le s e cte ur ( 6 a n s p our u n a rtis a n ) • Le s clie nts d es T PE so nt e sse ntie lle m ent d es p artic u lie rs ; le s p rix d es tr a v au x d e co uvertu re sta g nent (+ 0,4 % ) e n 2 014 • Le ch iff re d ’a ff air e s d ’u ne e ntr e pris e d e co uvertu re d ’e nvir o n 3 p erso nnes e st d e 2 31 K € e n 2 013 ; le s prin cip ale s c h arg es s o nt le s a ch ats d e m atiè re s p re m iè re s e t le s c h arg es e xte rn es • L’in vestis se m ent a n nuel m oyen r e pré se nte 2 ,8 % d u c h iff re d ’a ff air e s e n 2 013 ; le c o ût d e l’ o utilla g e fi xe p eut atte in dre 1 0 K € co n ta ct e t s a is o n nalit é • Conta ct : l’ e ntr e pre neur e n d ehors d es h eure s d e c h an tie r • Sais o nnalit é : L e s c h an tie rs o nt p lu tô t lie u a u p rin te m ps e t à l’ a u to m ne le s p ré occu patio n s d es p ro fe ssio n nels • La c o njo nctu re é co nom iq ue e t le s p ro blè m es d e t r é so re rie • L'é volu tio n d u m étie r • Le s d if fic u lt é s d e r e cru te m ent In fo rm atio n s p ra tiq ues • 3 prin cip au x sy ndic a ts pro fe ssio nnels : Le GCCP (S yndic a t des Entr e pris e s de G énie C lim atiq ue et de Couvertu re P lo m berie ) ; la CA PEB av ec so n U nio n N atio nale A rtis a n ale C ouvertu re P lo m berie C hau ff ag e e t l’ UNCP (U nio n N atio nale d es C ham bre s S yndic a le s d e C ouvertu re e t P lo m berie d e F ra n ce ) • 1 r e vue p ro fe ssio nnelle d e r é fé re nce : L e M on it e u r d u B TP • 1 sa lo n d e ré fé re nce : BATIM AT a u s e in d u M ONDIA L D U B ATIM EN T (b ie nnal, n ovem bre , P aris N ord Ville pin te ) 2 »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓