Devoir de Philosophie

La revue de presse: les violences sexuelles

Publié le 17/05/2022

Extrait du document

« Les violences sexuelles L'introduction Libération expose le thème de viol de guerre dans un interview avec la juriste des crimes de guerre Céline Bardet. En effet, elle parle de la situation en Ukraine d’ou viennent nombreuses témoignages de victimes qui narrent les effrayantes histoires de viols de la part des soldats russes. La juriste explique que les soldats russes utilisent le viol comme arme de guerre. Malgré le but n’étant pas claire, Céline Bardet suppose que il s’agit soit de la terrorisation et d’humiliation de la population, c’est à dire d’une épuration ethnique, soit de l’intention de vouloir finir avec l’existence des Ukrainiens, car «on a entendu dire que des soldats russes avaient dit à des femmes qu’ils allaient les violer jusqu’à ce qu’elles ne puissent plus avoir d’enfants. » L’interviewée rajoute les conséquences qui n’influent pas seulement sur la victime, mais aussi sur son entourage. En effet, explique-t-elle, «Les viols, souvent extrêmement violents, peuvent avoir lieu devant les membres de la famille. Ces actes ont des conséquences physiques énormes : destruction de l’appareil génital, fissures anales, incontinence, etc. Psychologiquement, les victimes souffrent de stigmatisation, de honte, de traumatismes qui peuvent durer toute une vie. » https://www.liberation.fr/international/europe/viols-de-guerre-en-ukrainelobjectif-est-de-terroriser-dhumilier-la-population20220419_4SFR3JQBPFGQHNAMSU6B3GGE3A/ POINT COMMUN : Les conséquences des violences sexuelles Ainsi dans le magazine Mademoizelle, on trouve la mise en lumière des conséquences des violences sexuelles, particulièrement sur les comportements alimentaires. Le magazine résume les constatations d’une étude publiée en janvier 2022 dont la conclusion était que 4,3% des victimes ont développé les troubles de conduites alimentaires, comme par exemple l’anorexie mentale, la boulimie ou encore l’hyperphagie boulimique. Mademoizelle pointe que les désordres alimentaires se sont déroulées dans le cadre de l’inceste. L’autrice Marie Chéreau éclaire que, certes, les femmes restent les premières victimes, mais qu’il y a aussi les hommes victimes souffrant des troubles alimentaires, bien que chez les hommes, le sujet demeure tabou. L’autrice énumère d’autres troubles possibles des victimes : «des symptômes dépressifs, l’auto-mutilation, l’auto-médication, les tentatives de suicide, des syndromes de choc posttraumatique, ou encore des troubles obsessionnels compulsifs, des troubles anxieux généralisés ou encore des comportements addictifs…» C’est pourquoi, Mademoizelle incite à une meilleure formation des professionnels de santé dont la mission est de reconnaître le choc post-traumatique et de poser un diagnostic adéquat. https://www.madmoizelle.com/les-troubles-du-comportement-alimentaire-sontune-consequence-meconnue-des-violences-sexuelles-ces-chercheurs-tirentlalarme-1284511 »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles