Devoir de Philosophie

dissertation orale

Extrait du document

 

Leïla Ménétrey & Adam Baha                                                                                             301

 

 

Dissertation orale de français

 

 

Sujet n°4 : « L’école est le dernier lieu qui résiste à l’univers de la consommation. Celui où l’on s’offre le luxe de penser dans le calme, de questionner le monde, de l’analyser afin de construire patiemment sa propre liberté. »

 

a) Les mots importants de cette citation sont :

            - l’école

            - univers de la consommation

            - penser

            - questionner

            - analyser

            - liberté

 

Dans cette citation, il y a 2 parties : 1. L’écoleà consommation  où nous apprenons     

   « l’ennemis de l’école »

2. Celuià liberté : le rôle et ce que l’école apporte et         

    permet aux gens de faire

 

- L’école = lieu d’apprentissage et de rencontres où l’on peut librement et sans jugement penser, questionner et analyser le monde. C’est l’univers de la réflexion, là où l’on s’enrichit intellectuellement.

 

Alors que :

 

- L’univers de consommation = monde superficiel où l’important est le paraître au détriment des vraies valeurs, un monde où tout un chacun finit par perdre sa propre identité à force de vouloir suivre les courants à la mode.

 

- Le thème : L’école

- Le propos : Il est dit que l’école est un lieu positif et fort, qu’elle permet aux gens une liberté individuelle de la pensée sur le monde environnant où chacun est libre de voir le monde comme il l’entend et de se forger sa propre personnalité.

- Reformulation du propos : Selon Alain Finkielkraut, l’école est le seul endroit restant où il est possible de se forger librement l’esprit, où l’on a la liberté de réfléchir, de se poser des questions sur le monde, mais aussi d’en faire la critique, car tous les autres lieux ont été pervertis par la société de consommation.

 

 

b) Problématique :

 

Cette citation est-elle valable à n’importe quelle période historique (ou de tout temps ??) ?

L’école est-elle vraiment indispensable à l’homme qui veut rester libre ?

L’homme n’est-il pas capable de découvrir le monde par lui-même et de résister à ses tentations?

D’ailleurs, l’école n’est-elle pas aussi victime de l’univers de la consommation ?

 

 

Thèse refusée :

 

Argument no1 :

Il est vrai que l'école est la base de l'éducation que l'homme à mis en place. Elle permet, si ses aspirations premières restent toutefois respectées, une réflexion et un apprentissage conséquents

Exemple : Un homme qui a beaucoup étudié, est un homme savant : Platon, Mendel, Darwin, Obama. Tout grand homme est passé par l’école.

Argument no2 :

De plus, l'école reste un domaine dans lequel la consommation n'a su s'intégrer de façon virale telle que dans d'autres secteurs comme la musique ou le sport, mais il subsiste qu'elle existe de façon très indirecte

Exemple : Le fait que l’on puisse s’instruire librement. Mais néanmoins affecté par l’industrie du textile ( style vestimentaire marginal, difficile de socialiser. Ce qui atteindra l’activité psychique et freinera la recherche de la liberté)

 

Argument no3 :

 

Cette réflexion de Alain Finkielkraut serait véridique dans un autre contexte que celui d’aujourd’hui. Si l’on applique cette citation aux anciennes civilisations, ses propos pourraient être vérifiés. En effet, sans l’univers de la consommation, les aspirations premières de l’école sont respectées. Aucune (ou presque) idée reçue ne viens aveugler le jugement de quelqu’un, et donc la construction de sa liberté est optimale.

 

Exemple : Platon et sa théorie des idées. Il voulut promouvoir sa doctrine à travers l’école, c’est pour cela qu’il créa l’académie.

 

 

Concession :

 

Néanmoins, on ne peut pas prétendre que l’école est le seul lieu de référence pour acquérir un maximum de liberté intellectuelle, car notre enseignement occidental n’est pas perçu de la même façon dans toutes les autres cultures du monde.

 

 

Thèse acceptée :

 

1. De plus, l’école décrite dans la citation n’est malheureusement pas le modèle standard auquel tous les étudiants du monde peuvent prétendre. En effet, il est illusoire de croire que chaque école fonctionne selon les mêmes valeurs et critères de qualité. Toutes les écoles n’ont pas la même capacité et indépendance financière, ce qui va à terme avoir une incidence sur la qualité de son enseignement. Notamment si elle ne dispose pas des ouvrages spécifiques nécessaires à l’apprentissage. Celui-ci ne pourra être aussi poussé, approfondi qu’il aurait dû l’être. Ensuite, si elle ne peut assumer financièrement ses professeurs, à terme ceux-ci partiront enseigner ailleurs. Egalement, certains régimes politiques anti-démocratiques peuvent porter atteinte à la liberté d’enseignement, donc l’affaiblir.

Aux USA, nous pouvons constater qu’il y a beaucoup d’universités prestigieuses offrant à leurs étudiants de nombreux débouchés, alors que les simples universités des quartiers défavorisés ne vont proposer que peu d’emploi à cause du manque de crédibilité qu’elles évoquent. Mais également en Chine, où il est impensable à la population de pouvoir faire des recherches sur certains domaines du fait de leur régime politique, le communisme. Il y aura donc un grand nombre de censures au niveau des ouvrages, et donc, la transmission du savoir sur de nombreux domaines sera ralentie voire même inexistante.

Ainsi, nous avons vu que l’école n’est pas basée sur un modèle standard. Sa situation dépend de nombreux critères comme les finances ou l’emplacement géographique.

 

 

 

2. En outre, grâce à l’essor technologique de ces dernières années, l’univers de la consommation a réussi à se faire une place à l’école. En effet, les outils de travail tels que les livres ou les ordinateurs sont devenus nécessaires pour transmettre le savoir, car actuellement, plus rien ne se transmet oralement, mais cela se fait grâce aux écrits.

Prenons l’exemple des ouvrages achetés par les écoles ou par les élèves, provenant d’éditions dont les buts sont de faire connaître le livre, mais surtout de faire des bénéfices. Vu que les livres représentent un outil de travail, il sera donc nécessaire de s’en procurer un exemplaire. Nous sommes donc dépendants de la société de consommation. Il y a également des marques comme « Apple » qui créent des nouvelles technologies comme les I-Phone. Les étudiants ainsi que les professeurs seront amenés à s’en servir pour diverses recherches sur internet. Même si, dans les écoles, nous n’avons pas de gigantesques panneaux publicitaires, nous possédons néanmoins des ordinateurs ou même des télévisions qui sont pleinement suffisantes pour faire passer le message marketing.

Donc, de nombreux symboles de la société de consommation actuelle se sont implantés dans les écoles, permettant aux gens d’acquérir de nouvelles compétences dans le domaine technologique.

 

 

3. Pour finir, je dirai que les expériences sur le terrain sont indispensables pour développer et approfondir les connaissances acquises, car pas seulement le côté théorique de l’école est nécessaire. En faisant cet apprentissage pratique, on se trouve confronté à une réalité parfois cruelle à laquelle il faut faire face sans pouvoir se dérober et c’est cette réalité de la vie qui contribue à forger la personnalité de tout un chacun.

D’ailleurs, ceci peut être le cas de familles vivant éloignées des structures scolaires traditionnelles, mais dont les enfants étudient néanmoins. Ainsi, il serait faux de prétendre que ces enfants n’ont pas été formés à forger leur propre liberté.

Prenons l’exemple de personnes qui n’ont pas pu finir leurs études. Elles ont donc appris leur travail sur le terrain et ont fait leurs preuves. D’après leur expérience, elles ont été capables de réfléchir par elles-mêmes et de pouvoir remettre en question ce qu’elles ont appris au début de leur formation. Elles pourront ainsi transmettre leur savoir à d’autres personnes pouvant elles aussi questionner et analyser le monde par la suite.

Ainsi, le côté empirique est indispensable pour pouvoir penser, questionner et analyser les problèmes du monde.

 

 

 

Conclusion :

 

En conclusion, nous avons pu voir que l’école est la base de l’éducation et que son rapport envers l’univers de la consommation a changé au fil du temps, et des différentes évolutions et découvertes dans plusieurs domaines. De plus, l’école décrite dans la citation n’est pas celle qui est en place à travers le monde entier, et nous sommes convaincus que l’expérience est un complément nécessaire à la construction d’une liberté d’esprit et de jugement propre à chaque individu. Nous pensons également que l’univers de la consommation a eu raison de « l’imperméabilité » de l’école depuis les avancées technologiques de ces 50 dernières années. Tout cela ne sera-t-il pas porteur de préjudices pour la survie d’une école plus-ou-moins indépendante des vices de la consommation ?

 

Liens utiles