Devoir de Philosophie

FAUSTULUS Faunes FAUNUS FÉCONDITÉ FÉLICITÉ FÉRONIA

Voir sur l'admin

Extrait du document

faustulus

FAIM. Cette divinité, fille de la Nuit, que Virgile place aux portes des Enfers et qui apporte la stérilité dans les champs, est également décrite par Ovide sous l’aspect d’une femme accroupie dans un champ aride, où elle arrache quelques maigres plantes. Erysichthon, le héros thessalien, fut sa plus tragique victime.

FAMA. Divinité latine qui personnifie la Renommée.

Fatum, Expression sacrée du Destin chez les Romains, le Fatum représente la volonté arrêtée des dieux et le sort attribué à chacun.

FAUNA. Cette épouse de Faunus, considérée par les Latins comme la mère du dieu Latinus, un des rois légendaires du Latium, protège les femmes contre la stérilité.

Faunes. Ces divinités romaines des bois qu’on peut comparer aux satyres grecs descendent, selon la légende, du roi Faunus, petit-fils de Saturne. Cependant, ils ne sont que des demi-dieux, et la mort est leur lot final après une longue existence. On les représente avec de petites cornes, une queue et des sabots de bouc.

 

FAUNUS. 1 ° Ce dieu est l’une des plus vieilles divinités de la religion romaine. Fils de Picus et petit-fils de Saturne, il est nanti d’une double attribution. D’une part, familier des bois, des plaines cultivées et des eaux fraîches et vives, il protège les cultures et veille sur les troupeaux; d’autre part, semblable au Zeus de Dodone, il rend des oracles en faisant bruisser les arbres. Ces fonctions agrestes ont engagé les artistes romains à le représenter comme un dieu barbu, vêtu d’une peau de chèvre, tenant soit la massue propre aux gardiens de bétail, soit la corne d’abondance, parce qu'il favorise la fertilité des champs. Aussi ne doit-on pas s’étonner qu’on I’identifie avec Pan, après l’hellé-nisation systématique des dieux romains. Il finit par porter les mêmes attributs que son homologue grec : cornes au front et pieds de chèvre. 2° Un roi barbare que tua Hercule porte également le nom de. Faunus.

FAUSTULUS. Ce berger, qui était peut-être l’intendant des troupeaux d’Amilius, roi d’Albe, est mêlé de près à la légende romaine de Romulus et de Remus. Ayant suivi, en effet, une louve dont l’agitation l’intriguait, il trouva les deux jumeaux dans son antre et les transporta dans sa cabane auprès de sa femme Acca Larentia, qui se chargea de les élever. Faustulus instruisit les deux frères sur leur origine, et Romulus, sachant qu’il appartenait à une lignée de dieux et de rois, tua Amilius, qui avait usurpé le pouvoir. Mais lorsque les deux frères se prirent de querelle, Faustulus, dit-on, tenta de s’interposer et fut tué dans la lutte. Plus tard, les Romains, reconnaissants, le placèrent dans leur Panthéon.

FÉCONDITÉ. Principale déesse de la Fécondité, Bona Dea était invoquée et vénérée au cours de mystères strictement réservés aux femmes romaines. Ces dernières remerciaient la déesse soit de leur avoir accordé de nombreux enfants, soit, stériles, lui demandaient de les rendre mères. Les impératrices romaines, pour leur part, vouaient un culte particulier à la déesse allégorique Fécondité, à laquelle elles réclamaient une opulente postérité, afin d’assurer la pérennité de l’État romain. Les animaux domestiques et le bétail étaient également placés sous la protection de dieux comme Faunus ou Palès, qui assuraient leur rapide et abondante reproduction.

Ce Faune, génie de la nature exubérante, avec ses cornes, ses cheveux hirsutes et sa queue semble habité par la folie et l'ivresse. Bronze antique. (Musée de Naples.)

Faune suivant le cortège de Dionysos en jouant de la flûte double (une lanière de cuir maintient ses joues). Extrait d'un bas-relief antique. (Musée de Naples.) 

FELICITE. Cette déesse appartient au groupe des nombreuses divinités allégoriques romaines. On la voit frappée sur les monnaies. Elle a l’aspect d’une femme corpulente qui tient le caducée d’Hermès et une corne d'abondance : l’un symbolisait la santé, l’autre, I'opulence, deux dons indispensables au bonheur.

FÉRONIA. D’origine étrusque, cette très ancienne divinité italienne aux attributions quelque peu obscures était vénérée notamment à Terracine, près du mont Soracte. Elle se rangeait, croit-on, au nombre des divinités des Champs et des Bois, dont elle assurait la fertilité.

Fertilité. L’Antiquité a toujours craint les famines. La pluie et l’humidité, l'abondance des récoltes furent toujours à cette époque l’impératif essentiel de la survie de la civilisation.

Les Romains, en particulier, qui longtemps préférèrent l'agriculture au commerce, multiplièrent les dieux de la Végétation, de la Fertilité. Ils vénéraient Cérès, déesse de la Moisson, Priape, dieu des Jardins et des Vergers, Ops et Copia, divinités de l’Abondance, Flora, qui favorisait la fécondation des fleurs, Pomone, qui permettait aux fruits de mûrir. Ils demandaient à toutes ces divinités aide et protection en plaçant leurs statues, leurs symboles ou leurs attributs dans les champs et en leur consacrant des fêtes à date fixe.

Liens utiles