Devoir de Philosophie

ICARIOS IDA IDAS IDMON IDOMÉNÉE ILIONÉ ILITHYE ILOS Immortalité INACHOS INO IO IOBATÈS

Voir sur l'admin

Extrait du document

icarios

ILIONÉ. Fille aînée de Priam et d’Hécube, llioné épousa Polymestor, roi de la Chersonnèse en Thrace, auquel elle donna un fils, Déipyle. Celui-ci fut tué par son père, qui croyait supprimer un de ses ennemis, Poly-doros, le propre frère d’llioné. Celle-ci vengea la mort de son enfant en tuant son époux. Selon une autre version de la légende, ce fut Hécube elle-même qui fit périr Polymestor, après l’avoir aveuglé.

ILITHYE. Déesse de la Maternité, sœur d’Hébé, d’Arès et d’Héphaïstos, llithye est envoyée par Héra, sa mère, pour apporter son aide aux femmes en couches. Dans l’Iliade, il existe plusieurs llithyes qui personnifient les différentes phases des douleurs de l’enfantement. llithye, représentée sous les traits d’une jeune fille, tient une de ses mains levée et porte dans l’autre un flambeau allumé, symbole de la vie qui naît à la lumière.

ILOS. Fils de Tros et de la nymphe Callirhoé, frère de Cléopâtra, Assa-racos et Ganymède, arrière-petit-fils de Dardanos, llos épousa Eurydicé et en eut un fils, Laomédon, le père de Priam. Une seconde femme lui donna une fille, Thémisté, la grand-mère d’Enée. Après avoir remporté une victoire dans des jeux, il reçut en récompense des esclaves et une vache. Comme le lui avait conseillé un oracle, llos suivit l’animal, qui, finalement, s’arrêta sur la colline Até, en Phrygie. Il y fonda une ville, la cité d’Ilion, appelée plus tard Troie. Zeus confirma et approuva ce choix en envoyant à llos une statue d’Athéna-Pallas, le Palladion, destinée à protéger la nouvelle ville.

Immortalité. Accordée généralement à tous les dieux, l’immortalité est dispensée sans cesse dans l’Olympe par le nectar et l’ambroisie, seules nourritures des divinités. Parfois, certains hommes peuvent acquérir l’immortalité; les uns, comme le pêcheur Glaucos, en mangeant une herbe magique qui le métamorphose en dieu marin; les autres, comme la plupart des héros ou héroïnes, parce qu’ils sont de race divine et qu’ils se sont montrés d’un courage et d’une vaillance surhumains. Parfois aussi on voit des héros, tel Tydée, dégoûter les dieux par leur cruauté et se voir refuser l’immortalité. Les hasards de la nature donnent à certains mortels une immortalité conditionnelle; ainsi, le roi Ptérélas ne mourut que lorsque sa fille lui eut coupé un cheveu d’or, qui le retenait à la vie. Enfin, il arrive quelquefois que l’immortalité soit échangée contre la mort : tel fut le cas de Prométhée, qui accepta de recevoir l’immortalité du centaure Chiron, qui, blessé et en proie à d’atroces douleurs, préféra l'apaisement de la mort à la souffrance éternelle.

INACHOS. Ce dieu-fleuve d'ArgoIide, fils d'Océan et de Téthys, père lui-même de la nymphe lo, fut un jour choisi par Héra et Poséidon pour arbitre : ils se disputaient la souveraineté de la contrée qu'il arrosait. lnachos se prononça en faveur d'Héra. Dépité, Poséidon l'assécha. Seules les pluies lui rendent un cours normal.

 

INO. Fille de Cadmos et d'Harmonie, et femme d'Athamas, roi d'Étolie, lno fut appelée Leucothéa, après sa métamorphose en déesse marine. Elle eut deux fils, Léarchos et Mélicerte.

 

IO. Cette jeune prêtresse d'Argos, fille du roi lnachos, ou d'lasos, roi d'Argos, suivant une autre version, séduisit un jour par son charme le cœur toujours ardent de Zeus; le dieu s'unit à elle, mais fut obligé de la transformer en génisse afin que sa jalouse épouse ne soupçonnât pas son infidélité. Héra, qui n'était pas dupe de la métamorphose, demanda alors à Zeus de lui consacrer l'animal. Le dieu obéit. lo fut confiée à Argos aux cent yeux, qui ne dormait jamais que de cinquante yeux. Saisi de compassion, Zeus demanda à Hermès d'arracher la prisonnière à son gardien. Délivrée, lo ne jouit pas longtemps de sa liberté : Héra lui envoya un taon. L'insecte, s'attachant à ses flancs, rendit si furieuse la fausse génisse qu'elle erra durant des mois à travers toute la Grèce sans jamais s'arrêter, passa le Bosphore (ou « gué de la Vache ») et rencontra, attaché à son rocher sur le mont Caucase, Prométhée, qui, selon Eschyle, lui prédit une belle destinée. De là, lo gagna l'Égypte, où elje reprit sa forme première, et enfanta Épaphos, de la race des Danaïdes. On l'identifia alors avec la déesse Isis, et, après sa mort, avec la déesse Lune, représentée sous la figure d'une femme aux cornes d'or.

IOBATÈS. Roi de Lycie, lobatès eut deux filles, Sthénébée, qui se maria à Proétos, et Philonoé, qui épousa Bellérophon; il joua dans la légende de ces deux personnages un rôle important.

IOLAOS. Fils d'Automéduse et d'lphiclès, le frère utérin d'Héraclès, lolaos, fut un des plus fidèles compagnons de son oncle, dont il conduisait habituellement le char; il l'aida ainsi à vaincre l'Hydre de Lerne, à capturer les bœufs de Géryon, il prit part, aux côtés des Argonautes, à la chasse du sanglier de Calydon et gagna la course de char aux premiers jeux Olympiques institués par Héraclès. Celui-ci envoya son neveu en Sardaigne à la tête des fils qu'il avait eus des filles de Thespios. lolaos mourut dans cette île. Plus tard, les Enfers lui accordèrent la permission de revenir secourir les enfants d'Héraclès en danger : il tua alors Eurysthée, et retourna au royaume des Ombres, honoré de tous.


ICARIOS.1 ° Cet Athénien accorda un jour l’hospitalité à Dionysos; le dieu, pour le remercier, lui apprit la façon de faire le vin, tout comme il avait fait don d'un plant de vigne à Œnée, dont il avait été l'hôte. lcarios, très fier de sa nouvelle boisson, invita des bergers à un banquet. Mais ceux-ci s'enivrèrent et furent bientôt effrayés par les maux dont ils souffraient : ils se crurent empoisonnés et tuèrent lcarios. Sa fille Érigoné, retrouvant sa tombe, se suicida. Dionysos se vengea en frappant de folie les jeunes filles d'Athènes.

2° Sur la généalogie d'un autre Icarios, on connaît deux versions; selon la première, il est le fils de Périé-rès, selon la seconde, seulement son petit-fils. Chassé avec son frère Tyn-dare de Lacédémone par Hippocoon, il demeura en Arcananie après le meurtre de celui-ci par Héraclès et il épousa la nymphe Péribola, dont il eut un certain nombre d'enfants au nombre desquels figurent Thoas, Alé-tès et surtout Pénélope. Lorsque cette dernière fut en âge de se marier, Icarios qui l'aimait tendrement essaya de susciter tous les obstacles pour l'empêcher de prendre un époux. Finalement, il fit de sa fille l'enjeu d'une course de chars, qui fut gagnée par Ulysse. lcarios demanda alors au héros de rester auprès de sa fille. Ulysse refusa pour sa part, mais laissa le choix à Pénélope entre lui ou son père. La jeune fille rougit et se couvrit le visage d'un voile montrant ainsi qu'elle avait choisi Ulysse. lcarios se soumit à cette décision, et il éleva même à l'endroit où s'était produite cette scène un temple à la déesse Pudeur.

IDA. Dans l'Antiquité, on connaissait deux chaînes de montagnes qui portaient ce nom. L'une, au centre de l'île de Crète, avait été notamment le lieu de refuge de Zeus nouveau-né, nourri par une nymphe, Ida. L'autre se trouvait non loin de Troie et fut, au moment de la guerre qui opposa Grecs et Troyens, le lieu de séjour favori des dieux, lorsqu'ils participaient aux combats.

IDAS. Fils d'Apharée et d'Arénè, ldas participa à diverses expéditions mythiques, aux côtés de son frère Lyncée. Il se signala en particulier à la chasse du sanglier de Calydon et dans l'expédition des Argonautes. Mais ayant voulu s'emparer du royaume de Mysie, il fut vaincu par Télèphe. Les faits les plus célèbres de sa légende demeurent sa lutte contre Apollon et ses combats contre les Dioscures.

Il avait enlevé Marpessa, fille d' Évé-nos, et l'avait épousée. Mais le dieu, également amoureux de la jeune femme, voulut s'en emparer. Zeus mit un terme à la querelle, en laissant à Marpessa le droit de choisir qui elle aimait : elle préféra ldas.

Par ailleurs, une lutte acharnée opposa ldas aux Dioscures, ses cousins, à propos du partage d'un troupeau. En effet, le héros . s'était approprié, par ruse, toutes les têtes de bétail, Il fut attaqué, lui et son frère Lyncée, par les Dioscures. Castor fut tué au cours de la lutte, et Pollux allait subir le même sort lorsque Zeus intervint et foudroya ldas. De ce dernier, on dit aussi que le châtiment du dieu lui fut infligé parce qu'il avait voulu disputer aux Dioscures les deux filles de Leucippos, Hilæra et Phoibê.

IDMON. 1 ° On connaît sous ce nom un teinturier de Colophon, père d'Arachné.

2 ° Un autre Idmon, fils d'Apollon et d'Astéria, ou de Cyrène, eut pour père officiel Abas. Devin chargé de conseiller les Argonautes dans leur expédition, il savait par avance que la mort l'y attendait. Ayant atteint le pays des Mariandynes, il fut attaqué par un sanglier féroce. Malgré la lance d'ldas, qui tua la bête, Idmon mourut de ses blessures.

IDOMÉNÉE. Ce roi de Crète, fils de Deucalion et petit-fils de Minos et de Pasiphaé, comptait au nombre des prétendants d'Hélène. Il quitta la Crète avec une flotte de quatre-vingts vaisseaux, montés par un fort contingent de Crétois, et participa au siège de Troie. Il figura, ensuite, parmi les héros qui prirent place dans le fameux cheval de bois et pénétrèrent, à la suite de cette ruse, dans la ville. Selon l'Odyssée, son retour fut heureux. Mais d’autres traditions, posthomériques, lui donnent une tournure dramatique. Sa flotte ayant été assaillie par une tempête, Idoménée promit à Poséidon de lui sacrifier la première personne qu’il apercevrait à son retour en Crète. Sa douleur fut vive, lorsque, jetant l’ancre, il découvrit, sur le rivage, son propre fils, venu pour lui manifester sa joie. La plupart des mythographes assurent qu’il s’acquitta de son engagement et qu’il immola son fils. Mais, une peste ravageant leur île, les Crétois, déjà saisis d’horreur par l’infanticide de leur roi, le chassèrent pour apaiser les dieux. Idoménée se rendit alors en Calabre et fonda Salente, instituant dans cette ville les sages lois de son grand-père Minos.

Liens utiles