Devoir de Philosophie

ALCOOLS de Guillaume Apollinaire (analyse détaillée)

Publié le 23/10/2018

Extrait du document

apollinaire

Guillaume Apollinaire (1880-1918)

Recueil primitivement intitulé Eau de vie, composé de 71 poèmes publiés dans diverses revues entre 1898 et 1913.

COMPOSITION DE L’ŒUVRE

 

Sous un apparent désordre, le recueil passe du pessimisme à un chant d’espoir. L'articulation entre ces deux parties serait le poème la Porte, moment-clé où le poète amorce sa remontée vers la surface de la terre et fait part de son désir d’annoncer la saveur de l'univers aux hommes de l'avenir : Les étoiles mouraient le jour naissait à freine (Vendémiaire). On a pu en outre parler de composition cubiste (Ph. Renaud) : juxtaposition de poèmes longs puis courts, de forme régulière puis irrégulière...

 

Poèmes-clés : Zone, la Chanson du Mal-aimé, Marie, la Porte, les neuf poèmes des Rhénanes, Vendémiaire.

 

THÈMES DOMINANTS

 

• La mort est un thème transversal. Apollinaire le traite sous deux aspects : regrettant la fuite du temps et la décomposition de tout ce qui vit, il considère la mort comme un passage (images de l'automne, du fleuve) ; en même temps, il y voit une fin en soi, seulement accessible par le souvenir.

 

• La renaissance est le second thème moteur de l’oeuvre. Porteur d'espoir, il naît chez le poète du sacrifice de son passé, épuré par le feu, et produit l'alcool, victoire de l'ivresse sur la mort, promesse de révélations poétiques. Ce thème, comme le précédent, s’exprime par l’élégie.

 

• Le poète visionnaire. Émule de Hugo ou de Rimbaud, il guide l'humanité (Hommes de l'avenir souvenez-vous de moi / Je vivais à l'époque où finissaient les rois [Vendémiaire]) grâce à une connaissance quasi ésotérique, acquise en risquant sa vie au plus profond des abysses : Sirènes j'ai rampé vers vos / Crottes (Lui de Faltenin).

 

• La rêverie fantastique, essentiellement illustrée par les Rhénanes, renforce la dimension ésotérique perceptible dans l’ensemble du recueil. Ce thème automnal s’oppose au cadre très moderne de l’œuvre.

 

• La porte, considérée par le poète comme le symbole du rejet qu'il a connu enfant, fait le lien entre les deux mouvements descendant puis ascendant du recueil. Il confère sa dureté fondatrice à la confession et au trajet initiatique d’Apollinaire [Ouvrez-moi cette porte où je frappe en pleurant (le Voyageur)] et justifie l’audace poétique du recueil.

apollinaire

« étoiles mouraient le jour naissait à peine (Vendémiaire).

On a pu en outre par ­ ler de composition cubiste (Ph.

Renaud) : juxtaposition de poèmes longs pu is courts, de forme régulière pu is irrégulière ...

Po èm es -dés : Zone, la Chmtson du Mal -aimé, Marie , la Porte, les neuf poèmes des Rhénanes, Vendémiaire.

THÈMES DOMINANTS • La mort est un thème transvers al.

Apollina ire le tra ite sous deux aspects : reg r ettant la fui te du temps et la décomposition de to ut ce qu i vi t, il co nsi ­ dère la mo rt comme un passage (images de l'au tomne, du fleuve) ; en même temps, il y voit une fin en soi, seulement accessible par le souvenir .

• La renaissance est le second thème moteur de l'œ uvre.

Porteur d'espoir, i l naît chez le poète du sacrifice de son passé, épuré par le feu, et produit l 'alcoo l, victoire de l'ivres se sur la more, promesse de révé lations poé ­ tiq ues.Ce thème, comme le précéden t, s'ex prime par l'é légie.

• L e poète vis ionn aire.

Émule de Hugo ou de Rimbaud, il guide l'huma­ n ité (Hommes de l'avenir souvenez -vous de moi 1 je vivais à l'époque où finis ­ saient les rois {Vettdémiaire]) grâce à une connaissance quasi ésotériq ue, acquise en risquan t sa vie au plus profond des abysses : Sirènes j'ai rampé vers vos 1 Groues (Lu! de Faltenin).

• La rêverie fantastiq ue, essentiellemen t illustrée par les Rhénanes, ren­ force la dim ensio n ésotérique perceptible dans l'ensemble du recueil.

Ce thème automnal s'oppose au cadre très moderne de l'œuvre.

• La port e, considé rée par le poète comme le symbole du re jet q u' il a connu enfant, fait le lien entre les deux mouvements descendant puis ascendant du recue il.

Il confère sa dur eté fondatrice à la confession et au trajet ini ­ tiatique d'Apollinaire {Ouv rez -moi ceue porte où je frappe en pleurant (le Voyageur)] et justifie l'audace poétique du recue il.

FORMES POÉTIQUES PRINCIPALES • Le vers classique :Dans la plaine les baladins 1 S'éloignent au long des jardins 1 Devant l'huis des auberges grises 1 Par les villages sans églises (Saltimbanques) • Le vers libre assonancé : Tu marches vers Auteuil tu veux aller chez toi à pied 1 Dormir parmi tes fétiches d'Océanie et de Guinée /Ils sont des Christ d'une autre forme et d'une autre croyance 1 Ce sont les Christ inférieurs des obscures espé­ rance s 1 Adieu Adieu 1 Soleil cou coupé (Zone) • La juxtaposi tion de vers traditionne ls et de vers libres : Le gardien du trou­ peau chante tout doucement 1 Tandis que lentes et meuglant les vaches abandon­ nent 1 Pour toujours ce grand pré mal fleuri par l'automne (les Colchiques) • La prosod ie : Sur le pont Mirabeau coule la Seine 1 Et nos amours 1 Faut -il qu'il m'en souvienne (le Pont Mirabeau) STYLE • Le style lyriq ue de l'élégie , - l 'invocation prophétique : Ecoutez -moi je suis le gosier de Paris 1 Et je boirai encore s'il me plaît l'univers (Vendémiaire). »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles