Devoir de Philosophie

jack l'éventreur et les fantasmes victoriens

Extrait du document

« 1888, Jack l’Eventreur et les fantasmes victoriens - Un article de Tomas Stowell dans lequel on retrouve des documents privées de Sir William Gull.Selon un certain « S » serait Jack l’Eventreur, il ne cite pas le duc, mais il y fait clairement référence - Il n’a jamais pu confirmer cette histoire L’arrière-plan la surexcitation des grandes peurs - Les meurtres de Jack l’Eventreur ont eu lieu dans un quartier très pauvre de Londres - de grandes conséquences et fort écho dans la presse et au sein même de la population. - Ces crimes ont touché toutes les classes plus sociales - Cette série de crime illustre, renforce et rend plus présent les plus grandes peurs des Victoriens. I. L’espace urbain Londres a connu : - Un grand développement démographique - Début de l’urbanisation et du développement des villes à plusieurs échelles et des moyens de transport. A. La « moderne Babylone » Londres : - Polarise les forces du pays, les activités, les occasions de réussir, les hommes (5 millions d’habitant en 1891), la puissance du pays et l’attention du reste du monde. - Suscite le dégout comme l’admiration - Le développement du chemin de fer et de la locomotive renforce le développement de la ville, mais il l’a aussi fracturé (une ségrégation sociale) - La ville s’étend et a continué de s’étendre jusqu’à atteindre une longueur totale de 4800 km. II. Les odeurs, les problèmes d’hygiène et la pollution - Des odeurs absolument insupportables qui ont fini par être à l’origine de certaines maladie. - Les animaux et leurs excréments étaient au côté des habitants - Les habitants vivaient dans des lieux insalubres et plus que dangereux pour leurs vies. - La pollution et l’humidité ont donné naissance au smog : les plus fragiles sont victimes dans cette pollution ambiante et offrent un cadre propice aux meurtres III. Une crise sociale dans la « moderne Babylone » Londres : - Réduit l’espérance de vie et la qualité de vie des individus les pauvres - La métropole devient un lieu qui favorise la criminalité, les vices et la misère sociale - Même si les crimes de Jack L’Eventreur ont touché toute la société victorienne, il est indéniable que les quartiers les plus pauvres ont été beaucoup plus impactés. IV. De la vision à la peur - L’optimisme qui déterminait la société victorienne fut évincé par la terreur, l’épouvante et par le désespoir - Le déclin de la société victorienne, un déclin marqué par la nervosité, la peur, la mort et l’horreur - Les crimes de Jack l’Eventreur rappellent les risques de la situation dans laquelle se trouvent les victoriens. 2 »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles