Devoir de Philosophie

PRÉCIEUSES RIDICULES (Les) Molière : Fiche de lecture

Publié le 18/11/2018

Extrait du document

lecture

PRÉCIEUSES RIDICULES (Les) Molière. Comédie, 1659.

 

Comédie en un acte et en prose, Les Précieuses Ridicules ramènent au théâtre la tradition française de la farce, tout en établissant pour la première fois l’un des principes du théâtre de Molière: la satire des mœurs de l’époque. Ici, ce sont les excès caricaturaux de la préciosité qui sont ridiculisés à travers les personnages de Cathos et de Magdelon. Nièce et fille du bourgeois Gorgibus, elles se piquent de beau langage et attendent l’amour sous les traits d’un héros du roman précieux. Elles éconduisent donc avec insolence deux gentilshommes parisiens venus demander leur main et assènent à Gorgibus les lois de la courtoisie amoureuse avec un mélange de naïveté et d’arrogance où se trahit leur extrême jeunesse. Furieux, les deux gentilshommes déguisent leurs valets et dûment sermonnés, ceux-ci vont jouer aux deux précieuses la comédie des beaux esprits dans le jargon qui les séduit. Toute une compagnie fait alors irruption; on donne du bâton aux valets, on arrache leur déguisement et on les abandonne sur place aux deux précieuses humiliées. La morale de la pièce est double: Mascarille, le valet, souligne ce qu’il y a d’artificiel dans le goût des précieuses, qui ne sont éprises que d’apparence et de faux-semblants; Gorgibus, lui, dénonce l’influence des romans à la mode dont sont victimes Cathos et Magdelon.

 

♦ Ce divertissement sans conséquence met donc, le premier, l'accent sur les dangers de la littérature mal comprise, n y a du bovarysme, déjà, chez Cathos et Magdelon, mais cet aspect sérieux disparaît dans le rythme enlevé des scènes et dans les attributs de la farce classique : déguisements, coups de bâton. Le comique savoureux des répliques, la finesse des dialogues annoncent déjà la grande comédie.

lecture

« Powered by TCPDF (www.tcpdf.org)Précieuses ridicules, les [Molière] - fiche de lecture. 1 PRÉSENTATION Précieuses ridicules, les [Molière] , « petite comédie » en un acte et dix-sept scènes de Molière, représentée pour la première fois à Paris sur la scène du Petit-Bourbon, le 18 novembre 1659, en complément du Cinna de Corneille. Dans la préface de l'édition de 1660, Molière souligne que cette farce aux moyens ordinaires « se tient partout dans les bornes de la satire honnête et permise ». Le titre suffit d'ailleurs à nous convaincre que le chemin critique emprunté par la pièce est moins celui de la préciosité telle qu'en elle-même que celui de ses déviances outrancières. 2 PRÉCIEUSES RIDICULES ET RIDICULISÉES Magdelon et sa cousine Cathos trouvent leurs prétendants, La Grange et Du Croisy, peu romanesques et peu galants en amour. Elles les repoussent si vivement qu'ulcérés et humiliés par tant d'impertinence, les deux seigneurs cherchent vengeance. Aussi envoient-ils Mascarille et Jodelet, leurs valets, déguisés en marquis maniérés et enfarinés pour séduire les deux précieuses par leur « bel esprit ». Leur cour est si mondaine et leurs manières si affectées qu'elles ravissent les coquettes, bien honteuses lorsqu'elles découvrent finalement qu'elles ont été piètrement abusées. 3 LA CARICATURE D’UNE CARICATURE Si le comique naît des pitreries, des masques et des coups de bâton, propres au jeu de la farce, ainsi que de l'affectation, dans les manières et le langage de ceux qui se piquent d'être de « vrais précieux », la satire provient du regard biaisé et grossissant que Molière porte sur les mœurs et les aspirations idéalistes et exaltées de ses personnages. L'auteur se joue, en effet, de la sottise provinciale et exploite le courant précieux comme une mode dont la banalisation contient ses travers et induit fatalement ses excès, telle une sanction méritée. Comme dans « la carte du Tendre », il est des voies dangereuses à éviter, et c'est précisément dans celles de la contrefaçon servile et de la singerie infatuée que « les deux pecques, ambigu de coquette et de précieuse » se sont fièrement engagées. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles