Devoir de Philosophie

Le biohabitat

Extrait du document

...

 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.5 I. La maison écologique : Une alternative en devenir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.6 1. Une utilisation encourageante des énergies renouvelables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.6 a. L’énergie solaire-La cellule photovoltaïque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.6 b. L’énergie biomasse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.7 c. L’énergie éolienne. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.7 d. L’énergie géothermique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.8 e. L’énergie hydraulique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.8 2. La diminution du taux des déchets, chaleur, CO2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.9 3. Une amélioration du bien-être. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.11 a. Pourquoi la qualité écologique de l'habitat est-elle si importante pour la santé ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.11 b. Quelles sont les bases d'une habitation saine ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .p.11 c. Principes d'une construction bioclimatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.11 d. L’air ambiant de la maison devra être sain et sec . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .p.11 II. Architecture bioclimatique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.12 1. Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.12 2. Les principes généraux de l’architecture bioclimatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.12 a. Toiture penchée. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.13 b. La forme de l’habitat. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.13 c. La bonne répartition des pièces. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.13 d. Diffuser la chaleur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.14 e. Conserver la chaleur ou la fraicheur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.14 f. Les protecteurs solaires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.15 g. Le renouvellement de l’air. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.15 h. Les étapes pour récupérer l’eau de pluie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.15 III. L’isolation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.16 1. Conductivité et diffusivité thermique d’un isolant. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.16 2. Le principe d’inertie thermique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.16 3. L’isolation phonique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.16 4. Isoler les toitures avec de la végétation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.17 5. Les principaux isolants. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.17 a. L’Adobe. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.17 b. Le chanvre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.17 c. Le bois. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.18 6. Des nouvelles méthodes pour l’isolation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.18 a. L’ouate de cellulose. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.18 b. Les fibres de verre ou laine de verre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.18 SOMMAIRE 4 c. Le polyuréthane. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.18 d. Les produits minces réfléchissants opaques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.19 7. Comparaison des différents isolants. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.20 8. Le contrôle du chauffage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.21 IV. Les contraintes du bio habitat. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.21 1. Un coût économique élevé. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.21 2. La fabrication des matériaux pour un bio habitat peut être mauvaise pour l’environnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.22 3. Contraintes liées à la construction d’un bio habitat. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.22  Bilan. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.23  Expériences. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.25  Synthèses. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.29  Sources. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.35  Remerciement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.36 5 , epuis longtemps, il y avait l’idée de construire des maisons écologiques. Ces maisons écologiques sont cratérisées par un respect de l’environnement tout en garantissant le bien être des habitants. Aujourd’hui on en trouve quelquesunes en France, au Canada et en Belgique. Mais mis à part ces pays, le bio habitat n’est pas connu ou bien n’est pas construit. Par définition, un bio habitat ou maison écologique doit être plus respectueuse pour l’environnement qu’un habitat normal. Cela peut se réaliser de différentes manières, en fonction de la situation, des moyens et des envies tout en gardant à l’esprit qu’il s’agit aussi d’une occasion de réaliser des économies. Verte, écologique ou bioclimatique, tous ces habitats tentent de trouver des solutions envisageables pour un habitat qui prend davantage en compte la nature. Idéalement, celui-ci doit à la fois permettre d’émettre le moins de polluants possibles, tout en réduisant ses besoins en énergies et les pertes qui y sont liées favorisant l’utilisation des énergies renouvelables. Pour cela, on va pouvoir agir à la fois au niveau de la conception du bâtiment et de ses installations (eau, chauffage) ou du type de matériaux utilisés et les isolants de sa construction. L’architecture bioclimatique ainsi que les matériaux utilisés dans un bio habitat varieront en fonction de l’environnement extérieur. A la fois Art et Science, la biologie de l’habitat s’intéresse aux interactions entre l’environnement, la construction et ses occupants. Elle s'ouvre sur toutes les étapes de l'acte de bâtir, aussi bien en étude que sur le terrain. La maison écologique sera-t-elle la maison de la future ? C’est ce que pense à peu près tout le monde, grâce à ses énergies renouvelables, sa diminution du taux des déchets, de CO2 et de la chaleur, ce qui conserve l’environnement, mais aussi grâce à son impact positif sur la santé et le bien-être de l’homme. Mais à côté de toutes ces vertus le bio habitat présente aussi des vices comme les effets dangereux des isolants et des matériaux utilisés pour la construction de ces maisons, le coût économique élevé et enfin la limitation de la construction et de l’exploitation des surfaces. La situation climatique actuelle est alarmante, le réchauffement climatique est un danger pour l’environnement et menace notre planète. A ce rythme la température va augmenter de plus de 3 degrés d’ici à 2050 c’est d’ailleurs la question principale qui a été soulevée durant la COP 21 à Paris. Les bio habitats viseront à limiter l’émission de CO2 et atteindre la neutralité carbone. Les habitats aujourd’hui sont une des principales raisons du réchauffement climatique, ils rejettent beaucoup trop de CO2 et ne sont pas en accord avec l’environnement. Le secteur du bâtiment nécessite donc de s’adapter afin de préserver notre planète. D INTRODUCTION 6 I. LA MAISON ECOLOGIQUE : UNE ALTERNATIVE EN DEVENIR : 1. Une utilisation encourageante des énergies renouvelables : Nous utiliserons, dans cette maison les énergies renouvelables. Les énergies renouvelables sont des sources d’énergie qui se renouvellent très rapidement ; de plus, elles sont diverses et proviennent de phénomènes naturels tels que les courants, l’air ou bien les astres. Dans ces énergies on a : a) L’énergie solaire-La cellule photovoltaïque : À l’opposé du pétrole, l’énergie du Soleil est infinie et disponible partout sur la planète. Il est possible, grâce aux travaux de Becquerel, de la transformer à présent en électricité. La clef de cette transformation réside dans les photons. Le lien entre photons et courant se tisse dans les fameux panneaux solaires, au cœur des cellules photovoltaïques.

« 2 Élèves : DAM HIEU REMI GABONIAN GEORGE THUC AN MAI YAHYAOUI BADER Classe : 1 ère SVT 3 Lycée Jean de la Fontaine Années scolaires : 2015/2016 Travaux Personnels Encadrés »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓