Devoir de Philosophie

Le commerce extérieur des États-Unis dans les années 1980 (géographie)

Extrait du document

Introduction • Première puissance économique mondiale, Les États-Unis en sont également la première puissance commerciale (11,3 % du commerce international des marchandises). Par leurs importations autant que par leurs exportations, ils orientent plus qu'ils ne subissent l'évolution de beaucoup d'autres économies. • Le développement de ce commerce est lié à l'ouverture progressive des échanges internationaux. Des accords sont négociés entre grandes puissances d'économie libérale pour faire disparaître toute entrave à la circulation des marchandises. Ce sont ces trois grands aspects qu'il faut maintenant analyser : puissance économique, facteur de domination, politique commerciale.

« • Ces derniers exemples semblent être le signe d'une nouvelle orientation de l'économie américaine. Elle abandonneune partie des productions classiques où la productivité est en baisse, et se tourne vers des industries de pointe oùla matière grise est, pour l'instant, plus importante que la chaine de fabrication. Ainsi, le déclin actuel des ventes deproduits classiques prépare pour demain un vaste redéploiement dans les biens et services chers, à hautetechnicité. 2. Les pays du Tiers-Monde On peut simplifier la question en les regroupant en trois ensembles : • Les pays de l'OPEP, fournisseurs de pétrole, sont largement excédentaires, surtout ceux du Moyen-Orient. • Les États-Unis d'Amérique latine sont, depuis un demi-siècle, la chasse gardée des grandes sociétés américaines.Le commerce extérieur est donc souvent ici un flux d'échanges entre les sociétés filiales d'un même groupe. LeMexique tient une place à part en raison de sa frontière commune avec les États-Unis. Un grand nombred'entreprises américaines se sont installées à cheval sur cette frontière pour profiter, en territoire mexicain, desfaibles salaires. La richesse pétrolière du Mexique est, d'autre part, un apport bien tentant pour les grands voisinsdu Nord. • De nouveaux pays industriels, comme Taïwan, la Corée du Sud, Singapour, deviennent des concurrents efficacespour exporter, sur le marché américain, de nombreux produits manufacturés sortis d'usines et d'ateliers à bas niveaude salaires (produits métallurgiques et textiles). 3. Les États à planification impérative Ces rapports équivoques sont essentiellement ceux que les États-Unis entretiennent avec l'Europe de l'Est et l'Unionsoviétique. • Les relations économiques ont longtemps été nulles, héritage de la guerre froide ; elles sont encore faibles. • De nombreuses contraintes pèsent sur ces échanges, notamment la notion de produits stratégiques qui peutpermettre une utilisation militaire, comme l'électronique. • Un des postes les plus importants est celui des céréales que les États-Unis échangent contre du pétrole aux Soviétiques. Mais les céréales peuvent devenir produit stratégiquecomme nous le montre l'embargo, imposé par le président Carter, stoppant les livraisons de grains. III Les hésitations de la politique commerciale 1. L'héritage du protectionnisme • Les États-Unis ont été partisans des barrières douanières chaque fois que leur industrie en avait besoin (fin du XIXe siècle, années 20). Cela correspond, en même temps, àun vieux fond xénophobe, isolationniste. • Malgré la volonté affichée d'aboutir à un libre-échange mondial, les autorités utilisent des mesures discriminatoires pour limiter rentrée de certains produits(contrôlessanitaires à normes changeantes pour limiter les achats d'animaux, par exemple). • Les contingentements (on importe un produit pour une quantité donnée ; sitôt celle-ci atteinte, la frontière seferme pour le produit en question). Ils sont encore pratique courante pour éviter que le marché intérieur ne soitsubmergé de produits manufacturés à bas prix en provenance des pays à faible coût de main-d'œuvre. 2. Les principes du libre-échange • Les États-Unis se posent en défenseur du libre-échange depuis la mise en place du système monétaire international, après la dernière guerre. Des négociationsinternationales, comme le récent Tokyo Round, ont lieu pour chercher à abaisser les entraves à la liberté deséchanges. • Cependant, ils se heurtent aux exportateurs japonais qui partent à l'assaut du marché américain. Ils prennent des mesures de protection et se trouvent en contradictionavec leur volonté de libre-échange. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles