Devoir de Philosophie

Apollinaire fiche

Publié le 01/07/2022

Extrait du document

apollinaire

« Alcools, Guillaume Apollinaire Fait en mai 2022 Léo Ferré aura indubitablement conforté l’essor populaire de Guillaume Apollinaire au XXe siècle. Il s’agissait en effet pour le musicien-poète « d’apporter la musique avec la poésie dans l’oreille des gens » ; un mélange des genres et une « popularisation » – au sens strict, donc – qui n’en demeurent pas moins intellectuellement artistique, en témoigne l’oratorio qu’il compose entre 1952 et 1953 sur « La Chanson du mal-aimé » ; une réalisation tout à fait bouleversante qui marque par ailleurs un tournant dans sa carrière. Ces éléments suffisent à esquisser l’inspiration apollinarienne chez Léo Ferré, laquelle se fait notamment sentir dans son texte « La Mémoire et la mer » qui déjà par la forme s’inspire du plus célèbre poème d’Apollinaire, tous deux composés d’octosyllabes ; et dans le fond bien que ceci soit davantage implicite et supposerait une analyse. Toutefois les inspirations se confondent çà et là : « Mon beau navire ô ma mémoire Avons-nous assez navigué Dans une onde mauvaise à boire Avons-nous assez divagué De la belle aube au triste soir » Ces quelques vers témoignent en effet d’une certaine appétence commune et de surcroit surréaliste pour la mer et le vaste thème du désir lyrique. À ce propos, deux femmes, Annie Playden et Marie Laurencin ont particulièrement inspiré Guillaume Apollinaire. Rencontrées avant la Grande Guerre, elles ont animé sa fureur poétique, ronsardienne à bien des égards. Ces éléments participent au rapprochement que l’on peut établir entre les deux hommes. Toujours est-il qu’à défaut d’une véritable inspiration, on peut à tout le moins parler d’admiration : le texte « Guillaume, vous êtes toujours là ! » publié dans le journal Le Monde en 1980 atteste du respect de Léo Ferré pour l’œuvre dudit « poète de la modernité ». *** Guillaume Apollinaire en véritable « alchimiste » – pour paraphraser Rimbaud – s’érige en précurseur du Surréalisme, mouvement qui introduit la montée d’images poétiques précises et quelque peu « impromptues » (hermétiques il faut dire parfois) sur le littéral, la rigueur et la factualité. Rimbaud justement, poète on ne peut plus subversif pour qui la transgression est invétérée pourrait en un sens être qualifié d’artiste précurseur du Surréalisme en rapport aux nombreuses allusions mystiques ainsi qu’à une inspiration poétique en transgression avec son temps, notamment ses poèmes « Adieu » d’Une saison en enfer et « Voyelles » de Poésies. Ainsi, le Surréalisme – tel qu’officiellement définit par André Breton1 quelques décennies après la mort de Rimbaud – suppose un renouveau artistique singulier et de grande précision. Breton donne le nom « Surréalisme » par hommage à Apollinaire et son texte : Texte Surréaliste. L’unique alexandrin du poème « Chantre » pourrait être l’expression de la multiplicité de ce mouvement. « Et l’unique cordeau des trompettes marines » En effet bien que ce vers non-ponctué paraisse énigmatique, il demeure que sa compréhension réside dans la signification ambivalente que l’on peut envisager : le poème est vraisemblablement indissociable de son titre si l’on admet qu’il s’agit d’un jeu de mot ; en effet l’on constate un subtil usage de la fonction poétique en ceci que le titre et les premiers mots se complètent et donnent phonétiquement « chanterelle », laquelle est bel et bien « l’unique cordeau des trompettes marines ». Faut-il sinon comprendre le poème littéralement ? Apollinaire ne donna jamais la « clé » de lecture. André Breton est écrivain et poète français du XXe siècle. Il est notamment connu pour avoir théorisé le Surréalisme dans son manifeste en 1924. Il publie en juin 1932 un recueil de poèmes Le Revolver à cheveux blancs. 1 1 »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles