Devoir de Philosophie

Dissertation Fables: II y a longtemps que les fables ne nous intéressent plus pour la moralité

Publié le 10/06/2022

Extrait du document

« Dissertation Sujet : "II y a longtemps que les fables ne nous intéressent plus pour la moralité. N'importe quel gamin vous le dira: le plaisir, c'est l'histoire, et peu importe la leçon!" Pensez vous que l'on puisse ainsi amputer la fable de sa morale sans la dénaturer? Vous répondrez à cette question dans un développement argumenté et illustré d'exemples à partir de votre lecture des livres 7 à,11 des fables. Les fables sont de courts récits allégoriques, écrits en vers ou en prose, desquels est tirée une moralité. Le genre de la fable est l’un des plus anciens genres littéraires. En effet, elle existe depuis des millénaires, avant même l’invention de l’écriture, et se retrouve dans toutes les cultures. Les fables de La Fontaine donnent notamment une leçon de vie tout en restant divertissantes et comiques. Cependant, peut-on amputer la fable de sa morale sans la dénaturer et la déformer ? Les fables sont tout d’abord des textes plaisants et amusants dont le but est de faire rire le lecteur, de lui faire passer un moment agréable. Néanmoins, la morale est essentielle car elle donne un sens et un dénouement au récit. Finalement, c’est la fable dans son ensemble qui permet la critique des travers humains et de la société. Premièrement, le plaisir et l’amusement des fables provient l’histoire. En effet, elle mettent en scène des personnages marquants et parfois attachants et qui peuvent intervenir dans plusieurs textes. De plus, les fables sont caractérisées par leurs allégories et personnifications, notamment avec des animaux anthropomorphes. Nous pouvons par exemple parler du lion, roi des animaux, symbole de vigueur, de force et de volonté, que La Fontaine utilise régulièrement dans ses fables et décrit comme un animal respecté de tous car signe de souveraineté . De plus, le mot « fable » désigne l’histoire ou enchaînement d’actions à la base d’un récit imaginaire. Comme nous pouvons le voir dans « Les Animaux malades de la peste », le schéma narratif est celui du conte, avec des effets de chute et de retournement de situation qui créent une réaction de surprise chez le lecteur et le rend curieux de connaître la suite de l’histoire. La construction de la fable joue donc un rôle fondamental car, grâce à des procédé de style, elle permet de capter l’attention et d’amuser. Elle est également ludique grâce aux situations parfois très surprenantes, on parle de comique de situation. Pour finir, la plupart possèdent un aspect comique. Effectivement, la fable est prétexte à se divertir, à passer un agréable moment et les fabulistes n’hésitent pas à ridiculiser parfois leurs personnages qui font face à des situations délicates qui sont utilisées pour créer une dimension caricaturale.. Effectivement, un effet comique peut être induit par le ridicule comme dans « Le Coche et la Mouche » où celle-ci se croit indispensable pour faire avancer le coche. Tel est aussi le cas du renard qui est utilisé par La Fontaine car il possède de nombreuses facettes en plus de sa ruse et se fait parfois prendre à son propre jeu par sa fierté exagérée et son impression de supériorité, sa prétention comme dans « Le Chat et le Renard » ou encore « Le Renard et La Cigogne ». Cependant, la morale détient une place fondamentale et nécessaire dans les fables qui n’ont pas pour seul but de faire rire. En effet, elles sont construites sous forme didactique avec une morale, implicite ou explicite, qui a pour but de donner une leçon de vie au lecteur. Leur forme de conte permet d’enseigner à la portée de tous et de façon plus ludique qu’un simple texte. Les morales, situées généralement à la fin du texte, en représentent souvent la chute, lui donnent un sens comme celle de « La Laitière et Le Pot au Lait » qui arrive après un long récit descriptif et sert de conclusion. Elles peuvent »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles