Devoir de Philosophie

einstein

Publié le 27/05/2021

Extrait du document

einstein
Dans l’Evolution des idées en physique, Einstein et Infeld abordent le thème de la science à travers l’exemple de la physique. La science se définit comme une connaissance objective, méthodique et rigoureuse du réel. C’est pour cette raison que l’opinion commune tend à faire de la science la discipline qui a pour but de découvrir la vérité. La vérité se définit comme l’accord d’une proposition et d’un fait. Ainsi, les théories scientifiques seraient-elles en accord, c’est-à-dire conformes aux phénomènes observés en sciences et plus précisément en physique. En effet, la physique, qui étudie les phénomènes concrets et observables, semble plus apte que les autres à dire la vérité puisque la théorie en physique a pour but de décrire la cause réelle d’un phénomène. En outre, une erreur en science est considérée comme un échec, ce qui montre bien que nous pouvons croire que la science a pour fonction de découvrir la vérité. Ce qui distingue la science de toute autre discipline, c’est qu’elle s’illustre par son lien à la vérité, ce qui lui confère sa valeur. Par conséquent, nous pouvons penser, comme le soutient l’opinion commune, que science et vérité sont indissociables. Or, dans l’extrait, les auteurs s’opposent à cette conception de la science, qui est jugée naïve et fausse. En effet, la thèse du texte est que la vérité est une limite idéale. Un idéal se définit comme une limite indéterminée, un horizon qui constitue une destination à atteindre, sans qu’il ne soit jamais possible de le faire. L’idéal s’oppose ainsi au réel, à ce qui existe effectivement. D’après cette thèse, la vérité n’est donc pas une réalité pour le scientifique. Par conséquent, les théories ne seraient jamais vraies, mais ne pourraient, au mieux, que se rapprocher de la vérité. La thèse d’Einstein et d’Infeld est ainsi plutôt étonnante car elle fragilise l’idée que nous pouvons avoir de la science, généralement conçue comme rationnelle et parfaite. Si la science ne peut pas atteindre la vérité, alors qu’en est-il de sa valeur ? Afin de montrer que la science n’a qu’un rapport idéal à la vérité, Einstein et Infeld commencent par rappeler que la physique est un ensemble de conjectures, c’est-à-dire d’hypothèses. Or, l’hypothèse n’est pas certaine mais seulement vraisemblable (de la ligne 1 à 8). C’est pour cette raison qu’il est ensuite question, à travers l’analogie de la montre, de montrer que le réel ne se confond pas avec la réalité (ligne 9 à 17). Enfin, ces deux premiers arguments permettent de réfuter l’idée selon laquelle la science est indissociable de la vérité (dernières lignes). Ainsi, la vérité ne serait qu’un idéal scientifique. Einstein et Infeld expliquent, dans la première partie du texte, que la science ne repose que sur des hypothèses et jamais sur des théories vraies ( lignes 1 à 9). L’hypothèse est une explication scientifique non encore vérifiée. Il n’y a donc aucune expérience de réalisée. Or, Popper écrit dans La Logique de la découverte scientifique , “Un système n’est empirique ou scientifique que s’il est susceptible d’être soumis à des tests expérimentaux”. Si une théorie n’est pas soumise à l’expérience, elle ne peut donc être considérée comme scientifique. Par exemple, la psychanalyse est une fausse science puisque ses théories se fondent sur l’inconscient, dont on ne peut pas faire l’expérience. Ainsi, la science ne peut reposer sur de simples hypothèses. C’est pourquoi “tout notre système de conjecture [...] doit être prouvé ou réfuté par l’expérience” (lignes 1 à 2). De plus, si une théorie est vraie, elle est conforme à...
einstein

« s cie nce , q ui c h erc h e à a ccé der a u r é el ( à c e q ui e xis te i n dépendam ment d e n ous) p ar l e b ia is d e la r é alit é , n ous p ouvo ns s u ppose r q ue la s cie nce r e pose s u r d es th éorie s v ra ie s. “ C ependant, E in ste in e t I n fe ld é criv e nt q u’e n s cie nce , l e s t h éorie s s o nt d épendante s l e s u nes d es a utr e s. P ar e xe m ple , c ’e st e n s e b asa nt s u r l e s l o is d e K eple r, q ue N ew to n a d éve lo ppé l a l o i u niv e rs e lle d e g ra vit a tio n. S a t h éorie s cie ntif iq ue r e pose d onc s u r u ne a utr e t h éorie s cie ntif iq ue, e t d e c e tte m aniè re , " A ucu ne d e c e s s u pposit io ns n e p eut ê tr e i s o lé e p our ê tr e é tu dié e s é paré m ent” . O r, c e la s ig nif ie é gale m ent q ue s i u ne h yp oth èse o u u ne t h éorie s e r é vè le ê tr e f a usse , a lo rs t o ute l a p ensé e s cie ntif iq ue d ’u ne é poque s ’e ff o ndre . L es d eux a ute urs d onnent l ’e xe m ple d e l a r é vo lu tio n d es p la nète s d ans l e s ystè m e s o la ir e d es l ig nes 4 à 6 . I ls e xp liq uent q ue l e s l o is d e N ew to n s o nt s u ff is a nte s p our e xp liq uer l e m ouve m ent d es é to ile s q ui s o nt p ro ch es d u s ystè m e s o la ir e , m ais q u’e lle s s o nt e n r é alit é i n su ff is a nte s p our e xp liq uer l ’e nse m ble d es m ouve m ents d ans t o ut l ’U niv e rs . A in si, l a c o nvic tio n s e lo n l a quelle l ’e nse m ble d es m atiè re s p ré se nte s d ans l ’U niv e rs n ous é ta it c o nnue s ’e st e ff o ndré e. U ne d éco uve rte , f a it e p ar u ne s im ple o bse rv a tio n s u r u n o bje t p eu i m porta nt, p eut t o ut r e m ettr e e n q uestio n. A ucu ne t h éorie n e p eut ê tr e d éfin it iv e e n s cie nce . L ’é vo lu tio n, l e c h angem ent, s o nt c o nstit u tif s d e l a d éfin it io n d e l a s cie nce . E in ste in e t I n fe ld a jo ute nt é gale m ent q u’il e st p ossib le d ’im agin er u n a utr e s ystè m e, b asé s u r d es s u pposit io ns d if f é re nte s, q ui s o ie nt o péra nte s a u m êm e d egré ”. U ne t h éorie n ’e st b onne q ue s i e lle e st o péra nte , q u’e lle p ro duit l ’e ff e t e sco m pté , e t p ar c o nsé quent, s i u ne a utr e t h éorie e st b onne, l e s d eux s e ra ie nt v a la ble s. C e p assa ge c h erc h e à d ém ontr e r q u’il n ’y a r ie n d e c e rta in e n s cie nce , e t q ue l e s s cie ntif iq ues s o nt e n d ro it d e f o rm er d es t h éorie s d if f é re nte s a u s u je t d ’u n m êm e o bje t. P ar e xe m ple , i l e xis te p lu sie urs s ce narii s u r l a f in d u m onde, t e ls q ue l e B ig C ru nch o u l e B ig F re eze . O r, s i l ’o n p arle d ’im agin er p our e xp liq uer u n c e rta in p hénom ène, p ouvo ns-n ous e nco re p arle r d e s cie nce ? E n e ff e t, l a s cie nce e st r a tio nnelle , p uis q u’e lle p ro cè de p ar d éductio ns e t s e m ble e xclu re t o ute f a nta is ie t e lle q ue l ’im agin atio n. S elo n D esca rte s, d ans L es M édia tio ns P hysiq ues , i m agin er, c ’e st l a f a cu lt é p ar l a quelle l ’e sp rit p eut s e f o rm er d e n ouve lle s i m ages à p artir d e c o nnais sa nce s, o u i m ages q u’il a e n s a m ém oir e . A n e p as c o nfo ndre a ve c i n ve nte r, q ui l u i, n e s ’a ppuie p as s u r d es c o nnais sa nce s s û re s, e t q ui c ré e u ne r é alit é d e t o ute p iè ce à p artir d e r ie n. A l ’a id e d e s e s c o nnais sa nce s, l e s cie ntif iq ue p eut f o rm er u ne i d ée n ouve lle , r é vo lu tio nnair e , p our e xp liq uer u n p hénom ène. P ar e xe m ple , N ew to n a i m agin é q ue l a p om me n e t o m bait p as p arc e q u’e lle é ta it d estin ée à r e jo in dre l e s o l, m ais p arc e q u’u ne c e rta in e f o rc e l ’a ttir a it . L ’im agin atio n p erm et e ff e ctiv e m ent d e d épasse r l e r é el. O n p eut t o ut- à -fa it s ’im agin er ê tr e u ne a utr e p ers o nne, v iv re u ne a utr e v ie , a vo ir p lu s d e c h ose s… L ’im agin atio n n ous d onne l a c a pacit é d e s ’e xtr a ir e d u r é el. E n s cie nce s, e lle e st p rim ord ia le . L e s cie ntif iq ue n e d oit p as “ ê tr e d éte rm in é p ar l e m onde e xté rie ur”. L e m onde e xté rie ur n ous a ppara ît t e l q u’o n l e v o it , m ais n on t e l q u’il e st r é elle m ent. C ’e st l a d is tin ctio n e ntr e l e r é el e t l a r é alit é . P our e ssa ye r d e c o m pre ndre c e à q uoi p ourra it r e sse m ble r l e r é el, i l e st d onc n éce ssa ir e d e f a ir e u n e ff o rt d ’im agin atio n. L ’im agin atio n e st n éce ssa ir e à l a s cie nce c a r s a ns e lle , i l s e ra it i m possib le d e p ense r a u-d elà d es a ppare nce s. O r, l e s cie ntif iq ue e st p ré cis é m ent c e lu i q ui d oit a vo ir l ’e sp rit c rit iq ue s u ff is a nt p our s e d ir e q ue c e q u’il v o it , c e q u’il e nte nd, n ’e st p as v ra i. O r, s i l e r é el n e n ous a ppara ît p as g râ ce a u m onde e xté rie ur, à c e q ue l ’o n v o it o u l ’o n e nte nd, p eut- o n ê tr e s û r q ue l ’im agin atio n n ous p erm ette d e n ous r a ppro ch er d u m onde r é el? »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles