Devoir de Philosophie

Anthologie sur le voyage de Baudelaire

Extrait du document

baudelaire

 

Fille en kimono blanc de George Hendrik Breitner

 

Le « Parfum exotique », évoque un voyage idéal grâce à la femme qui s’efface ensuite par son parfum, « guidé par ton odeur » (v.9). Baudelaire nourrissait tout d’abord un amour sensuel avec sa première femme, Jeanne. Le tableau Fille en kimono blanc de George Hendrik Breitner, dépeint les traits d’une jolie fille du Japon, celle-ci inspire chez le public une grande sérénité, dans un espace calme, le soir. Ici c’est une vision exotique par son habit, un kimono sur lequel sont imprimées différentes fleurs qui évoquent l’odorat et la fraicheur avec des petits zestes de bleu. La fille est sur le point de s’endormir, et le rêve est sur le point de débuter.

LIII - « L’Invitation au Voyage »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Port de mer au soleil couchant de Claude Gellée dit Le Lorrain, 1639

 

 

Par la suite, dans « L’invitation au voyage », Baudelaire nourrissait un amour spirituel pour sa deuxième amante, Marie Daubrun. Le tableau, Port de mer au soleil couchant, nous invite aussi à voyager : un voyage exotique vers un ailleurs rêvé, où s’échangeront trésors d’orient et expériences nouvelles. A noter que « la splendeur orientale », peut être assimilée à Troie qui se trouvait en Orient et en suivant l’ordre des poèmes, Enée est enfin arrivé en Occident, l’Italie et à fonder sa nouvelle cité, Rome. En effet sur le tableau, on retrouve des édifices avec un style grec, blancs et avec des colonnes. Le poète et son amante sont assimilés aux personnages du tableau se trouvant sur la rive. Le soleil couchant expose le paysage « d’hyacinthe et d’or »

 

 

VIII - « Le Voyage » 

Ô Mort, vieux capitaine, il est temps ! levons l'ancre !

Ce pays nous ennuie, ô Mort ! Appareillons !

Si le ciel et la mer sont noirs comme de l'encre,

Nos cœurs que tu connais sont remplis de rayons !

 

Verse-nous ton poison pour qu'il nous réconforte !

Nous voulons, tant ce feu nous brûle le cerveau,

Plonger au fond du gouffre, Enfer ou Ciel, qu'importe ?

Au fond de l'Inconnu pour trouver du nouveau !

 

   Charles Baudelaire, Les fleurs du mal 

 

 

 

Pour finir, Baudelaire conclut son recueil, Les Fleurs du mal, par le poème « Le voyage VIII ». La mort est le voyage suprême qui attend tous les humains. Baudelaire le voit comme une libération, un remède contre le temps et l’ennui. Le dernier mot « nouveau », invite l’humanité à reconstruire un monde meilleur. C’est le dernier voyage.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le voyage de la vie : Age adulte de Thomas Cole, 1842

 

 

« Le voyage VIII », marque la fin du recueil et de notre anthologie. La mort est le dernier voyage qui attend tout humain à la fin de la vie. Afin ensuite de reconstruire un monde meilleur, « nouveau ». Le tableau, Le voyage de la vie : Age adulte, présente un homme sur une barque s’avançant dangereusement vers les rapides mortels. C’est un voyage physique mais il va à la fois, quitter le monde des mortels. A travers cette scène de désespoir, un rayon de lumière vient embellir ce décor. Le terme « nouveau » est représenté ici dans le poème par cet éclat blanc qui vient frapper l’homme. Dieu donne une dernière chance à l’humanité de construire un monde meilleur par la mort. L’homme donne son accord, par un signe de la croix.

 

« Préface : Le voyage, simple mot qui désigne bien de nombreux sens. Le voyage permet de découvrir d’autres contrées éloignées de notre village natale, de nouveaux horizons et de nouvelles cultures. Mais ce n’est pas simplement physique, cela peut-être à la fois spirituel, sentimental, nostalgique ou encore évoqué la mort. Pourquoi avoir choisi le thème du « voyage » ? Je vous répondrai tout simplement que j’adore voyager. S’évader du monde européen, de vivre dans un tout-nouveau environnement, à la recherche de l’exotisme, de la curiosité et de la surprise. Mais aussi d’être transporter hors de moi et du monde réel, ces rayons de lumières qui façonnent les ombres, ces vagues d’écume qui recouvrent nos côtes, ces forêts verdoyantes et ce ciel étoilé qui évoque l’inconnu et la pensée. Le terme « poésie » signifie la création. Le poète est un explorateur qui partage ses aventures, ses découvertes. Il est créateur d’un nouvel univers. L’auteur de ces poèmes, Charles Baudelaire, est devenu l’un des précurseurs du Symbolisme au XIXe siècles. Son recueil Les Fleurs du mal, publié en 1857, marque une renaissance dans la vision du monde. Mais il est alors censuré pour outrage à la morale et aux bonnes sœurs. L’auteur et l’éditeur sont poursuivis en justice. Puis le recueil est totalement revu en 1861. Plan :  XIII – « Bohémiens en Voyage »  LXIX - « La Musique »  II - « L'albatros »  XXII – « Parfum exotique »  LIII – « L’invitation au voyage »  VIII - « Le Voyage » »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles