Devoir de Philosophie

EDGAR DEGAS

Extrait du document

degas

Les peintures de Degas paraissent également vivantes grâce à sa technique du recadrage. Degas arrangeait fréquemment les scènes de manière à ce que le bord de la toile découpe le corps d’un personnage ou un élément du tableau, comme la tête d’un cheval ou l’arrière d’un attelage. Dans nombre de ses œuvres, il n’y a pas de personnage central sur lequel le spectateur puisse concentrer son regard. Au contraire, il dépeint une série d’activités qui semblent aussi importantes les unes que les autres. Comme le recadrage, ce choix de sujets crée l’impression d’une photographie prise à la va-vite, qui se contente de montrer les choses telles qu’elles sont, sans faire aucune sélection.

L’art qui dissimule l’art

 

Bien évidemment, cette habileté à donner un aspect accidentel et fortuit à son art requiert une énorme somme de travail. Degas était le créateur de « l’art qui dissimule l’art» et déclarait lui-même : «Aucun art n’est moins spontané que le mien.» Ainsi, ses célèbres tableaux de ballet sont bien plus subtils qu’ils ne nous paraissent. Degas peignait rarement une représentation publique, lui préférant les coulisses. Nous assistons alors à des leçons ou à des répétitions et surprenons parfois une danseuse fatiguée en train de se gratter le dos, de bâiller ou de tenter de soulager ses pieds.

Degas a consacré la majeure partie de sa vie à son œuvre. Il semble n’avoir vécu aucune histoire d’amour ni aucun événement important à part la guerre franco-prussienne de 1870-1871, qu’il a servie dans la Garde nationale. Bien qu’il ait entretenu des relations amicales avec d’autres

À Lorsque Degas réalise cette peinture, les Danseuses bleues, en 1890, sa vue est devenue si faible qu’il doit appliquer la peinture sur la toile directement avec ses doigts et non plus avec un pinceau.

Bridgeman Art Library

artistes, sa personnalité distante et ses remarques acides ont souvent mis un terme à ses amitiés. Cependant, il a joué un rôle moteur en organisant la première exposition impressionniste en 1874, le Salon «des refusés». Un groupe d’artistes avait en effet décider de présenter au public leurs œuvres, qui avaient été rejetées par les institutions officielles, tant elles étaient novatrices pour l’époque. Entre 1874 et 1886, Degas participa à sept des huit expositions impressionnistes, qui révolutionnèrent l’histoire tout entière de l’art moderne.

« Edgar Degas particulier des points de vue inhabituels. Ainsi, il nous montre des danseurs sur une scène, non pas de face, comme les peintres le faisaient habituel­ lement, mais vus d'en haut. Nous les considérons donc d'un point de vue différent de celui du public, ce qui nous permet par exemple de saisir en coulisses le regard désillusionné des danseurs attendant d'entrer sur scène. Les peintures de Degas paraissent également vivantes grâce à sa technique du recadrage. Degas arrangeait fréquemment les scènes de manière à ce que le bord de la toile découpe le corps d'un personnage ou un élément du tableau, comme la tête d'un cheval ou l'arrière d'un atte­ lage. Dans nombre de ses œuvres, il n'y a pas de personnage central sur lequel le spectateur puisse concentrer son regard. Au contraire, il dépeint une série d'activités qui semblent aussi impor­ tantes les unes que les autres. Comme le recadra­ ge, ce choix de sujets crée l'impression d'une photographie prise à la va-vite, qui se contente de montrer les choses telles qu'elles sont, sans faire aucune sélection. L'art qui dissimule l'art Bien évidemment, cette habileté à donner un aspect accidentel et fortuit à son art requier t une énorme somme de travail. Degas était le créateur de «l'art qui dissimule l'art» et déclarait lui-même: «Aucun art n'est moins spontané que le mien.» Ainsi, ses célèbres tableaux de ballet sont bien plus subtils qu'ils ne nous paraissent. Degas pei­ gnait rarement une représentation publique, lui préférant les coulisses. Nous assistons alors à des leçons ou à des répétitions et surprenons parfois une danseuse fatiguée en train de se gratter le dos, de bâiller ou de tenter de soulager ses pieds. Degas a consacré la majeure partie de sa vie à son œuvre. Il semble n'avoir vécu aucune histoire d'amour ni aucun événement important à part la guerre franco-prussienne de 1870-1871, qu'il a servie dans la Garde nationale. Bien qu'il ait entretenu des relations amicales avec d'autres 1 Lorsque Degas réalise cette peinture, a les Danseuses bleues, en 1890, sa vue est devenue si faible qu'il doit appliquer la peinture sur la toile directement avec ses doigts et non plus avec un pinceau. artistes, sa personnalité distante et ses remarques acides ont souvent mis un terme à ses amitiés. Cependant, il a joué un rôle moteur en organisant la première exposition impressionniste en 1874, le Salon "des refusés ». Un groupe d'artistes avait en effet décider de présenter au public leurs œuvres, qui avaient été rejetées par les institutions offi­ cielles, tant elles étaient novatrices pour l'époque. Entre 1874 et 1886, Degas participa à sept des huit expositions impressionnistes, qui révolutionnè­ rent l'histoire tout entière de l'art moderne. De nouvelles techniques Dès 1880, la vue de Degas a commencé à se dété­ riorer. Il s'est donc tourné vers des matériaux plus faciles à manipuler que la peinture à l'huile. Il uti­ lisa notamment les pastels, qui étaient auparavant appréciés pour leurs effets lumineux. Degas étant un expérimentateur inlassable, il découvrit de nouvelles manières d'employer ce matériau et en obtint en particulier une texture granuleuse. Il fit une longue série d'études de femmes au bain, comptant parmi ses plus belles réussites. 1 À la différence de la plupart des nus a réalisés antérieurement, les femmes peintes par Degas, comme ici dans Le bain, semblent vaquer à leurs occupations sans porter aucune attention à celui qui les peint. Dans les années 1880, Degas a entrepris de modeler des personnages dans la cire. L'un d'entre eux, La petite danseuse de quatorze ans, a été présenté au public en 1887, lors de la sixième exposition impressionniste. En l'habillant d'un tutu, Degas a mélangé l'art et la réalité, démarche inconnue à cette époque. Après sa mort, on a retrouvé dans son atelier de nombreuses figurines en bronze représentant des danseurs, des nus et des chevaux. Leurs postures et leurs mouvements sont d'une telle finesse et d'une telle beauté que Degas a parfois été salué comme le plus grand sculpteur du XIX' siècle. Les dernières années de Degas furent gâchées par une cécité pratiquement totale. Incapable de travaill er, il passait des heures à errer sans but dans les rues de Paris jusqu'à sa mort, survenue le 27 septembre 1917. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles