Devoir de Philosophie

Etude du tableau de Jean-Antoine WATTEAU: Gilles

Publié le 22/02/2012

Extrait du document

Jean-Antoine Watteau (Valenciennes, 1684 - Paris, 1721) Watteau fait son apprentissage artistique à Paris, où il arrive en 1702. Il est officiellement admis à l'Académie Royale de Paris en 1717, après avoir présenté le célèbre tableau L'Embarquement pour Cythère, qui inaugure un nouveau genre dans la peinture française : les fêtes galantes. Dans son langage se mêlent des influences de la peinture nordique, en particulier de Rubens et de Rembrandt, et de la peinture vénitienne du XVIe siècle. L'oeuvre de Watteau reflète le monde cultivé et raffiné de l'aristocratie française du XVIIIe siècle ; elle contribuera à définir et à répandre les tendances du nouveau goût, le rococo : la facture délicate, la luminosité du coloris, la grâce et l'élégance des sujets, les atmosphères enchantées, voilées d'une mélancolie légère. En plus des fêtes galantes (Réunion dans un parc, Paris, Louvre ; Plaisirs du bal, Londres, Dulwich College), Watteau illustre le monde du théâtre, avec une prédilection pour la dimension fantasque et enchantée des masques : Les Comédiens français, New York, Metropolitan Museum, L'Amour au théâtre français ; L'Amour au théâtre italien, Berlin, Staatsliche Museum ; Gilles, Paris, Louvre.

« intensité. L'agencement de la composition est très simple, dans la mesure où son pivot est constitué par la figure du Pierrot,vu de face. Seule la position à angle droit des pieds fait légèrement reculer la figure dans l'espace. Par ce truchement, la figure n'est pas exactement au milieu du tableau, mais légèrement déplacée vers la gauche. L'impression de décalage est atténuée par la disposition asymétrique de la végétation à l'arrière-plan, dont la teintesombre contraste avec le blanc lumineux des habits du personnage. La représentation en raccourci du visage du Pierrot dénote que le peintre avait prévu qu'il soit vu de bas en haut. Gilles a l'air de se tenir sur une espèce de scène derrière laquelle, comme dans les coulisses d'un théâtre, setiennent d'autres figures, situées au-dessous du plan d'appui. Ces autres personnages sont alignés l'un derrière l'autre le long d'une diagonale qui s'oppose à la position verticalede Gilles. Ce tableau, dans lequel la figure de Pierrot est représentée presque grandeur nature et d'un point de vue rapproché,constitue une exception dans la production artistique de Watteau, qui affectionnait plutôt les vastes décors, où lesfigures semblaient assujetties à la majesté des paysages. Cette caractéristique est particulièrement évidente dansl'Embarquement pour Cythère, une des toiles les plus célèbres de l'artiste. Du point de vue de la composition, ce tableau représentant Pierrot aurait plutôt des affinités avec les rares portraitsexécutés par Watteau, comme celui du Louvre, par exemple. Mais, comme on l'a déjà remarqué, le tableau en question avait une fonction différente, servir d'enseignepublicitaire. Cette même destination était réservée à la toile exécutée pour la boutique de Gersaint, marchand d'artami de Watteau. Entre XVIIe et XVIIIe siècle, la représentation de scènes et de masques empruntés au théâtre et à la Commediadell'arte était assez fréquente. Ce genre connut alors un grand succès, et complétait l'activité des peintres parfoisengagés aussi comme auteurs de décors. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles