Devoir de Philosophie

La représentation du sexe dans l'art et ses évolutions

Extrait du document

La représentation sexuelle ,du corps et ses évolutions Au cours des siècles, les médias et les idées que l'on se faisait de la représentation sexuelle n'a eu de cessé d'évoluer jusqu'à atteindre ce que l'on en connaît aujourd'hui , des jeux de provocations , de fortes ambiguïtés ,frôlant la décence voir même le pornographique. Si désormais on en trouve en abondance et pour tous les goûts, c'est le fruit de plusieurs siècles de continuité. Au fond, la représentation sexuelle n'a jamais changé, elle a simplement suivi le cours des évolutions des mentalités et moeurs au sein d'une société , passant de dessins érotiques dans des cavernes au format vidéo X en 3D que l'on trouve maintenant.  Quelque chose qui n'a jamais changé en revanche dans tout ce qui touche au sexe, c'est son succès, l'engouement qu'il provoque, car là où il y a tabous autour du sexe, il y a forcément désir de transgressions. Durant l'antiquité on utilisait le sexe comme appel aux déesses de la fécondité. On mêlait usages mystiques et orgasmes dans des rituels et autres pratiques du genre. Sur les fresques ,vases etc, on représentait des scènes plus qu'explicite d'actes sexuels (qui aurait paru à une certaine époque ou vu d'un certain oeil comme osé ou choquant) , et ce partout, peu importe le territoire, il y avait un goût universel porté pour la chose. Plus tard, au troisième millénaire avant J.C., on trouvait parmi une multitude de tablettes rédigées, une célébration du sexe (surtout féminin), et dans ces époques anciennes il y avait toujours une déesse de la fécondité ou du sexe. En Grèce encore,  cela était considéré comme un besoin naturel. On trouvait de la bestialité, , pédophilie (Eros et Aphrodite), inceste ( OEdipe avec sa mère) et fétichisme, dévoilant ainsi une large diversité dans les plaisirs. Certains de ses goûts se retrouvaient mis en scène sur des vases de l'époque hellénistique (VI-V-IVèmes siècle avant Jésus Christ).   Ne pas omettre non plus le très célèbre Kamasutra attribué à Vâtsyâyana et qui daterait du IV-VIIème siècle, recueil indien, traduit seulement en 1883 en Anglais mais pas encore autorisé dans les pays anglophones. Il est devenu depuis le plus fameux manuel à usage sexuel en Inde, avant de trouver une postérité universelle. Durant la Renaissance, le Décaméron de Boccace est parmi les premiers ouvrages à être imprimé après l'essor de l'imprimerie au milieu du XVème siècle, c'est un célèbre recueil de débauches amoureuses et tragiques. La nudité a eu une grande percée dans les beaux arts durant la Renaissance, il s'agit principalement de nus féminins, qui exprimaient à la fois un idéal de beauté mais commençaient également à cacher une volonté proprement érotique où le charme attirait instinctivement le désir du spectateur, ce qui, forcément, entraînait souvent des polémiques. Sandro Botticelli - La naissance de Vénus (1485)   Raphaël (Raffaello Sanzio) - Les trois grâces (1504-1505) M'histoire continue pour nous intéresser alors aux libertins durant le XVIIème siècle, ceux-ci ont subit la de grandes pressions , certains sont morts de leurs excès, quoique la justice n'était pas équitable pour tous, les grands barons échappant souvent aux jugements de moeurs.  Toute une philosophie s'est développée à cette époque, les cercles libertins étaient nombreux. Il existait également des poèmes licencieux par des auteurs célèbres, tel que Théophile de Viau.  Le cas de Sade au XVIIIème siècle est vu comme un apogée, un summum de dérives outrageuses mis dans divers et gravures (et livres ). Cette technique de représentation est d'ailleurs très utilisé à cette époque, on en retrouve même qui transgressent le milieu religieux . Extrait d'une centaine de gravures accompagnant des ouvrages de Sade (fin XIIIème siècle) Le XIXème siècle quant à lui fut très emprunt à la prostitution et aux maisons closes qui se développeront jusqu'à leur interdiction en France en 1946. C'est également la période de la naissance de la pornographie dite moderne. En effet, selon certains historiens, la pornographie serait une invention moderne car fait social inédit des sociétés occidentales et qui n'apparaît qu'à la fin du XVIIIème siècle, en pleine période de déchristianisation. Le mot lui-même, pornographie, n'est entré dans les dictionnaires anglais et français qu'au XIXème siècle. C'est alors la popularisation des textes et images sexuelles. L'influence des églises restait tout de même encore grande, d'où une certaine "pornophobie", l'ostentation effrayait de par l'image que l'on en diffusait. Nombreuses ont été les oeuvres à être jugées comme licencieuses, dépravées et autres adjectifs outranciers, les affaires de moeurs n'étant jamais bien loin. Ce fut notamment le cas deMadame Bovary de Flaubert ou encore Les fleurs du mal de Baudelaire, bien qu'ils n'avaient absolument rien de pornographique. Au XVIIIème siècle on a également découvert des oeuvres érotiques à Pompéi, aux fouilles d'Herculanum, l'exposition de ses oeuvres était réservée à un musée secret interdit aux pauvres, aux femmes et aux enfants. Après la révolution française, l'heure de la pornographie n'avait plus pour rôle de ridiculisation de personnes religieuses ou d'exalter la fécondité sous le domaine religieux, mais servait alors de stimulation sexuelle pour les consommateurs. La consommation de textes ou d'images avec activités sexuelles explicites n'a été soumise à la représentation morale qu'assez tardivement, à partir du milieu du XIXème siècle explique l'ouvrage de Ruwen Ogien (philospohe français contemporain travaillant sur la philosophie morale et la philosophie des sciences sociales Penser la pornographie, Questions d'éthique, 2003, deuxième édition mise à jour 2008 ) Une première loi fédérale aux Etas-Unis réprimant l'obsénit&...

« proprement érotique où le charme attirait instinctivement le désir du spectateur, ce qui, forcément, entraînait souvent des polémiques. Sandro Botticelli - La naissance de Vénus (1485) Raphaël (Raffaello Sanzio) - Les trois grâces (1504-1505) M'histoire continue pour nous intéresser alors aux libertins durant le XVIIème siècle, ceux-ci ont subit la de grandes pressions , certains sont morts de leurs excès, quoique la justice n’était pas équitable pour tous, les grands barons échappant souvent aux jugements de mœurs. Toute une philosophie s’est développée à cette époque, les cercles libertins étaient nombreux. Il existait également des poèmes licencieux par des auteurs célèbres, tel que Théophile de Viau. Le cas de Sade au XVIIIème siècle est vu comme un apogée, un summum de dérives outrageuses mis dans divers et gravures (et livres ). Cette technique de représentation est d'ailleurs très utilisé à cette époque, on en retrouve même qui transgressent le milieu religieux . Extrait d'une centaine de gravures accompagnant des ouvrages de Sade (fin XIIIème siècle) Le XIXème siècle quant à lui fut très emprunt à la prostitution et aux maisons closes qui se développeront jusqu'à leur interdiction en France en 1946. C'est également la période de la naissance de la pornographie dite »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles