Devoir de Philosophie

LE LORRAIN PAYSAGE : ÉNÉE À DÉLOS

Extrait du document

La rencontre des trois personnages, bien qu'elle soit au premier plan de la composition, n'occupe qu'un espace réduit dans l'ensemble du tableau dominé par un somptueux paysage. La marine, le port naturel qui enferme un miroir d'eau d'un bleu intense encadré par les ruines des édifices classiques, le détail bucolique...

« LE LORRAIN PAYSAGE : ÉNÉE À DÉLOS 1672 Peintre français Analyse ♦^ Énée àDélos appartient à un ensemble de six tableaux inspirés de thèmes virgiliens, et réalisés par leLorrain àpartir de 1669. Ici Énée, échappé de Thrace avec son pèreAnchise,aborde dans l'île de Délos. Comme l'indique le récit de Vir gile, ils sont accueillis avec bienveillance par Anius, roi et prêtre de l'île, reconnaissable à sa longue robe blanche ainsi qu'à sa couronne de lauriers. Le vieillardmontre à Énée, à Anchise et au petit Ascagne les terres données par Apollon. Le Lorrain illustre avec fidélité le principe ut pictura poesis selon lequel les peintres devaient faire preuve de leurculture poétique pour don ner de la noblesse à leur art. Ici, il évoque les passages de L'Enéide (livre III, vers 73 etsuivants) qui décrivent un épisode raconté plus en détail dans les Métamorphoses d'Ovide (livre XIII, vers 625 et suivants). La rencontre des trois personnages, bien qu'elle soit aupremier plan de la composition, n'occupe qu'un espace réduit dans l'ensemble du tableau dominé par un somptueux paysage. La marine, le portnaturelqui enferme un miroir d'eau d'un bleu intense encadré par les ruines des édifices classiques, le détailbucolique des chè vres qui paissent sereinement à l'ombre des arbres sont autant d'éléments qui, décrits avec une palette de tons délicats et lumineux, produi sent, tout comme les vers de Virgile, un senti ment de mélancolie intense. Le Lorrain utiliseles études des ruines antiquesréalisées à Rome mais introduit dans son tableau un sentiment « élégia- que » très neuf, qui fait de la réalité un mythe et du mythe une réalité rêvée. Comme à l'accoutu mée, l'artiste s'était prémuni d'éventuelles copies en dessinant le tableau dans son Liber veritatis (voir infra) : le dessin correspond bien àl'œuvre de laNational Gallery. Onretrouve, dans les deux cas, lamême interprétation libre du mythe romain. NATIONAL GALLERY LONDRES XVIIe siècle  Huile sur toile 99,7x 134 cm L'œuvre D L'œuvre est signée etdatée CLAVDE GILLE. INV. FE. ROMAE, 1672, sur le mur près des figures. D'après l'indication qui accompagne ledessin préparatoire dans leLiber veritatis, nous apprenons que le commanditaire du tableau était «Monsieur Dupassy ». Le tableau eut ensuite une longue série deproprié taires : il appartint à la famille de Viviers àParis ainsi qu'à lafamille de Verrue, puis passa dans la collection Angram de Fonspertuis. De 1757 à1776, ilappartint àd'Arras et Blondel de Gagny. On le trouve en Angleterre dans la collection Harman en 1837, avant de passer aux Higginsons et à Wynn Ellis qui lelègue à la National Gallery en 1876. Archives Nardini C) Paysage: Énée àDélos (dessin n° 179 du Liber veritatis), Brandagee Collection, Boston. Du même peintre : PICTO 416 à 422 © Nardini Editore, 1992. VPC Larousse-Laffontpour l'éditionfrançaise1992 PhotoNational Gallery, Londres. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles