Devoir de Philosophie

Nadar, Félix - photographes et photographie.

Extrait du document

Nadar, Félix - photographes et photographie. 1 PRÉSENTATION Nadar, Félix (1820-1910), photographe, aéronaute, journaliste, caricaturiste et écrivain français. Comme photographe, Félix Nadar a été l'un des maîtres du portrait et l'un des grands innovateurs de la fin du XIXe siècle. 2 L'ENTRÉE DANS LA BOHÈME PARISIENNE 2.1 Des études de médecine contrariées Né à Paris, Gaspard-Félix Tournachon, dit Félix Nadar, est le fils d'un imprimeur et éditeur parisien ayant quitté Lyon pour Paris. Élevé dans un milieu de lettrés progressistes, il étudie au collège Bourbon (aujourd'hui lycée Condorcet). En 1836, l'entreprise paternelle ayant fait faillite, la famille retourne à Lyon. Après la mort de son père l'année suivante, le jeune homme s'inscrit à l'école de médecine de Lyon, sans toutefois avoir obtenu son baccalauréat, et commence à écrire dans plusieurs revues. De retour à Paris en 1838, il renonce à devenir médecin. 2.2 Une plume signant « Nadar « Durant les dix années qui suivent, Gaspard-Félix Tournachon vit de sa plume, signant du pseudonyme de Nadar. Il appartient à la bohème parisienne, immortalisée par son ami Henri Murger dans les Scènes de la vie de Bohè...

« Dès 1853, Félix Nadar oriente son frère cadet Adrien vers la photographie et lui loue un atelier. Il collabore avec celui-ci et réalise ses premiers portraits. En 1854, il transforme en atelier indépendant l’appartement qu’il partage avec son épouse Ernestine Lefèvre, rue Saint-Lazare. En pleine « portraituromanie », il réalise un très grand nombre de portraits d’écrivains et de célébrités des arts, dont nombre de ses amis, tels Gérard de Nerval, Alfred de Vigny, Théophile Gautier, Charles Baudelaire, Jules Michelet, Gioacchino Rossini, Gustave Doré, George Sand, les frères Goncourt. Il utilise des fonds neutres dénués d’accessoires (il en ajoutera par la suite quelques-uns) et se concentre sur le visage, l’expression, le regard. Les éclairages « à la Rembrandt » tendent à accentuer le caractère dramatique. Les figures sortent de l’ombre, empreintes de gravité. En 1856, il intente à Adrien un procès afin de l’empêcher d’utiliser son pseudonyme Nadar. 3. 2 L’étude des caractères et des expressions faciales Nadar, Sarah Bernhardt Félix Nadar, Sarah Bernhardt. Photographie de la tragédienne dans le rôle-titre Théodora de Victorien Sardou.Roger Viollet/Liaison Agency Son travail de caricaturiste et ses études de médecine orientent également Félix Nadar vers l’étude des caractères et des expressions faciales. Ancien critique dramatique, il s’intéresse au mime. Charles Deburau, fils du mime Jean-Gaspard Deburau, pose pour une série où il apparaît en Pierrot ( Pierrot riant, Pierrot souffrant, Pierrot voleur, etc., 1854-1855). Félix Nadar réalise la même année, pour le docteur Guillaume Duchenne de Bologne, une série destinée à illustrer son étude sur le Mécanisme de la physiologie humaine, puis une étude d’un hermaphrodite (1860). Son succès le conduit à rénover un bâtiment, boulevard des Capucines, où il crée un immense studio en 1860 ; véritable réussite commerciale, le studio compte jusqu’à une quarantaine d’employés. Cependant, la concurrence des « cartes de visite » d’Eugène Disdéri — photographies en 6 x 9 produites en grand nombre à un prix inférieur — conduit Félix Nadar à s’adapter et à réduire ses formats. 4 UN ESPRIT CURIEUX ET AVENTURIER Nadar, vue aérienne de Paris En 1858, le portraitiste Félix Nadar prend la première photographie aérienne de l'histoire. Installé dans un ballon captif qu'il a fait construire à cet effet (le Géant), il prend un cliché de la ville deParis qu'il surplombe de quelque 80 m.Félix Nadar, vue aérienne de Paris, 1858.Hulton-Deutsch Collection/Corbis Bientôt, Félix Nadar ne trouve plus d’intérêt à réaliser des portraits et s’engage dans de nouvelles aventures. Auteur en 1858 de la première photographie aérienne à bord du ballon captif le Géant qu’il a fait construire, il effectue plusieurs ascensions, relatées dans ses Mémoires du Géant (1864). En 1860, il fait les premières expériences de photographie artificielle avec des piles Bunsen (brevet déposé en 1861). À l’aide de cette technique, il réalise les premiers reportages sur les égouts et les catacombes de Paris (1861-1862 et 1864-1865). Durant la guerre franco-allemande, en 1870, il effectue de nombreuses missions de reconnaissance aérienne, puis organise le service postal aérien. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles