Devoir de Philosophie

1)Cette citation résume en quoi consiste le domaine de l’anthropologie, qui défend l’égale valeur des sociétés.

Extrait du document

1)Cette citation résume en quoi consiste le domaine de l’anthropologie, qui défend l’égale valeur des sociétés. Car, on ne peut pas les hiérarchiser, contrairement à ce que faisait les scientifiques à l’époque de l’impérialisme colonial. Ils se basaient sur des critères physiques et technologiques pour démontrer qu’il existe plusieurs races, ainsi que pour démontrer leur supériorité. Ils avaient alors une pensée ethnocentrique, qui est celle de croire que la culture ou société dans laquelle ils vivent est la référence, la normalité. Cependant, cette thèse est réfutée car il y a qu’une seule race et c’est la race humaine. C’est grâce à l’ensemble des cultures que nous pouvons mieux définir notre nature humaine, ce qui nous rassemble malgré notre diversité. Car les sociétés sont organisées différemment selon les cultures qui ne sont pas comparables selon une pensée relativiste. C’est-à-dire, que les valeurs et croyances n’ont pas de référence, et on ne peut pas définir ce qui est bien ou mal car nous sommes tous différents. L’anthropologue se place aussi dans la pensée universaliste, qui prône la fraternité et qu’on est tous des humains et “tous les mêmes”.  Avec ses principaux courants de pensée, l’anthropologie cherche à combattre l’altérité qui est naturelle, mais facilement surmontable afin de comprendre les cultures et comment ses membres la perçoivent. Pour cela, les anthropologues effectuent des observations participantes où ils étudient à travers un thème précis tous les aspects de la société en question et en tirent des monographies.      2) Avant que cette méthode apparaisse, les anthropologues utilisaient des données de seconde main pour produire leur travail d’écriture. C’est-à-dire, qu’ils interrogeaient des personnes qui avaient voyagé (le plus souvent dans des colonies) et compilaient leurs notes, leurs récits et les analysaient afin d’étudier la société en question. Ils produisaient alors un travail de rédaction, sans méthode scientifique. Ils étaient des ethnologues de bureau. Cela ne permettait pas d’analyser en profondeur la culture et de faire preuve d’objectivité.    A partir du 20ème siècle, Bronislaw Malinowski promeut l’importance du terrain et devient le père de l’ob...

«  2) Avant que cette méthode apparaisse, les anthropologues utilisaient des données de seconde main pour produire leur travail d'écriture. C'est-à-dire, qu'ils interrogeaient des personnes qui avaient voyagé (le plus souvent dans des colonies) et compilaient leurs notes, leurs récits et les analysaient afin d'étudier la société en question. Ils produisaient alors un travail de rédaction, sans méthode scientifique. Ils étaient des ethnologues de bureau. Cela ne permettait pas d'analyser en profondeur la culture et de faire preuve d'objectivité.    A partir du 20ème siècle, Bronislaw Malinowski promeut l'importance du terrain et devient le père de l'observation participante. Il a découvert cette méthode accidentellement en se réfugiant dans les îles Trobriand pendant quatre ans pour fuir la guerre. D'après son livre  Les Argonautes du Pacifique occidental 1, les travaux en plein air ont trois approches : la forme et l'organisation de la culture ; la façon de vivre, les habitudes” les impondérables de la vie authentique”, et les comportements ; et enfin, la lecture de récits d'autres anthropologues, témoignages, afin de comprendre leur mentalité, coutumes et leurs objectifs. L'anthropologue doit alors trouver sa place et vivre en immersion, pour se faire oublier et pour moins perturber la vie et habitudes de la communauté. Car il a conscience que sa présence influe sur le comportement des habitants, il fait alors preuve de réflexivité. On a alors un plan plus clair et structuré pour la réflexion.                                    »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles