Devoir de Philosophie

la toxicomanie

Extrait du document

INTRODUCTION

Toutes les sociétés, depuis l’origine des temps, ont connu la consommation de produits euphorisants, hallucinogènes, et les connaîtront toujours. De ce point de vue la prise de drogues n’est pas un problème nouveau. Cependant, depuis une trentaine d’années, la banalisation des drogues et des pratiques de consommation associée à une augmentation des produits disponibles, il est de fait aujourd’hui que nous nous trouvons devant un véritable phénomène de société. Cette consommation abusive de substance toxique qu’on peut désigner par la toxicomanie a un effet particulier sur les réactions comportementales des hommes dans la société.

I/ DEFINITION

La toxicomanie est un comportement qui consiste à consommer d'une façon habituelle ou périodique, un ou plusieurs produits psychotropes (drogue) susceptible d'engendrer une accoutumance ou un état de dépendance physique et/ou psychique. Pour certains, la toxicomanie constitue une stratégie d'adaptation qui permet à une personne d'anesthésier, en recourant aux drogues psychotropes, des sentiments d'impuissance, d'échec, d'incompétence, c'est à dire un état dépressif qui alimente un désespoir, un mal de vivre ancré au plus profond d'eux-mêmes depuis la petite enfance. Pour d'autres, la toxicomanie s'inscrit dans le mode de vie hédoniste, égocentrique et antisocial adopté préalablement à leur initiation aux drogues, la recherche du plaisir étant le fondement ou le but de la vie, au prix d'un minimum d'effort.

II/ LES DIFFERENTS TYPES DE DROGUES

 

 On distingue essentiellement quatre groupes de drogues :

-Les perturbateurs : Le cannabis ou d'autres solvants et inhalant en font partis. Ils agissent sur le système nerveux central (SNC) engendrant ainsi un double effet d'accélération et/ou de ralentissement des processus normaux de l'organisme

-Les stimulants (dont la cocaïne) : Ces drogues, par leur action sur le système nerveux central, produisent une accélération des processus normaux de l'organisme. Ils stimulent la vigilance ou l'humeur de l'individu qui les consomme, créant ainsi une dépendance surtout psychologique. Ils sont parfois utilisés comme médicaments (par exemple comme coupe-faim dans le cas des amphétamines). La poussée d'énergie qu'ils procurent apparait rapidement et est de courte durée.

-Les dépresseurs : Ce sont des psychotropes dont l'action sur le système nerveux central procure une sensation de détente, diminuant les sensations de douleur, ralentissant les réflexes, provoquant des étourdissements, agissant sur le sommeil...

 Elles comprennent notamment l'héroïne, la morphine et la codéine. Ces drogues sont aussi appelées drogues opiacées, car elles sont des dérivés de l'opium du pavot. Les opiacés agissent en se fixant aux différents types de récepteurs présents à la surface des cellules de très nombreux organes comprenant en particulier le système nerveux central et le système endocrinien (par la voie du sang).

-Les hallucinogènes : Le terme \"hallucinogène\" s'applique à toutes drogues qui altèrent radicalement l'état mental de l'individu, avec distorsion de la réalité. Ces drogues, aussi appelées \"psychédéliques\" ou \"psychodysleptiques\", ont une action puissante sur l'esprit : désorientation, euphorie, hallucinations, troubles émotifs... Elles comprennent l'acide lysergique (LSD), la mescaline, l'ecstasy (3,4-méthylène-dioxyamphétamine)...Le LSD est la plus puissant hallucinogène connus. Les effets indésirables majeurs de ces drogues sont les automutilations et les suicides. Le traitement des overdoses nécessite une hospitalisation dans un service de réanimation.

Une autre classification est parfois utilisée : elle consiste à classer les différents types de drogues selon leur mode d'administration (voir aérienne, voir intraveineuse, voie orale) ou par leurs effets à court et à long terme.

II-LA TOXICOMANIE ET L’ADOLESCENCE

 

1/LES CAUSES LIEES A LA TOXICOMANIE

 

Une cause génétique peut favoriser la dépendance à la drogue chez certains individus. Les antécédents familiaux ont ainsi un impact réel dans le phénomène de la dépendance à la drogue. Ainsi, on ne peut pas parler de potentialité égale chez les individus qui sont susceptibles de devenir dépendants à la drogue. L’environnement de l’individu joue aussi un rôle déterminant dans le phénomène de dépendance à la drogue. La famille, les amis, les collègues de travail, etc. sont les gens qui nous entourent au quotidien. Dans le cas de la dépendance à la drogue, l’influence de ces personnes, positive ou négative, peut amener ou prévenir un individu à consommer de la drogue. La consommation de drogues pourra ainsi être débutée par les jeunes comme une sorte d’expérience ou rite d’intégration dans un groupe d’amis. Face à la tension familiale, professionnelle ou conjugale, la consommation de drogues peut être vue comme un moyen de décompresser. Elle peut être considérée par le malade comme une solution qui lui permet de faire face aux difficultés qu’il rencontre dans sa vie et comme un moyen de se détendre pour mieux « tenir le coup ».

Les situations de précarité vont aussi amener certaines personnes à consommer de la drogue avec le risque sous-jacent de la dépendance. La drogue est, là aussi, vue comme un moyen de gérer ses problèmes ou de les oublier. Une autre cause possible de la dépendance à la drogue est le désir de stimuler ses capacités physiques ou psychiques. Les individus pensent alors à tort que la drogue peut leur permettre d’être plus performant dans leur vie professionnelle ou pour la pratique d’un sport en particulier. Enfin, la dépression et le stress font partie des troubles psychologiques qui peuvent amener certaines personnes à une dépendance à la drogue. Face à un état de profonde tristesse, d’absence de motivation et la désillusion, la drogue peut être vue comme une bouée apportant des sensations de plaisir que la personne ne ressent plus du fait de sa maladie psychologique ou de son état de déprime.

2/LES CONSEQUENCES DU A LA TOXICOMANIE

 

Les conséquences de ce comportement sont multiples et très dangereuses. En effet, la drogue produit chez les jeunes une démotivation et une diminution du désir d’apprendre, de penser aux examens ou de faire n’importe quel travail, d’où un mauvais rendement scolaire ou professionnel qui se termine indiscutablement par l’abandon de ses études et l’échec dans sa vie. Toutes les substances hallucinogènes lui causent aussi une diminution de la vigilance et des réflexes spontanés, donc un risque imminent d’accidents mortels. Ces produits toxiques l’exposent certainement à des risques psychologiques graves.

Les plus connus sont, à titre d’exemple, la mauvaise humeur, l’agressivité, les crises d'angoisse et de panique, la perte de contrôle de soi, les troubles du comportement, les délires… Au niveau physiologique, les dangers sont encore plus graves, car le consommateur risque d’avoir des maladies incurables comme le sida, le cancer ou tout simplement la mort. Pour protéger les jeunes de ce mauvais comportement, il convient de les sensibiliser au sein de la famille en créant un climat de confiance et de dialogue. Ainsi, on peut facilement les mettre en garde. L’école peut aussi jouer un rôle très important dans la prévention en organisant des exposés, des journées de sensibilisation, des tables rondes autour de ce phénomène, des projections… .

Bref, tous les moyens qui peuvent développer chez les jeunes une prise de conscience de la gravité de la consommation abusive de la drogue.

« La Toxicomanie Page 2 INTRODUCTION Toutes les sociétés, depuis l’origine des temps, ont connu la consommation de produits euphorisants, hallucinogènes, et les connaîtront toujours. De ce point de vue la prise de drogues n’est pas un problème nouveau. Cependant, depuis une trentaine d’années, la banalisation des drogues et des pratiques de consommation associée à une augmentation des produits disponibles, il est de fait aujo urd’hui que nous nous trouvons devant un véritable phénomène de société. Cette consommation abusive de substance toxique qu’on peut désigner par la toxicomanie a un effet particulier sur les réactions comportementales des hommes dans la société. I/ DEFINI TION La toxicomanie est un comportement qui consiste à consommer d'une façon habituelle ou périodique, un ou plusieurs produits psychotropes (drogue) susceptible d'engendrer une accoutumance ou un état de dépendance physique et/ou psychique. Pour certains, la toxicomanie constitue une stratégie d'adaptation qui permet à une personne d'anesthésier, en recourant aux drogues psychotropes, des sentiments d'impuissance, d'échec, d'incompétence, c'est à dire un état dépressif qui alimente un désespoir, u n mal de vivre ancré au plus profond d'eux -mêmes depuis la petite enfance. Pour d'autres, la toxicomanie s'inscrit dans le mode de vie hédoniste, égocentrique et antisocial adopté préalablement à leur initiation aux drogues, la recherche du plaisir étant l e fondement ou le but de la vie, au prix d'un minimum d'effort. II/ LES DIFFERENTS TYPES DE DROGUES On distingue essentiellement quatre groupes de drogues : -Les perturbateurs : Le cannabis ou d'autres solvants et inhalant en font partis. Ils agissent s ur le système nerveux central (SNC) engendrant ainsi un double effet d'accélération et/ou de ralentissement des processus normaux de l'organisme -Les stimulants (dont la cocaïne) : Ces drogues, par leur action sur le système nerveux central, produisent un e accélération des processus normaux de l'organisme. Ils stimulent la vigilance ou l'humeur de l'individu qui les consomme, créant ainsi une dépendance surtout psychologique. Ils sont parfois utilisés comme médicaments (par exemple comme coupe -faim dans le cas des amphétamines). La poussée d'énergie qu'ils procurent apparait rapidement et est de courte durée. -Les dépresseurs : Ce sont des psychotropes dont l'action sur le système nerveux central procure une sensation de détente, diminuant les sensations d e douleur, ralentissant les réflexes, provoquant des étourdissements, agissant sur le sommeil... »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles