Devoir de Philosophie

CLAIR-OBSCUR, substantif masculin.

Extrait du document

CLAIR-OBSCUR, substantif masculin.  

A.—  PEINTURE.  Art de distribuer dans un tableau les nuances de la lumière contrastant avec un fond sombre. Clair-obscur rembranesque; clair-obscur des tableaux flamands. Rembrandt a puisé dans la science du clair obscur les effets à la fois doux et chauds de ses peintures (JULES MICHELET, L'Oiseau,  1856, page 314) : 

Ø 1. C'est le véritable secret de la peinture de clair-obscur que d'enlever à chaque objet sa personnalité physique, sa pesanteur propre et son contour net, pour le dissoudre dans le grand corps du tableau dont il ne constitue alors avec ses voisins que des éminences plus ou moins fortes, des détails plus ou moins soulignés.

ANDRÉ LHOTE, Peinture d'abord,  1942, page 65. 

·    Spécialement.  Ce qui est peint sans mélange d'autres couleurs que du blanc et du noir, ou du blanc avec une seule couleur, comme les camaïeux. 

—  Par extension.  Lumière tamisée, diffuse, crépusculaire. Deux bougies éclairaient la table, tout en laissant la chambre dans le clair-obscur (HONORÉ DE BALZAC, Ursule Mirouët,  1841, page 114) : 

Ø 2.... nous n'allions ni du côté du soleil couché ni du côté de la lune levante. Quelque chose de vague, de fuyant, d'indécis, de clair-obscur et de clairsemé, composait cette vue et ce moment;...

CHARLES-AUGUSTIN SAINTE-BEUVE, Volupté, tome 1, 1834, page 197. 

SYNTAXE : Le demi-jour, la pénombre du clair-obscur; le clair-obscur d'un boudoir, de la cathédrale. 

B.—  Au figuré. 

1. Atmosphère douce, intime, propre à la rêverie, aux sentiments tendres : 

Ø 3.... ce silence, ce clair-obscur, cette solitude faisaient du bien à l'âme qui pouvait s'y livrer à une seule pensée, comme dans un cloître où l'on se recueille, ou comme dans la coite maison où l'on s'aime.

HONORÉ DE BALZAC, Sur Catherine de Médicis, La Confidence des Ruggieri, 1837, page 303. 

2. Partie de l'âme caractérisée par la vie inconsciente et mystérieuse de ce qui échappe à la raison (empreintes du passé, rêves, intuitions du coeur ou de l'esprit). Voici une oeuvre [les Possédés de Dostoïevsky] où dans un clair obscur plus saisissant que la lumière du jour, nous pouvons saisir la lutte de l'homme contre ses espérances (ALBERT CAMUS, Le Mythe de Sisyphe,  1942, page 151) : 

Ø 4. Dans son état d'esprit, la joie de vivre lui semblait grossière; elle cherchait le clair-obscur mélancolique de l'âme, et elle se figurait qu'elle l'aimait. Il faisait trop jour en Christophe.

ROMAIN ROLLAND, Jean-Christophe, Les Amies, 1910, page 1116. 

Ø 5. Tout ce que Joubert dit sur la poésie est incomparable. Il faudra pour retrouver cette familiarité avec la ligne serpentine de la pensée et avec son clair-obscur attendre Mallarmé et Valéry.

ALBERT THIBAUDET, Histoire de la littérature française de 1789 à nos jours, 1936, page 70. 

Remarque : On rencontre dans la documentation le substantif masculin clair-obscuriste, peu usité.  Peintre qui utilise le procédé du clair-obscur. C'est à Rembrandt qu'il était réservé de puiser des trésors dans le clair-obscur. « Celui-là est le clair-obscuriste par excellence, » disait David à son élève Auguste Couder (Charles BLANC, Grammaire des arts du dessin, 1876, page 556). 

STATISTIQUES : Fréquence absolue littéraire : 139. 

Liens utiles