Devoir de Philosophie

Vocabulaire: CONDUITE, substantif féminin.

Publié le 17/11/2015

Extrait du document

Vocabulaire: CONDUITE, substantif féminin. Fait de conduire. A.— [Un être vivant] 1. Action d'accompagner, de guider une personne, un animal. Être sous la conduite d'un guide; la conduite d'un troupeau. De temps en temps une escouade, sous la conduite d'un sous-officier, dévalait en torrent d'un escalier (ANATOLE-FRANÇOIS THIBAULT, DIT ANATOLE FRANCE, L'Anneau d'améthyste, 1899, page 244) : Ø 1.... eh bien! j'aime assez qu'ils voient passer les enfants de M. de Rênal, allant à la promenade sous la conduite de leur précepteur. HENRI BEYLE, DIT STENDHAL, Le Rouge et le Noir, 1830, page 13. · Faire un brin, un bout de conduite à quelqu'un. L'accompagner un certain temps : Ø 2. Quand elle [Jacqueline] va partir, le maître tient à l'accompagner « un bout », à lui « faire conduite » : c'est l'habituelle courtoisie campagnarde... JEAN-BALTHASAR MALLARD, COMTE DE LA VARENDE, L'Homme aux gants de toile, 1943, page 263. · Faire à quelqu'un une (la) conduite de Grenoble. Reconduire quelqu'un à coups de bâtons et de pierres, l'escorter de huées : Ø 3. Cette femme ignoble, Je lui ferai une conduite de Grenoble Telle qu'elle s'en souviendrait en Paradis! PAUL VERLAINE, Œuvres complètes, tome 3, Dans les limbes, 1894, page 2. 2. Action de diriger quelqu'un psychologiquement et moralement. Travailler sous la conduite d'un maître : Ø 4. Le malheur qui venait d'arriver au roi, et qui jetait partout la consternation, était imputé à ceux qui, depuis quatre années, avaient la conduite de ce prince. PROSPER DE BARANTE, Histoire des ducs de Bourgogne de la maison de Valois, tome 2, 1821-24, page 67. 3. Action de se diriger soi-même; attitude, comportement. Une conduite étrange, changeante; suivre la même conduite; changer de ligne de conduite. Je me suis toujours bien trouvé d'accorder ma conduite aux exigences des saisons (HENRI BOSCO, Le Mas Théotime, 1945, page 305 ) Ø 5. J'ai l'air de vivre au jour le jour, « en décousu », et pourtant je suis une ligne de conduite très droite et très précise : donner tout le bonheur matériel possible à ma femme et à mon enfant, me contenter pour ma part du moins possible... JULES RENARD, Journal, 1890, page 63. 4. Manière d'agir selon les règles de la morale ou de la discipline qui régit un groupe. Manquer de conduite; femme de mauvaise conduite; avoir une conduite exemplaire; un zéro de conduite : Ø 6.... il s'imagine que toute la beauté des conduites humaines se trouve dans l'obéissance à trois petits préceptes de morale appris dans des livres d'école. HENRI, ALBAN FOURNIER, DIT ALAIN-FOURNIER, Correspondance [avec Jacques Rivière] , 1906, page 146. Ø 7. Il est à la fois une manière de morale intime, une règle de conduite dans le monde, une religion de la personnalité, un parti pris littéraire et une conséquence de ce tempérament de comédien-né que je trouve à Stendhal, et à tous ceux qui se confessent. PAUL VALÉRY, Variété II, 1929, page 95. B.— [Une chose] 1. Action de diriger un véhicule et, absolument, une voiture automobile. Assurer la conduite d'un avion; conduite sur route, en ville; leçons de conduite : Ø 8. N'est-ce pas ici que demeure le capitaine du Pharaon? (...) celui qui a été chargé de la conduite du navire pendant la traversée? ALEXANDRE DUMAS PÈRE, Le Comte de Monte-Cristo, Drame, 1848, I, 2, page 24. — Par métonymie. Conduite intérieure. Automobile dont la carrosserie est entièrement fermée : Ø 9. La conduite intérieure est devenue la carrosserie de beaucoup la plus courante. Certes, chaque constructeur offre dans la gamme de ses modèles un élégant cabriolet ou un coach décapotable, mais ce ne sont plus là carrosseries de série... HENRI TINARD, L'Automobile, 1951, page 334. 2. Action d'assurer la bonne marche d'une entreprise, d'une affaire. La conduite d'un procès, de grands travaux : Ø 10. Jacques a continuellement quelque chose à faire. La conduite de ses biens l'occupe sans l'absorber. AURORE DUPIN, BARONNE DUDEVANT, DITE GEORGE SAND, Jacques, 1834, page 95. Ø 11. Quoi qu'il en soit, c'est là le domaine où le gouvernement tout entier, maintenant affranchi des devoirs primordiaux et absorbants que lui imposait la conduite de la guerre en Europe, va pouvoir consacrer une part essentielle de son activité et peser de tout son poids. CHARLES DE GAULLE, Mémoires de guerre, 1959, page 578. — En particulier. Art de conduire l'action dramatique d'une oeuvre littéraire, de mener à terme l'exécution d'une oeuvre picturale, musicale, etc. On y voit [dans Fervaal] une grande inexpérience dans la conduite de l'action (PIERRE LALO, La Musique (1898-1899), 1899, page 26) : Ø 12. Si le faux règne en effet dans le style comme dans la conduite de certaines tragédies françaises, ce n'était pas au vers qu'il fallait s'en prendre, mais aux versificateurs. VICTOR HUGO, Cromwell, 1827, préface, page 33. C.— Sens technique. 1. ÉLECTRICITÉ. Conduite forcée. Conduite qui relie le canal d'amenée contenant sous pression l'eau d'un barrage aux turbines d'une centrale hydro-électrique. 2. TECHNOLOGIE. Canalisation de section variable parcourue par un fluide. Conduite d'eau, de gaz. Le malfaiteur s'aida de la conduite de descente des eaux pour monter au premier étage (ANATOLE-FRANÇOIS THIBAULT, DIT ANATOLE FRANCE, La Révolte des anges, 1914, page 276) : Ø 13. Il [Ezéchias] fit construire dans la ville [de Jérusalem] une grande piscine et creuser une conduite souterraine qui y amenait, dans la saison des pluies, les eaux de la piscine supérieure... ERNEST RENAN, Histoire du peuple d'Israël, tome 3, 1891, page 17. STATISTIQUES : Fréquence absolue littéraire : 4 453. Fréquence relative littéraire : XIXe. siècle : a) 9 119, b) 5 668; XXe. siècle : a) 4 219, b) 5 581. Forme dérivée du verbe "conduire" conduire CONDUIRE, verbe transitif. I.— Emploi transitif. A.— [Le sujet désigne une personne] 1. [Le complément désigne un être animé; il peut être suivi d'une construction préposition (chez, à, dans, en, vers)] a) Emmener vers un lieu déterminé. Conduire un cheval à l'abattoir; conduire quelqu'un en prison : Ø 1. L'EXEMPT. — Au nom du roi, messieurs, je vous arrête (...). DUBOULOY. — Où nous conduisez-vous? L'EXEMPT. — À la Bastille! ALEXANDRE DUMAS PÈRE, Les Demoiselles de Saint-Cyr, 1843, I, page 119. Ø 2. Monsieur Maurice! Mais il ne se pressait pas, conduisait à l'écurie les chevaux fumants, donnait surtout au sien un coup d'oeil paternel. ÉMILE ZOLA, La Débâcle, 1893, page 68. b) Mener, amener, entraîner. Conduire ses hommes au combat. Bon voyage, petite créature, que Dieu te conduise où tu veux aller! (EUGÉNIE DE GUÉRIN, Journal intime, 1836, page 116 ). — [Construction passive] Être conduit à + infinitif. Je serais conduit à inférer que chaque objet est en lui-même un monde complet (EUGÈNE DELACROIX, Journal, 1856, page 227 ). — Expression figurée. Conduire quelqu'un en bateau. Se jouer de quelqu'un avec de fausses promesses. c) Accompagner quelqu'un pour lui rendre honneur, en signe de politesse ou pour lui prêter assistance. Conduire ses invités à la porte de la maison : Ø 3. Béatrix chargea Isambard d'aller sur-le-champ chercher Olivier et les autres chevaliers françois, afin de les conduire au-devant du général de l'empereur. STÉPHANIE FÉLICITÉ DUCREST DE SAINT-AUBIN, COMTESSE DE GENLIS, Les Chevaliers du Cygne, 1795, tome 3, page 192. — Expressions. · Conduire une femme à l'autel. L'épouser. Je doute que son fils [de Tourterot] te conduise jamais à l'autel (EUGÈNE LABICHE, Deux papas très bien, 1845, I, 10, page 404 ). · Conduire le deuil (par métonymie). Marcher en tête du convoi funèbre. Monsieur de Lautréamont conduisit le deuil (PAUL DUVAL, DIT JEAN LORRAIN, Contes pour lire à la chandelle, La bonne Gudule, 1897, page 79 ). d) Transporter une personne d'un lieu dans un autre. Conduire un ami à la gare : Ø 4. Le procureur doit se rendre, pour régler un différend, à Saint-Landry. Il vous conduira à la gare dans notre voiture. GEORGES-CHARLES, DIT JORIS-KARL HUYSMANS, En route, tome 1, 1895, page 237. e) Guider, diriger : Ø 5. — Dieu nous conduit, mon enfant Dieu nous conduit par la main. Nous sommes dans la main de Dieu... CHARLES PÉGUY, Le Mystère de la charité de Jeanne d'Arc, 1910, page 52. — Par métonymie. Conduire un orchestre : Ø 6. Il se sentait si honteux si honteux de la niaiserie, du pathos prétentieux, de la fausseté criante des mots, des gestes, des attitudes, que par moments, tandis qu'il conduisait l'orchestre, il n'avait plus la force de lever son bâton :... ROMAIN ROLLAND, Jean-Christophe, La Révolte, 1907, page 487. — emploi absolu. Se laisser conduire. Se laisser conduire au spectacle. Accepter une invitation. Se laisser conduire comme un enfant Faire preuve d'une grande docilité : Ø 7. Il s'apaisa pourtant, et, d'un air stoïque, se laissa conduire vers le poste de la rue Descartes. GUSTAVE FLAUBERT, L'Éducation sentimentale, tome 1, 1869, page 39. — Terme de manège. Conduire un cheval étroit ou large. Lui faire parcourir un cercle plus ou moins grand. f) Langue littéraire. Diriger la conduite, l'éducation de quelqu'un. 2. [Le complément désigne une chose] a) Diriger, manoeuvrer un véhicule. Conduire un avion, une automobile : Ø 8. Il fallait pour conduire avec moi la voiture qui devait les ramener, il fallait quelqu'un de sérieux qui ne nous versât pas dans un fossé et d'assez débonnaire aussi, car le grand-père Charpentier jurait facilement et la grand'mère était un peu bavarde. HENRI, ALBAN FOURNIER, DIT ALAIN-FOURNIER, Le Grand Meaulnes, 1913, page 18. · Absolument. Savoir conduire, permis de conduire. Donc, en voiture, mon cher confrère, en voiture. C'est moi qui vais conduire (LOUIS FARIGOULE, DIT JULES ROMAINS, Knock, 1923, I, page 7 ). — Figuré. Conduire sa barque. Savoir mener ses affaires : Ø 9. Avec cela que les femmes entendent quelque chose à la politique! va, ma pauvre vieille, si tu conduisais la barque, nous ferions vite naufrage. ÉMILE ZOLA, La Fortune des Rougon, 1871, page 232. b) Assurer l'exécution, la direction d'une affaire : Ø 10. Sur ces plaintes, le comte de Saint-Pol, fils du duc de Brabant et le neveu du duc Jean, fut nommé lieutenant du roi à Paris, et chargé de conduire toutes les affaires de la guerre... PROSPER DE BARANTE, Histoire des ducs de Bourgogne de la maison de Valois, tome 4, 1821-24, page 217. Ø 11. Emma (...) savait conduire sa maison. Elle envoyait aux malades le compte des visites, dans des lettres bien tournées qui ne sentaient pas la facture. GUSTAVE FLAUBERT, Madame Bovary, tome 1, 1857, page 46. — COMMERCE. Conduire l'étoffe bois à bois. Mesurer l'étoffe sans l'étirer. — MATHÉMATIQUES. Conduire une ligne. La faire passer par différents points : Ø 12. L'évêque d'Hippone (...) supposait en conséquence que, si du zénith au nadir de différents lieux on conduisait autant de lignes droites, ces lignes seraient parallèles entre elles;... PIERRE-JOSEPH PROUDHON, Qu'est-ce que la propriété? 1840, page 137. — TECHNOLOGIE. Conduire la pierre. La mener sur des rouleaux jusqu'à la sortie de la carrière. c) Veiller à l'évolution de. Conduire une futaie, une forêt. L'aménager. Conduire un arbre. Diriger par la taille son développement. d) Domaine de l'esthétique. Développer l'intrigue d'une oeuvre, la mener à bonne fin. Conduire l'action d'une comédie; conduire un tableau : Ø 13. Il faut une force singulière pour pouvoir en même temps embrasser l'ensemble de l'ouvrage et le conduire avec l'abondance ou la sobriété nécessaires... EUGÈNE DELACROIX, Journal, 1852, page 393. B.— [Le sujet désigne une chose] 1. [Le complément d'objet direct désigne un être animé] a) Mener. Cette route nous conduit à la ville : Ø 14. Quand par hasard le sentier nous conduisait à la porte de ces maisons enfoncées, comme des nids humains, dans ces vagues de verdure nous ne voyions, sur la physionomie de ses heureux et bons habitants, ni surprise, ni humeur, ni colère. ALPHONSE DE LAMARTINE, Souvenirs, impressions, pensées et paysages pendant un voyage en Orient (1832-1833) ou Note d'un voyageur, tome 2, 1835, page 76. Ø 15. Or, si l'on essaie de pousser jusqu'au bout, comme je le tente dans cet essai, la logique et la cohérence des faits, n'est-ce pas à la perspective exactement contraire que nous conduisent légitimement les notions d'espace-temps et d'évolution?... PIERRE TEILHARD DE CHARDIN, Le Phénomène humain, 1955, page 287. b) Animer, pousser, inspirer la façon d'agir. La sagesse conduit le philosophe : Ø 16. Trois mobiles principaux conduisent d'ordinaire les hommes au combat, l'amour de la patrie et de la liberté, l'amour de la gloire, et le fanatisme de la religion. GERMAINE NECKER, BARONNE DE STAËL, De l'Allemagne, tome 1, 1810, page 56. — [Construction prépositionnelle] Conduire à + substantif ou + infinitif. La misère conduit l'homme au désespoir ou à voler. L'océan devrait conduire aux mêmes pensées (ÉMILE-AUGUSTE CHARTIER, DIT ALAIN, Propos, 1924, page 634) : Ø 17. Il est infiniment probable qu'une observation impartiale des sociétés de fourmis et d'abeilles nous conduirait à reviser bon nombre d'opinions touchant la perfection de leurs instincts sociaux. JEAN ROSTAND, La Vie et ses problèmes, 1939, page 98. 2. [Le complément d'objet direct désigne une chose] PHYSIQUE. Propager, faire passer. Corps qui conduisent la chaleur, l'électricité. II.— Emploi pronominal. A.— À sens réfléchi. 1. Vieux. Se diriger. 2. Se comporter. Se conduire bien, mal; façon de se conduire : Ø 18. C'était un complot, un piège qu'on lui avait tendu. Il se conduisait mal? Il se conduirait plus mal encore. Il brûlait de les insulter, lui cet hypocrite, elle, cette femme toujours décevante. MARCEL ARLAND, L'Ordre, 1929, page 251. — Absolument. Se comporter suivant les règles du savoir-vivre : Ø 19. « Pas possible ce soir, mon chéri, je suis prise » et, paisiblement, habitué à la phrase sans doute, il avait disparu. Au moins en voilà un qui savait se conduire!... ÉMILE ZOLA, Nana, 1880, page 1220. B.— À sens passif. Se manoeuvrer. Cet engin se conduit aisément. Fréquence absolue littéraire Conduire : 10 036. Conduisant : 348. Fréquence relative littéraire Conduire : XIXe. siècle : a) 19 146, b) 15 114; XXe. siècle : a) 11 188, b) 11 512. Conduisant : XIXe. siècle : a) 533, b) 666; XXe. siècle : a) 537 b) 344.

« /> ? 4. Le malheur qui venait d'arriver au roi, et qui jetait partout la consternation, ?tait imput? ? ceux qui, depuis quatre ann?es, avaient la conduite de ce prince. PROSPER DE BARANTE, Histoire des ducs de Bourgogne de la maison de Valois, tome 2, 1821-24, page 67. 3. Action de se diriger soi-m?me; attitude, comportement. Une conduite ?trange, changeante; suivre la m?me conduite; changer de ligne de conduite. Je me suis toujours bien trouv? d'accorder ma conduite aux exigences des saisons (HENRI BOSCO, Le Mas Th?otime, 1945, page 305 ) ? 5. J'ai l'air de vivre au jour le jour, ? en d?cousu ?, et pourtant je suis une ligne de conduite tr?s droite et tr?s pr?cise?: donner tout le bonheur mat?riel possible ? ma femme et ? mon enfant, me contenter pour ma part du moins possible... JULES RENARD, Journal, 1890, page 63. 4. Mani?re d'agir selon les r?gles de la morale ou de la discipline qui r?git un groupe. Manquer de conduite; femme de mauvaise conduite; avoir une conduite exemplaire; un z?ro de conduite?: ? 6.... il s'imagine que toute la beaut? des conduites humaines se trouve dans l'ob?issance ? trois petits pr?ceptes de morale appris dans des livres d'?cole. HENRI, ALBAN FOURNIER, DIT ALAIN-FOURNIER, Correspondance [avec Jacques Rivi?re] , 1906, page 146. ? 7. Il est ? la fois une mani?re de morale intime, une r?gle de conduite dans le monde, une religion de la personnalit?, un parti pris litt?raire et une cons?quence de ce temp?rament de com?dien-n? que je trouve ? Stendhal, et ? tous ceux qui se confessent. PAUL VAL?RY, Vari?t? II, 1929, page 95. B.? [Une chose] 1. Action de diriger un v?hicule et, absolument, une voiture automobile. Assurer la conduite d'un avion; conduite sur route, en ville; le?ons de conduite?: ? 8. N'est-ce pas ici que demeure le capitaine du Pharaon? (...) celui qui a ?t? charg? de la conduite du navire »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles