Devoir de Philosophie

La réussite des cartes à jouer

Publié le 05/09/2013

Extrait du document

 

 

Dès la fin du XIV' siècle, l'engouement pour le jeu de cartes est tel que les autorités religieuses s'en émeuvent et tentent de détourner leurs ouailles de ce passe-temps « diabolique «. Mais les injonctions de l'Église, tout comme les édits du Parlement prohibant cette pratique assimilée aux jeux de hasard et d'argent, resteront lettre morte. Bien que frappées d'interdiction à Paris en 1397, les cartes à jouer connaîtront un immense succès populaire. D'autant que, à l'instar de Charles VI, la noblesse et le clergé seront les premiers à braver les interdits et à se prendre de passion pour ce nouveau divertissement.

« DES CARTES RÉVOLUTIONNAIRES Les cartes sont elles aussi affectées par les soubresauts de l'histoire. Sous la Révolution, en 1793, elles sont « déroyalisées ». Les figures des rois sont remplacées par les génies de la guerre, de la paix, du commerce et des arts . Les dames deviennent les égéries de la liberté des cultes, des métiers, du mariage et de la presse. Les valets symbolisent l'égalité de rang, de couleur, des droits et des devoirs. Les emblèmes de la monarchie d 'Ancien Régime disparaissent également : les couronnes sont détrônées par les bonnets phrygiens. Les personnages prennent les traits des nouveaux héros de la Nation , tel le philosophe Jean-Jacques Rousseau. Sous l'Empire, le peintre Jacques Louis David conçoit un jeu de cartes «officiel», dans lequel le roi de carreau est incarné par Napoléon I". Après la révolution de février 1848 et la chute de Louis-Philippe, les cartiers astucieux proposent à leur clientèle des jeux soit légitimistes, soit bonapartistes, soit constitutionnels, soit encore républicains! instaure une taxe sur la fabrica ­ tion des cartes - qui ne sera supprimée qu'en 19 46 ! En 1382, la ville de Lille interdit la pratique du jeu de cartes . En 1397, Paris en fait autant. Mais ces décisions restent le plus souvent lettre morte , car la noblesse et une bonne partie du clergé ont adopté ce nou ­ veau divertissement, désor ­ mais très en vogue . Charles VI lui-même -dont le magnifique jeu de carte s fait aujourd 'hui partie des collections du cabi­ net des Estampes, à Pari s - s 'est ,pris de passion pour ce passe-temps , qui , dit -on , est seul capable de le distra i re des idées noires qui l'accablent lors de ses crises de folie ou de mé­ lancolie . Sous la Renaissance, les humanistes prennent la dé­ fense du jeu de cartes en affir­ mant qu 'il est un moyen d' ap ­ préhender « joyeusement » le monde . Trèfle, carreau, cœur, pique L.:engouement pour le s c artes est d'autant plus grand qu'elles ne servent pas seulement à jouer . Dès leur apparition, ce qui contribue largement à leur succès, elles sont également utilisées pour la divination et la voyance, en particulier celles du jeu de tarot, qui sera baptisé « tarot de Marseille »,du nom du port par lequel il aurait été introduit en France ve rs 1450 . Très divers et variables au dé­ but , les figures et les symboles des cartes à jouer vont évoluer jusqu 'à prendre la forme qu 'ils ont encore aujourd'hui et qui EDITIO NS ATLAS s'est stabilisée au XVII° siècle . A partir du xv · siècle apparais­ s ent le trèfle, le carreau , le cœur et le pique . Le s exégètes y voient une représentation de la société médiévale , parfois attri­ buée à l'un des compagnons de Jeanne d'Arc , Étienne Vignolles , dit La Hire : le trèfle personnifie le pa y san , le carreau le soldat , le cœur l'homme »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles