Devoir de Philosophie

Les ateliers de lecture Les programmes 2002 pour le cycle 3 mettent l'accent sur la poursuite de l'apprentissage spécifique de la lecture.

Extrait du document

lecture
Les ateliers de lecture Les programmes 2002 pour le cycle 3 mettent l'accent sur la poursuite de l'apprentissage spécifique de la lecture. Les ateliers de lecture en articulation avec l'ensemble des champs disciplinaires sont le lieu où ces apprentissages se renforcent. 1 - Quels contenus pour ces ateliers ? - La reconnaissance des mots (reconnaissance et identification automatisées) « Au cycle 3, des activités spécifiques sont à mettre en place pour améliorer l'identification des mots écrits. » Pour certains élèves du cycle 3, la décomposition des mots reste fréquente et sujette à erreurs. Pour cela, il faut travailler à la fois la décomposition en cherchant à la rendre plus précise, rapide et efficace et la reconnaissance des mots : mise en place d'exercices d'entraînement sur des listes de mots mais aussi sur des textes courts dans tous les champs disciplinaires. (Lire et écrire - document d'accompagnement des programmes page 8) Dans la continuité du cycle 2, les acquisitions lexicales se poursuivent et s'amplifient en lien avec les différentes disciplines. Les mots nouveaux rencontrés en contexte dans toutes les disciplines doivent être traitées dans leur forme sonore et écrite. Ces ateliers courts, répétés, différenciés (lien aux EVA CE2) proposent des gammes, des exercices d'entraînement. - La lecture à haute voix La lecture à haute voix est un outil de communication qui doit être utilisé régulièrement dans une intention explicite. « La lecture à haute voix doit faire l'objet d'un apprentissage ; elle n'est pas la conséquence évidente du savoir-lire. » Elle nécessite des situations d'entraînement fréquentes ; avant de lire à haute voix, il convient de : o comprendre le texte o se donner des intentions de lecture o préparer sa lecture (encadrement, soulignements, marques de pauses ou de liaison ...) o s'entraîner à lire (lecture, relecture lecture oralisée...) Cet apprentissage effectué durant les ateliers sera utilisé dans toutes les disciplines. - Lire pour apprendre « Dans la partie relative à la maîtrise de la langue, les programmes précisent l'importance de la lecture intégrée aux activités disciplinaires de toute nature. » On distingue deux grands axes : - Lire pour effectuer un travail scolaire (consignes, énoncés de mathématiques, dictionnaires, manuels ...) La maîtrise de ces écrits nécessite la mise en place d'ateliers de lecture en lien dire...

« Groupe départemental littérature de jeunesse Vaucluse Page 2 sur 4 Dans les programmes de 2002 la lecture littéraire au cycle 3 s’articule autour des deux axes : entrer dans un ouvrage (lecture longue) et entrer dans la culture littéraire. Des ateliers de lecture dans le champ de la littérature sont définis dans le document « Lire et écrire » dans la rubrique : « Entrer dans les textes : lire des textes littéraires courts. » (Lire, écrire au cycle 3 page 29). On entend par textes littéraires courts, des petites nouvelles, des contes mais aussi des extraits d’œuvres plus longues, extraits offrant un nœud de résistance à la compréhension. Comprendre un texte littéraire court suppose de : - Comprendre la situation d’énonciation : Qui raconte l’histoire ? « En 1948, un homme et une femme fuirent l’Irlande, où sévissait la terrible famine de la pomme de terre, et s’installèrent en Georgie, au sud des Etats-Unis. Ils se marièrent dans la ville de Colombus et, au cours des années qui suivirent, eurent trois enfants qui successivement disparurent bébés, de maladie et de privations. Alors que ces jeunes Irlandais désespéraient, un quatrième enfant naquit-ils l’appelèrent Patrick- et ce garçon-là ne mourut pas. Je vois dans cette survie la première manifestation de son caractère. Patrik O’Donnell, mon grand-père. L’être humain le lus dur que j’aie jamais connu, celui aussi que j’ai le plus aimé. » (Extrait de Trèfle d’or - Jean-François Chabas . Casterman) Le héros ? « Ici, il n’y a rien. Si, il y a moi. Rien et moi. Rien s’appelle Rien. Il vit avec moi, autour de moi. Ce matin, j’ai mis la veste de Papa et les bottes que Maman me disait toujours de mettre si je ne voulais pas avoir froid. » (Extrait de Moi et Rien - K.Crwther – Pastel) Un narrateur extérieur ? « Chen possédait peu de choses. D’abord un pousse-pousse en rotin qui était sa vraie richesse, car il lui permettait de gagner de quoi acheter un bol de riz et, quelquefois, un petit pâté de viande au gingembre. » (Extrait du Genie du pousse-pousse -JC.Noguès – Milan) - Comprendre les enjeux du récit Conduire le lecteur dans une compréhension erronée ( fausses pistes) : Un voleur dans la nuit « Pendant la dernière grève des transports en commun, un jeune homme rentrait chez lui en passant par un jardin public. Il était tard et il était seul. A mi-chemin, il vit quelqu’un venir dans sa direction. Il y eut un moment de panique : il changea de côté, l’homme aussi changea de côté et, comme ils le firent en même temps et dans le même sens, ils se heurtèrent en se croisant. Quelques instants plus tard, le jeune homme pensa que cet incident pouvait difficilement être fortuit. Il mit la main à la poche où était son portefeuille. Celui-ci avait disparu. La colère l’emporta : il fit demi-tour, rattrapa le pickpocket et lui demanda son portefeuille. L’homme le lui tendit. Quand il arriva chez lui, la première chose qu’il vit, ce fut son portefeuille. Il n’y avait pas moyen de se cacher la vérité : il avait volé quelqu’un. » (Récit traduit de « A thief in the night.”-M.Charolles, JS Petofi, S Sozer) Un enjeu moral : Le Petit Chaperon rouge de Perrault Un enjeu historique : Le journal d’Anne Frank - Repérer la dynamique du récit : Comment s’organise le récit, la chronologie est-elle respectée ? »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles