Devoir de Philosophie

Analyse linéaire du dénouement des Caprices de Marianne

Extrait du document

Analyse linéaire du dénouement des Caprices de Marianne

 

Analyse linéaire = analyse ligne par ligne, c’est-à-dire dans l’ordre du texte

Commentaire organisé par axe d’étude et paragraphe (§) argumentatifs

 

Mais méthode commune : interprétation des procédés de style (tous moyens d’expression)

Introduction :

Ø  Mouvement littéraire et/ou Auteur : Alfred de Musset, Dramaturge, Poète, essayiste, romantique (ou contexte historique)

Ø  L’œuvre : son genre (drame), son thème (l’amour et l’amitié)

Ø  Le Texte : Dernière scène, dernier dialogue d’Octave et Marianne sur la tombe de Coelio

Ø  Problématique : En quoi cette scène est-elle tragique ?

Plan du texte :

A.      1e réplique d’Octave (ligne 1 -14) : éloge funèbre de Coelio

B.      2e partie (ligne 15 - 29) : Opposition de Coelio et Octave sur le thème de l’amour

C.      3e partie (ligne 30 – 48(fin)) : Culpabilité et fidélité d’Octave vis-à-vis de Coelio

Remarques : Le seul rôle de Marianne = relancer le discours d’Octave par des questions.

Analyse linéaire en notes rapides

A) 1e réplique d’Octave (ligne 1 -14) : éloge funèbre de Coelio

Ligne 1 : Mise en avant d’Octave « Moi seul », répété en ligne 4 « Pour moi seul ».  Je (sujet) et l’ (COD). Proximité de Octave et Coelio et mise en avant de leurs amitiés.

Ligne 2 et 3 Métaphore de « l’urne d’albâtre (blanc) de la tombe » en opposition avec « ce long voile de deuil » (noir) pour représenter Coelio

Ligne 4 « C’est ainsi qu’une » formule logique et explication de la métaphore précédente « voilait » et « voile » et « perfections » et « parfaite »

Ligne 5 : « Pour moi seul, Cette vie silencieuse n’a point été un mystère » Reformulation de la première ligne et négation du mystère

Ligne 6 à 9 : Lien entre éloge funèbre et amitié. Tout le bien que Coelio a apporté à Octave, Comparaison des soirées passées avec Coelio « De fraîches oasis » avec la vie d’Octave « dans un désert aride » Métaphore de la rosée et de l’oasis, Coelio avait un côté rafraichissant sur Octave. Métaphore avec le mythe des âmes-sœurs pour montrer l’importance de Coelio dans la vie d’Octave en amitié. « Coelio était la bonne partie de moi-même ».

Ligne 10 à 13 : C’était = présentatif qui introduit la personne de Coelio, Interprétation/Introversion de la timidité de Coelio et sa marginalité « C’était un homme d’un autre temps ». Antithèse entre les plaisirs et la solitude pour remontrer sa marginalité. Le côté rêveur de Coelio montré avec l’antithèse de « ses illusions » avec « la réalité »

Ligne 14 : Phrase exclamative au subjonctif plus-que-parfait exprime le regret très fort que Coelio n’est pas eu de femme qui l’aimait. « Ne serait-elle point heureuse, Octave, la femme qui t’aimerait ?

Liens utiles