Devoir de Philosophie

Atlantique, océan.

Extrait du document

Atlantique, océan. 1 PRÉSENTATION Atlantique, océan, deuxième plus grand océan de la planète après l'océan Pacifique et le plus fréquenté. Son nom vient d'Atlas, un des Titans de la mythologie grecque. 2 ÉTENDUE ET LIMITES L'océan Atlantique a la forme d'un vaste « S «, s'étendant de l'Arctique au nord à l'Antarctique au sud, et situé entre la côte orientale de l'Amérique du Nord et de l'Amérique du Sud, et les côtes occidentales de l'Europe et de l'Afrique. L'océan Atlantique proprement dit a une superficie d'environ 82 millions de km2. En incluant les mers bordières (le golfe du Mexique, la mer des Antilles, l'océan Arctique, la mer du Nord, la mer Baltique, la Méditerranée et la mer Noire), sa superficie totale couvre environ 106 190 000 km2. La limite entre l'Atlantique et l'Arctique est arbitrairement fixée par une série de crêtes sous-marines qui s'étend entre les terres de la Terre de Baffin, du Groenland et de l'Écosse. La limite avec la mer Méditerranée est plus clairement définie par le détroit de Gibraltar et celle avec la mer des Antilles par l'arc des Antilles. L'Atlantique Sud est arbitrairement séparé de l'océan Indien, à l'est, par le 20e méridien est et du Pacifique, à l'ouest, par la ligne de moindre profondeur entre le cap Horn et la péninsule Antarctique. 3 FORMATION GÉOLOGIQUE ET RELIEF L'Atlantique commença à se former au cours du jurassique, voilà environ 150 millions d'années, quand une crevasse s'ouvrit dans l'immense continent du Gondwana. L'Amérique du Sud et l'Afrique commencèrent alors à se séparer lentement, et cette séparation se poursuit aujourd'hui encore à une vitesse de plusieurs centimètres par an le long de la dorsale médio-océanique. Large d'environ 1 500 km, cette dorsale a un relief plus accidenté que n'importe quelle chaîne de montagnes se trouvant sur terre et est le théâtre de fréquentes éruptions volcaniques et de tremblements de terre. Elle s'élève de 1 à 3 km au-dessus du fond de l'océan, jusqu'à parfois émerger en formant des îles volcaniques, comme l'Islande, l'archipel des Açores, l'île de l'Ascension et l'archipel Tristan da Cunha. Les plateaux continentaux (remblais de détritus géologiques provenant des continents) se trouvent le long des côtes américaines, antarctiques, africaines et européennes. Les plus grandes îles de l'océan Atlantique s'étendent sur ces plateaux continentaux. À l'ouest, Terre-Neuve est la principale île du plateau nord-américain ; les îles Malouines sont le seul groupe majeur du plateau sud-américain, et les îles Sandwich du Sud se trouvent sur le plateau antarctique. À l'est, les îles Britanniques constituent le plus important groupe d'îles du plateau eurafricain. Des chaînes de montagnes sous-marines s'étendent d'est en ouest entre les plateaux continentaux et la dorsale médiane. Des sommets émergent de ces chaînes et forment des îles dans la partie orientale de l'Atlantique : l'archipel de Madère, les îles Canaries, l'archipel du Cap-Vert et l'archipel de São Tomé et Príncipe. Ces chaînes partagent les fonds orientaux et occidentaux de l'océan en une série de bassins, également appelés plaines abyssales. Les trois bassins qui sont situés du côté américain de la dorsale médio-océanique (le bassin nord-américain, où émergent les sommets des Bermudes, le bassin du Brésil et le bassin d'Argentine) ont plus de 5 000 m de profondeur. Le côté eurafricain est caractérisé par plusieurs bassins, plus petits mais tout aussi profonds : les bassins d'Ibérie, des Canaries, du Cap-Vert, de Sierra Leone, de Guinée, d'Angola, où s'élève l'île de Sainte-Hélène, du Cap et des Aiguilles. Le grand bassin atlantique-arctique se trouve entre le prolongement le plus méridional de la dorsale et l'Antarctique. L'océan Atlantique a une profondeur moyenne de 3 926 m, inférieure à celle de l'océan Pacifique et de l'océan Indien. L'endroit le plus profond, dans la fosse de Porto Rico, atteint 8 742 m au-dessous du niveau de la surface de l'eau. 4 HYDROLOGIE Les eaux de surface de l'Atlantique se déplacent selon deux systèmes de courants circulaires, caractérisant l'un la partie nord et l'autre la partie sud de l'océan. Principalement dus au vent, ces courants subissent également l'influence de la rotation de la Terre. Les courants de l'Atlantique Nord, parmi lesquels se trouvent le courant nord-équatorial, le courant des Canaries et le Gulf Stream, circulent dans le sens des aiguilles d'une montre. Les courants de l'Atlantique Sud, parmi lesquels se trouvent les courants du Brésil, de Benguela et sud-équatorial, circulent dans le sens inverse des aiguilles d'une montre. Chaque système part de l'équateur à une latitude d'environ 45° ; il existe plus près des pôles des systèmes de courants circulaires contrarotatifs, l'un tournant dans le sens inverse des aiguilles d'une montre dans les régions arctiques de l'Atlantique Nord et l'autre tournant dans le sens des aiguilles d'une montre près de l'Antarctique dans l'Atlantique Sud. Un courant froid, le courant du Labrador, provient de l'océan Arctique et longe le nord-est du Canada. L'Atlantique reçoit les eaux de nombreux grands fleuves, parmi lesquels le Saint-Laurent, le Mississippi, l'Orénoque, l'Amazone, le fleuve le plus puissant du monde, le Paraná, le Congo, le Niger, la Garonne et la Loire, ainsi que les eaux des fleuves qui se déversent dans la mer du Nord, la mer Baltique et la Méditerranée. Cependant, l'Atlantique est légèrement plus salé que le Pacifique ou l'océan Indien, essentiellement à cause de la grande salinité des eaux qui s'écoulent de la Méditerranée. L'océan Atlantique est un lit d'eau de température inférieure à 9 °C (zone des eaux froides), à l'intérieur duquel se trouve une poche d'eau d'une température supérieure (zone des eaux chaudes). La zone des eaux chaudes s'étend entre le 50° de latitude nord et 50° de latitude sud et a une profondeur moyenne d'environ 600 m. C'est dans la zone supérieure des eaux chaudes que l'on constate la plus grande circulation. En dessous, la circulation devient de plus en plus lente au fur et à mesure que la température baisse. Les températures à la surface varient de 0 °C, température que l'on rencontre toute l'année dans les marges des océans Arctique et Antarctique, à 27 °C dans la vaste ceinture équatoriale. À plus de 2 000 m de fond, les températures avoisinent généralement 2 °C ; dans les eaux abyssales, en dessous de 4 000 m, on rencontre communément des températures de - 1 °C. La baie de Fundy, dans le sud du Canada, voit se produire les plus fortes marées du monde, avec une amplitude qui dépasse 18 m. 5 IMPORTANCE ÉCONOMIQUE L'océan Atlantique abrite une importante faune sous-marine et compte des sites de pêche parmi les plus productifs au monde, situés sur les plateaux continentaux et les crêtes marines au large des îles Britanniques, de l'Islande, du Canada (en particulier le Grand Banc au large de Terre-Neuve), le nord-est des États-Unis, ainsi qu'en Afrique, au large des côtes de la Mauritanie, du Sénégal et de l'Afrique australe. Plusieurs facteurs conjugués expliquent cette abondance : les apports en nutriments des grands fleuves, le développement des plates-formes continentales, dont les fonds restent suffisamment éclairés, le brassage de l'eau par les nombreux courants et par les marées. Les espèces les plus consommées sont le hareng, l'anchois, la sardine, la morue, le flet et la perche. On pêche des quantités de thon de plus en plus importantes au large de la côte nord-ouest de l'Afrique et de la côte nord-est de l'Amérique du Sud. La quantité prise au kilomètre carré est beaucoup plus importante dans l'Atlantique que dans les autres océans. Cependant, dans l'Atlantique comme dans toutes les mers du globe, les quantités de poisson pêchées tendent à diminuer. Voir aussi Pêcheries. Les eaux de surface relativement immobiles de la mer des Sargasses, située entre les Antilles et les Açores, et limitée à l'ouest et au nord par le Gulf Stream, abritent un exemple remarquable de la flore de l'Atlantique : de vastes étendues d'algues brunes (Sargassum). Le titane, le zircon et la monazite, au large de la côte est de la Floride, l'étain et le minerai de fer, au large de la côte équatoriale d'Afrique, font partie des ressources minérales très exploitées de l'océan Atlantique. Les plateaux continentaux et les pentes de l'Atlantique sont potentiellement très riches en combustibles fossiles. On extrait déjà de grandes quantités de pétrole de la mer du Nord, de la mer des Antilles et du golfe du Mexique, des quantités moins importantes au large de la côte africaine dans le golfe de Guinée. La partie septentrionale de l'océan Atlantique baigne le Canada, les États-Unis et l'Europe de l'Ouest, qui sont les régions parmi les plus industrialisées et les plus peuplées du monde, et qui ont construit pour leurs échanges d'immenses ports, dont Rotterdam, Londres, Anvers, Le Havre, New York et La Nouvelle-Orléans. 6 HISTOIRE Les premiers Européens à s'aventurer sur l'Atlantique sont les Vikings, qui progressent sur leurs drakkars de la Scandinavie vers l'Islande puis le Groenland et atteignent vraisemblablement les côtes de l'Amérique du Nord, qu'ils nomment Vinland, peut-être grâce à Leif Eriksson aux alentours de l'an 1000. Les Vikings ne peuvent s'implanter durablement et leurs colonies disparaissent. Les tentatives d'exploration géographique de l'océan Atlantique reprennent au XVe siècle avec les Portugais et les Espagnols. Sous l'impulsion d'Henri le Navigateur, les Portugais progressent par étapes le long des côtes de l'Afrique, jusqu'à atteindre avec Bartolomeu Dias le cap de Bonne-Espérance et le passage vers l'océan Indien en 1488. Quelques années plus tard, en 1497, Vasco de Gama double le cap et atteint les Indes. C'est vraisemblablement Christophe Colomb qui réussit, grâce à l'appui des souverains espagnols, la première traversée de l'océan Atlantique, en 1492. Le navigateur génois espérait atteindre les Indes par l'ouest, et sa découverte de l'Amérique est le prélude à la colonisation de ce continent par les Européens. L'océan Atlantique devient alors, pour plusieurs siècles, le lieu d'intenses échanges commerciaux entre l'Ancien et le Nouveau Monde. Le développement de l'aviation au XXe siècle permet d'accroître encore les flux de voyageurs. Lindbergh, en 1927, est le premier à traverser l'Atlantique en avion ; en 1930, la première liaison aérienne commerciale entre l'Europe et l'Amérique du Sud est mise en service par la Compagnie générale aéropostale, avec des pilotes comme Mermoz et Saint-Exupéry. Les flux aériens entre l'Europe et les États-Unis sont aujourd'hui parmi les plus importants du monde.

« exemple remarquable de la flore de l’Atlantique : de vastes étendues d’algues brunes (Sargassum). Le titane, le zircon et la monazite, au large de la côte est de la Floride, l’étain et le minerai de fer, au large de la côte équatoriale d’Afrique, font partie des ressourcesminérales très exploitées de l’océan Atlantique. Les plateaux continentaux et les pentes de l’Atlantique sont potentiellement très riches en combustibles fossiles. On extraitdéjà de grandes quantités de pétrole de la mer du Nord, de la mer des Antilles et du golfe du Mexique, des quantités moins importantes au large de la côte africaine dans legolfe de Guinée. La partie septentrionale de l’océan Atlantique baigne le Canada, les États-Unis et l’Europe de l’Ouest, qui sont les régions parmi les plus industrialisées et les plus peupléesdu monde, et qui ont construit pour leurs échanges d’immenses ports, dont Rotterdam, Londres, Anvers, Le Havre, New York et La Nouvelle-Orléans. 6 HISTOIRE Les premiers Européens à s’aventurer sur l’Atlantique sont les Vikings, qui progressent sur leurs drakkars de la Scandinavie vers l’Islande puis le Groenland et atteignentvraisemblablement les côtes de l’Amérique du Nord, qu’ils nomment Vinland, peut-être grâce à Leif Eriksson aux alentours de l’an 1000. Les Vikings ne peuvent s’implanterdurablement et leurs colonies disparaissent. Les tentatives d’exploration géographique de l’océan Atlantique reprennent au XVe siècle avec les Portugais et les Espagnols. Sous l’impulsion d’Henri le Navigateur, les Portugais progressent par étapes le long des côtes de l’Afrique, jusqu’à atteindre avec Bartolomeu Dias le cap de Bonne-Espérance et le passage vers l’océan Indien en1488. Quelques années plus tard, en 1497, Vasco de Gama double le cap et atteint les Indes. C’est vraisemblablement Christophe Colomb qui réussit, grâce à l’appui dessouverains espagnols, la première traversée de l’océan Atlantique, en 1492. Le navigateur génois espérait atteindre les Indes par l’ouest, et sa découverte de l’Amérique estle prélude à la colonisation de ce continent par les Européens. L’océan Atlantique devient alors, pour plusieurs siècles, le lieu d’intenses échanges commerciaux entre l’Ancien et le Nouveau Monde. Le développement de l’aviation auXXe siècle permet d’accroître encore les flux de voyageurs. Lindbergh, en 1927, est le premier à traverser l’Atlantique en avion ; en 1930, la première liaison aériennecommerciale entre l’Europe et l’Amérique du Sud est mise en service par la Compagnie générale aéropostale, avec des pilotes comme Mermoz et Saint-Exupéry. Les fluxaériens entre l’Europe et les États-Unis sont aujourd’hui parmi les plus importants du monde. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles