Devoir de Philosophie

Dans quelle mesure peut-on dire d'une oeuvre qu'elle échappe à son auteur?

Extrait du document

Il est possible de privilégier certains axes : — L'oeuvre échappe à son auteur notamment quand elle est mise en scène au théâtre et au cinéma. Cela peut déboucher sur un conflit entre écrivain et réalisateur comme cela s'est produit pour l'adaptation au cinéma de L'Amant de Marguerite Duras. — L'oeuvre peut aussi être dénaturée par un souci de récupération idéologique. Ainsi, par exemple, en montant en épingle certains éléments accessoires de son oeuvre, on a fait de Nietzsche un philosophe bien éloigné de ce qu'il était vraiment. Un candidat cultivé, s'appuyant sur des exemples comme Descartes, Darwin, Marx, Sartre, etc., pourrait même montrer qu'un penseur est souvent célèbre suite à un contresens fait sur l'une de ses formules ou l'un des points de sa doctrine. A part ces dénaturations, le fait qu'une oeuvre échappe à son auteur doit être considéré comme un fait positif. — A noter que le décalage entre la réception d'une oeuvre ou d'une pensée peut provenir du fait que le public s'en tient à un stade dépassé depuis longtemps par l'auteur. Ainsi, on continuait de reprocher à Sartre ses thèses sur l'engagement alors qu'il les avait pratiquement reniées. En un autre sens, l'oeuvre peut encore « échapper» à son auteur. Un roman ou un poème se met à vivre tout seul, comme s'il n'était plus soumis à la volonté de l'écrivain et s'écrivait de lui-même. On retrouve ici la problématique de l'inspiration que les surréalistes radicalisèrent dans la théorie de l'écriture automatique. L'oeuvre est-elle le produit de la conscience claire de l'auteur ou procède-t-elle de quelque chose qui lui échappe : inconscient ou inspiration?

Liens utiles