Devoir de Philosophie

Introduction : La fontaine est un écrivain du classicisme il écrit en 1678 son 2e recueil 10 ans après le premier.

Extrait du document

fontaine
Introduction : La fontaine est un écrivain du classicisme il écrit en 1678 son 2e recueil 10 ans après le premier. La cour du lion est la 6e fable de ce recueil elle est composée de 30v qui alterne Alexandrin et octosyllabe. La fontaine critique le comportement du roi et des courtisans de la cours.Nous nous interreseront ici aux vers 15 a 36 Les vers 15 à 16 constitut l'élément déclencheur puis les vers 16 à 32 les péripéties et enfin des vers 33 a 36 c'est la morale. Nous verrons comment le fabuliste exprime sa pensée sur le roi et les courtisant de la cours  Les vers 15 a 16 contistut l’element declancheur c a d : L'odeur pestilentielle. *La longueur du vers en Alexandrin et l’enjambement montre le caractere envahissant de l'odeur *L'exclamation nominale quel Louvre ainsi que là métaphore hyperbolique et dépréciative charnier Accentuée par l’adjectif à valeur intensive vrai montre que la fontaine porte lui même un jugement négatif sur ce palais Royal   Les verts 16 à 32 constituent les péripéties ou la fontaine critique les courtisans et le roi *Tout d'abord les péripéties de l'ours au vers 16 a 19 : On trouve un comique de geste et une personnification de l'animal  l'ours boucha sa narine ainsi qu’un comique de caractère car l’ours incarne maladresse et le manque de finesse dans les fable antique *La réaction suscitée par sa grimace et exprimé sans connecteur logique pour l'introduire en un hemistiche pour souligner l'immédiateté sa grimace deplus *La cruauté du roi est montré de manière ironique à travers une périphrase cité vers 18 19 ainsi que allitération en R dans le monarque irrité *Ensuite celle du singe au vers 20 a 27 : le singe flatte le roi en lui donnant raison cité vers 20 avec l’adverbe d’intensité fort , on releve aussi un comique de caractere car le singe es reputée pour imitée *L’ironie du fabuliste avec un terme de jugement depressiatif flatteur exessif v21 et sa sotte flatterie v24 *Hyperbole v23 qui compare l’odeur du palais au plus bon parfum *Parallèle de situation entre l’ours et le singe par l’adverbe encore v 25 et fut encor punie * La diérèse lion la montre la vanité du roi Lf critique l’abus de pouvoir du roi avec la référence a l’empereur caligula celebre pour sa cruauté *Et enfin celle du renart au vers 28 a 23 : Lf joue la encore sur un comique de caractere avec le stereotype du renard rusé *Le renard ne prend pas la parole en 1er, c’est le roi qui le sollicite a travers un discours directe qui permet d’entendre la voix du roi cité vers 28 cela suggere donc la superiorté du roi sur les courtisans *on peut aussi relever l’autoritée de la parole du roi a travers le mode impératif le roi fait appel a franchise du renard on sait bien que c’est un piege il n’aime pas la vérité *le renart esquive on le voit a travers le discours narrativisé v30-31 et discours indircet libre v31-32 *L’enjambement v30-31 suggere le caractere rusé du renard Les vers 33 a 36 constitue la moral exprimée explicitement par la fontaine *La moral de la table soulignent bien l'impossibilité d'être franc à la cour si l'on veut attirer les faveurs du roi le vers 35 suggère à travers un chiasme la faible marge de manœuvre laissée aux courtisans s'ils veulent s'en sortir à la cour du roi. *Le fabuliste critique l'absolutisme Royal mais les 3 derniers vers critique aussi les courtisans et  l’hypocrisie de la cour avec une ironie réprobatrice v36 répondre en normand   Pour conclure,Comme souvent chez la fontaine la pensée excède largement la moralité si on se contente ici de lire la morale on y voit pas explicitement la cruauté du roi ni l’hypocrisie des courtisans. La moral d’ensemble se voit dans la part directe de l’argumentation mais aussi indirect.

« *Hyperbole v23 qui compare l'odeur du palais au plus bon parfum *Parallèle de situation entre l'ours et le singe par l'adverbe encore v 25 et fut encor punie * La diérèse lion la montre la vanité du roi Lf critique l'abus de pouvoir du roi avec la référence a l'empereur caligula celebre pour sa cruauté *Et enfin celle du renart au vers 28 a 23 : Lf joue la encore sur un comique de caractere avec le stereotype du renard rusé *Le renard ne prend pas la parole en 1er, c'est le roi qui le sollicite a travers un discours directe qui permet d'entendre la voix du roi cité vers 28 cela suggere donc la superiorté du roi sur les courtisans *on peut aussi relever l'autoritée de la parole du roi a travers le mode impératif le roi fait appel a franchise du renard on sait bien que c'est un piege il n'aime pas la vérité *le renart esquive on le voit a travers le discours narrativisé v30-31 et discours indircet libre v31-32 *L'enjambement v30-31 suggere le caractere rusé du renard Les vers 33 a 36 constitue la moral exprimée explicitement par la fontaine *La moral de la table soulignent bien l'impossibilité d'être franc à la cour si l'on veut attirer les faveurs du roi le vers 35 suggère à travers un chiasme la faible marge de manoeuvre laissée aux courtisans s'ils veulent s'en sortir à la cour du roi. *Le fabuliste critique l'absolutisme Royal mais les 3 derniers vers critique aussi les courtisans et  l'hypocrisie de la cour avec une ironie réprobatrice v36 répondre en normand   Pour conclure,Comme souvent chez la fontaine la pensée excède largement la moralité si on se contente ici de lire la morale on y voit pas explicitement la cruauté du roi ni l'hypocrisie des courtisans. La moral d'ensemble se voit dans la part directe de l'argumentation mais aussi indirect. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles