Devoir de Philosophie

J. Ruaff, L'âge de l'inflation

Voir sur l'admin

Extrait du document

Un économiste allemand, qui joua quelque rôle sous Hitler, Wageman, a écrit, dans un livre publié pendant la guerre, que le travail scientifique le plus important des Français, en matière monétaire, était le grand roman de Zola : L\'Argent.

Bien que, comme modeste auteur d\'une Théorie des phénomènes monétaires, je me sente quelque peu visé, je montrerai que je n\'ai pas de rancune, en répondant à Wageman, que l\'Allemagne, elle, a donné au monde son plus grand théoricien de la monnaie. Il est vrai que ce n\'était pas un économiste, puisque c\'est Gœthe qui, dans le second Faust, a montré clairement que l\'inflation était et ne pouvait être qu\'une invention du démon.

Méphistophélès, temporairement déguisé en fou du roi, inspire au chancelier la formule « grosse de destinées, qui convertit tout mal en bien et fait savoir, à tout un chacun, que ce papier vaut mille couronnes et a, pour garantie certaine, un nombre défini de biens, encore enfouis dans le sol de l\'empire ».

La théorie du change et celle du plein emploi sont complètement exposées : « Il sera impossible d\'arrêter le papier.dans son vol; les billets se dispersent avec la rapidité de l\'éclair. La boutique des changeurs est toute grande ouverte; on y honore chaque effet par l\'or et l\'argent, avec quelques rabais à la vérité (déjà la dépréciation monétaire). De là, on se rend chez le boucher, chez le boulanger, chez l\'aubergiste. La moitié du monde ne rêve que festins, tandis que l\'autre se pavane dans des habits neufs. Le mercier coupe, le tailleur coud (le plein emploi). Le vin jaillit dans les tavernes aux cris de« Vive l\'Empereur >> Ues avantages politiques de l’inflation).

Mais le héraut, qui commente la fête, en dénonce déjà les graves conséquences : « Comme elle happe tout, la chère multitude. Le donneur en est assailli. Il pleut des bijoux, comme dans un rêve, et chacun veut en avoir quelque chose. Mais ce qu\'ils saisissent avec tant d\'avidité ne leur profite guère; les trésors leur échappent aussitôt. Le collier de perles se brise et le pauvre diable n\'a plus, dans la main, que des scarabées; il les secoue et les voilà qui bourdonnent autour de sa tête. Les autres, au lieu de biens solides, n\'ont attrapé que de frivoles papillons. Oh! le fripon, qui promet tout et ne donne rien! >>

Ainsi, tout y est; la recette technique, les avantages politiques, les conséquences sociales. N\'en doutez pas : le poète a vu plus

Le document : "J. Ruaff, L'âge de l'inflation" compte 463 mots. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous l’un de vos travaux scolaires grâce à notre système d’échange de ressources numériques ou achetez-le pour la somme symbolique d’un euro.

Echange
Loading...

Le paiement a été reçu avec succès, nous vous avons envoyé le document par email à .

Le paiement a été refusé, veuillez réessayer. Si l'erreur persiste, il se peut que le service de paiement soit indisponible pour le moment.

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Prévisualisation du document J. Ruaff, L'âge de l'inflation

Liens utiles