Devoir de Philosophie

Singer, Isaac Bashevis - écrivain.

Extrait du document

Singer, Isaac Bashevis - écrivain. 1 PRÉSENTATION Singer, Isaac Bashevis (1904-1991), écrivain américain d'origine polonaise, qui s'inscrit dans la lignée des conteurs juifs. 2 L'UN DES DERNIERS ÉCRIVAINS DE LANGUE YIDDISH Isaac Bashevis Singer est sans doute l'un des derniers écrivains de langue yiddish, auteur d'une oeuvre nostalgique et inquiète, inspirée par le destin du peuple juif et les traditions d'Europe centrale. De son vrai nom Yitskhek Bashyevis Zinger, il est né à Radzymin, en Pologne. Après une enfance et une adolescence misérables passées dans les ghettos juifs de son pays, il émigre en 1935 vers les États-Unis où se trouve déjà son frère, et devient citoyen américain en 1943. Peu après son arrivée, il collabore au Jewish Daily Forward, quotidien new-yorkais d'expression yiddish, en publiant des contes, des critiques littéraires et théâtrales. La plupart de ses oeuvres paraîtront d'abord en feuilleton dans ce journal avant d'être traduites en anglais et publiées en volumes. 3 UNE OEUVRE TÉMOIN DE SON TEMPS Les récits de Singer, très vivants, se caractérisent par leur structure charpentée ; l'auteur y exprime dans un style direct son amour passionné de la vie, mais aussi ses inquiétudes sur l'avenir de l'homme et son désarroi devant l'effacement progressif de la tradition. Puisant largement dans son propre passé d'enfant juif polonais pour alimenter ses récits, l'imaginaire collectif, les récits légendaires et le folklore des Juifs d'Europe centrale n'en restent pas moins sa principale source d'inspiration. Il aborde en outre les difficultés d'adaptation rencontrées par les Juifs sur le continent nord-américain. Son premier roman, la Corne du bélier (1935), traite de l'hystérie religieuse et des pogroms du XVIIe siècle, qui conduisirent au massacre de nombreux Juifs polonais par les Cosaques. Parmi ses autres romans, quelques-uns ont obtenu un grand succès comme la Famille Moskat (1950), le Magicien de Lublin (1960), l'Esclave (1962), le Manoir (1967) et le Domaine (1970). Singer a également écrit des nouvelles originales et pleines d'humour, dont on retiendra celles rassemblées dans le recueil Gimpel le Naïf (1957). En 1969, il est primé pour Un jour de plaisir, un de ses nombreux récits pour enfants. En 1978, l'intensité de son art narratif -- profondément enraciné dans la culture judéo-polonaise -- lui vaut le prix Nobel de littérature. Parmi ses oeuvres directement autobiographiques, signalons notamment Au tribunal de mon père (1966), Shosha (1978) -- critiqué pour sa trop grande sensualité -- et Perdu en Amérique (1981). Singer a traduit lui-même plusieurs de ses oeuvres en anglais. Enfin, plusieurs inédits publiés depuis sa mort, comme les Ombres de l'Hudson (1998) -- chef-d'oeuvre inachevé --, perpétuent sa mémoire. Microsoft ® Encarta ® 2009. © 1993-2008 Microsoft Corporation. Tous droits réservés.

Liens utiles